Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Adam 1er de Beaumont-Gâtinais

Adam 1er de Beaumont-Gâtinais

lundi 23 janvier 2023, par ljallamion

Adam 1er de Beaumont-Gâtinais (1150-1191)

Seigneur de Beaumont-du-Gâtinais

Compagnon d’armes du roi d’Angleterre, Richard Cœur de Lion, durant la Troisième croisade [1].

Adam 1er est issu de la lignée de la famille Beaumont-Gâtinais [2] de la noblesse de l’ancien comté du Gâtinais [3].

En 1178, le roi de France, Philippe Auguste, le nomme Grand chambrier de France [4].

En 1184, Adam 1er épouse Dame Alix le Riche d’Athis [5], née en 1165.

En 1189, débute la Troisième croisade. Adam 1er de Beaumont-Gâtinais rejoint les participants à cette nouvelle croisade.

En 1191, il s’embarque pour la Palestine au côté du roi d’Angleterre Richard Cœur de Lion. Le 7 juin, il débarque avec le roi Richard à Saint-Jean-d’Acre [6].

Le 12 juillet, après de longs combats contre les Sarrasins [7], les Croisés reprennent la ville de Saint-Jean d’Acre. Durant ces combats, Adam 1er fut tué.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Adam Ier de Beaumont-Gâtinais/ Portail des croisades/ Catégories : Noble du Moyen Âge

Notes

[1] La troisième croisade, qui débuta en 1189 et s’acheva en 1192, est une série d’expéditions menées par Frédéric Barberousse, empereur germanique, Philippe Auguste, roi de France, et Richard Cœur de Lion, roi d’Angleterre, dans le but de reprendre Jérusalem et la Terre sainte à Saladin. Cette croisade a permis la reprise d’un certain nombre de ports de Terre sainte, mais n’a pas permis la reconquête de l’arrière-pays, ni la reprise de Jérusalem. Cependant, la libre circulation à Jérusalem fut autorisée aux pèlerins et marchands chrétiens.

[2] La famille de Beaumont-Gâtinais est une lignée de seigneurs originaires de l’ancien comté du Gâtinais depuis le Moyen Âge.

[3] Beaumont-du-Gâtinais est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne. Le village s’appelait Beaumont-les-Bois en 1302.

[4] Le Grand chambrier de France était l’un des grands officiers de la couronne de France pendant l’ancien Régime. Il s’agissait de l’une des charges conférant la noblesse héréditaire au premier degré dès le jour de l’entrée en fonction. Le grand chambrier était le chef de la chambre du roi. Sous les premiers Capétiens, le grand chambrier gérait le Trésor royal (ou Trésor du roi) avec le grand bouteiller, avant que la chambre des comptes, créée par Philippe IV le Bel et le Surintendant des Finances, apparu en 1311, ne viennent les suppléer dans cette fonction. Cet officier possédait une des cinq grandes charges de la couronne. Il était non seulement distingué du grand chambellan, mais il lui était, en quelque manière, supérieur par l’étendue de son pouvoir. Il signait les chartes et autres lettres importantes. Pendant longtemps, il précéda le connétable, et il jugeait avec les pairs de France. François 1er supprime cette dignité en 1545 au profit de celle de Gentilhomme de la Chambre

[5] Athis-Mons est une commune française située à douze kilomètres au sud-est de Paris dans le département de l’Essonne. À l’origine deux villages agricoles séparés sur les coteaux de la Seine et de l’Orge, Athis-sur-Orge et Mons-sur-Orge, seigneuries de personnages illustres, la fusion en 1817 créa Athis-Mons

[6] Acre est une ville d’Israël, située au nord de la baie de Haïfa, sur un promontoire et dotée d’un port en eaux profondes. Acre est située à 152 km de Jérusalem et dépend administrativement du district nord. Cette ville côtière donne son nom à la plaine d’Acre qui comporte plusieurs villages. Son ancien port de commerce florissant dans l’Antiquité, est devenu une zone de pêche et de plaisance de moindre importance. Elle devient au 13ème siècle la capitale du Royaume de Jérusalem et le principal port de Terre sainte.

[7] Sarrasins ou Sarrazins est l’un des noms donnés durant l’époque médiévale en Europe aux peuples de confession musulmane. On les appelle aussi Arabes, Ismaélites ou Agaréniens. D’autres termes sont employés également comme Maures, qui renvoient aux Berbères de l’Afrique du Nord après la conquête musulmane. Le terme de Sarrasin se cristallise finalement sur l’opposition avec l’ennemi dans le contexte des Croisades menées par l’Occident chrétien en Terre sainte.