Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Marie de France (Poétesse)

Marie de France (Poétesse)

samedi 28 février 2015 (Date de rédaction antérieure : 26 février 2012).

Marie de France (Poétesse)

Enluminure représentant Marie de France écrivant son ysopet et réalisée par « Le Maître de Papeleu » vers 1290 (Bibliothèque nationale de France)

Elle rassemble des nouvelles en vers provenant des vieilles traditions bretonnes, auxquelles elle donne le nom de “Lais”.

Elle est la première femme écrivain française, mais on ne sait quasiment rien d’elle, si ce n’est ce qu’elle écrit elle-même dans l’épilogue de ses Fables : "Marie ai num, si sui de France" [1]. Vivant probablement en Angleterre, liée à la cour de Henri II Plantagenêt et de Aliénor d’Aquitaine, elle devait être originaire d’Île-de-France. Son oeuvre manifestant une grande culture, on la suppose abbesse d’un monastère. On a conservé d’elle 3 oeuvres, d’inspiration assez différente.

Les Lais ou Contes vers 1160-1175 sont un recueil de 12 courts récits en octosyllabes à rimes plates, de dimensions variables qui sont aux romans bretons ce que les nouvelles seront plus tard aux romans. Marie dit avoir écrit et "assemblés" ses textes à partir de "lais bretons". Un seul de ces lais est à proprement parler arthurien, le Lai de Lanval. L’amour, le plus souvent en marge de la société est le sujet principal du recueil : le plus court mais peut-être le plus beau de ces textes, le Lai du chèvrefeuille, se rapporte ainsi à l’histoire de Tristan et Iseut. Plusieurs lais font intervenir le merveilleux, mais tous ont néanmoins le monde réel pour toile de fond.

Avec un grand talent de conteur, elle ajoute une tonalité courtoise et poétique à la magie de la matière de Bretagne. Une discrète émotion se dégage de récits où l’auteur privilégie la pitié et la compassion pour ses personnages. Son style est d’une grande économie de moyens, caractérisé par la sobriété dans la composition du récit, un art très sûr de la mise en scène et l’efficacité d’une langue simple et limpide.

Outre les Lais, elle est aussi l’auteur d’un recueil de Fables entre 1167 et 1189 qui est la première adaptation en français des fables ésopiques connue, et L’espurgatoire de saint Patrice, qui propose une évocation détaillée des souffrances du Purgatoire, et s’inscrit dans la tradition des voyages vers l’Au-delà.

GIF - 4.3 ko

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Marie de France (poétesse)/ Portail de la poésie/ Poétesse française

Notes

[1] J’ai pour nom Marie et je suis de France