Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Guillaume du Perche

jeudi 20 octobre 2022, par ljallamion

Guillaume du Perche (mort en 1226)

Comte du Perche de 1217 à 1226

Fils de Rotrou IV , comte du Perche [1], et de Mathilde de Blois-Champagne. Il fut d’abord trésorier et prévôt de Saint-Martin de Tours [2].

Puis il fut élu évêque de Châlons-en-Champagne [3] en 1215 et sacré en 1216. L’année suivante, il succéda à son neveu Thomas du Perche , comte du Perche, tué à la bataille de Lincoln en 1217 [4]. Il fit en 1220 des donations à l’abbaye Notre Dame de la Trappe [5] pour le repos de l’âme de son frère Geoffroy et de son neveu Thomas.

Il fit le pèlerinage à Jérusalem [6] en 1225 et mourut au retour. La maison du Perche s’éteignit avec lui, et plusieurs héritiers revendiquèrent la succession, mais le roi Louis VIII le Lion fit valoir le droit de réversion et annexa le comté du Perche au domaine royal.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Guillaume du Perche/ Portail de la Marne/Catégories : Évêque de Châlons

Notes

[1] Le comté du Perche est issu de l’union de deux seigneuries : celle de Mortagne-au-Perche, et celle de Nogent-le-Rotrou. Les seigneurs de Mortagne furent parfois qualifiés de comtes, mais pas de manière systématique. Ce fut le comte Geoffroy de Mortagne qui adopta le titre de comte du Perche, à la fin du XIIe siècle. À la mort de l’évêque Guillaume du Perche, en 1226, le comté fut réuni à la Couronne. Plus tard il fut donné en apanage à des princes du sang.

[2] La basilique Saint-Martin de Tours est un édifice religieux situé à Tours, dont la crypte abrite le tombeau de Martin de Tours. L’ancienne église collégiale Saint-Martin de Tours, qui datait essentiellement du 11ème siècle, fut désaffectée, vandalisée et transformée en écurie en 1793, puis démolie à la suite de l’effondrement des voûtes en 1797, seules deux tours étant conservées. La basilique actuelle, nettement plus modeste, a été construite entre 1886 et 1902 dans le style néo-byzantin par l’architecte Victor Laloux.

[3] Érigé au 4ème siècle, il est un des diocèses historiques de l’ancienne province de Champagne. Supprimé en 1801, il est rétabli en 1822. Il est suffragant de l’archidiocèse métropolitain de Reims. En tant que titulaire de l’une des anciennes pairies de France, l’évêque-comte de Châlons portait l’anneau du Roi au cours de la cérémonie du sacre du roi de France.

[4] La seconde bataille de Lincoln a lieu au château de Lincoln le 20 mai 1217, dans le cadre de la Première Guerre des barons, entre les forces de Louis de France, le futur Louis VIII, et celles du roi Henri III d’Angleterre. L’armée du prince français qui s’était proclamé roi d’Angleterre est attaquée par une partie de l’armée anglaise, commandée par Guillaume le Maréchal régent d’Angleterre. Le comte du Perche, Thomas du Perche, est tué dans la bataille, qui est la dernière victoire du Maréchal. Guillaume le Maréchal, qui aurait pu faire prisonnier Louis de France, le raccompagne sur la côte du sud de l’Angleterre. Les batailles navales de Sandwich et de Douvres, la même année, suivront.

[5] L’abbaye Notre-dame de La Trappe (appelée jusqu’au début du 20ème siècle La Grande Trappe) est un monastère en activité, situé à Soligny-la-Trappe (Orne, France). Né au 11ème siècle dans l’éphémère congrégation de Savigny, il rejoint comme son abbaye mère l’ordre cistercien en 1147.

[6] Le royaume de Jérusalem fut fondé par des princes chrétiens à la fin de la première croisade, lorsqu’ils s’emparèrent de la ville. C’est l’un des États latins d’Orient. On peut distinguer plusieurs périodes dans son histoire : celles où le titre de roi de Jérusalem est associé à la mainmise croisée sur la ville (1099-1187 et 1229-1244), et celles où le titre représente le plus haut niveau de suzeraineté des croisés en Terre sainte, mais durant lesquelles la ville en elle-même n’appartient pas aux soldats croisés. Le royaume de Jérusalem fut créé en 1099 après la prise de la ville et ne disparut réellement qu’avec le départ des derniers croisés de Tortose en août 1291, soit moins de deux siècles plus tard.