Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 8ème siècle > Áed Allán mac Fergaille

Áed Allán mac Fergaille

samedi 27 août 2022, par ljallamion

Áed Allán mac Fergaille (mort en 743)

Roi d’Ailech-Ard ri Érenn de 734 à 743

Les ard rí étaient traditionnellement intronisés sur la colline de Tara. La Lia Fáil (photo) était supposée crier le nom du roi légitime lorsque celui-ci posait son pied sur elle.Principal acteur de la prise de contrôle par le Cenél nEógain [1] des dynasties Uí Néill [2] du nord-ouest de l’Irlande à l’époque ou le Clan Cholmáin [3] s’impose comme le principal pouvoir parmi les Uí Néill des Midlands d’Irlande [4]

Fils aîné de Fergal mac Máele Dúin roi d’Ailech [5] du Cenél nEógain famille issue des Uí Neill et Ard ri Érenn [6] de 710-722. Après les troubles qui avaient suivi la mort de son père à la bataille d’Almain, le titre d’Ard ri Érenn était finalement revenu à Flaithbhertach mac Loingsig du Cenél Conaill.

Les Annales d’Ulster [7] relèvent qu’Áed Allán affronte Flaithbhertach au combat pour le contrôle de Mag nÍtha sans en préciser l’issue. Il est toutefois indiqué que les Ui Echdach du Cenél nÉogain et d’autres y tombèrent, ce qui semble impliquer une défaite initiale du Cenél nEógain. Toutefois le début du règne d’Áed Allán est enregistré la même année vraisemblablement après la déposition ou l’abdication de Flaithbertach qui meurt dans un monastère à Armagh [8] en 765.

À partir du règne d’Áed Allán jusqu’à la fin du 10ème siècle, le titre d’Ard ri Erenn alterne régulièrement entre le Cenél nEógain dans le nord-ouest et le Clan Cholmáin dans les midlands d’Irlande. La perte du contrôle du pouvoir dans le nord-ouest par le Cenél Conaill est principalement liée à la conquête à ses dépens, par le Cenél nEógain d’un petit royaume vassal connu sous le nom de Mag nÍtha [9]. Cette expansion a fait l’objet de durs combats pendant la décennie 730 ; qui sont liés pour le Cenél Conaill du besoin vital de maintenir de bonnes communications entre son principal domaine autour de la ville moderne de Donegal et ses territoires le long de la côte nord du comté de Donegal [10] aussi à l’est que Lough Swilly [11]. Un corollaire de la conquête de Mag nÍtha fut que le sous royaume Uí Néill du Cenél nÉndai, établi autour de Raphoedans le Donegal, transfert sa vassalité du Cenél Conaill à la suzeraineté de Cenél nEógain.

Une fois Áed Allán établi comme Ard ri Erenn, il renforce comme roi la capacité Uí Néill du nord à frapper ses rivaux Uí Néill des Midlands et les ennemis traditionnels de Leinster [12] en remportant une bataille décisive en 735 à Faughart près de Dundalk [13] dans le comté de Louth [14], contre Áed Roin, roi d’Ulaid [15], et l’allié et voisin de ce dernier, Conchad mac Cuanach, roi de Coba Mag dans l’ouest du comté de Down [16].

Cette bataille détache le Conailli Muirthemne dans ce qui est maintenant le comté de Louth de la province d’Ulaid et donne au Cenél nÉogain un territoire qui lui permet de prendre pied sur la côte est dans le coin nord est de la plaine des midlands d’Irlande. Avec comme résultat que le royaume d’Airgialla qui occupe les modernes comtés de Armagh [17], Monaghan [18], Londonderry [19], et Tyronne est désormais dominé principalement par le Cenél nÉogain, et avec lui se dessine une alliance entre le Cenél nÉogain et l’église d’Armagh. Pour les prochains siècles les intérêts du Cenél nÉogain et ceux des héritiers de Patrick d’Armagh seront étroitement convergeant. La première illustration importante de cette connexion est les mentions relevées par les annales d’Ulster de deux événements de 737.

En effet cette année-là, Áed Allán rencontre au monastère de Terryglass, l’Eóganacht Glendamnach [20] Cathal mac Finguine roi de Munster [21] et principal souverain sud de l’Irlande. Il est peu probable que ce dernier ait reconnu l’autorité d’Áed Allán car l’influence des Uí Neill était faible dans le Leth Mogha [22]. Il semble toutefois que sur le plan religieux la prééminence d’Armagh ait été évoquée car les Annales relèvent dans l’entrée suivante que les Lois de Patrick s’appliqueraient désormais dans le sud.

Fort de ses succès dans le nord, Áed Allán attaque ensuite le Leinster afin de venger son père. Les Annales d’Ulster relèvent en 738 la bataille d’Ath Senaig au cours de laquelle l’Ard ri Érenn fut blessé mais qui vit la mort de ses deux ennemis Aed mac Colggen Uí Cheinnselaigh [23] roi du Sud-Leinster et Bran Bec Mac Murchado des Uí Dúnlainge [24] roi du Nord-Leinster. Il s’agissait pour l’un d’un vainqueur de Fergal en 722 et pour l’autre du fils de l’autre vainqueur ; Murchad mac Bran Mut mort en 727. Ce combat aura de plus une incidence durable sur l’histoire du Leinster puisqu’il marque le début de l’éclipse de près de 300 ans des Uí Cheinnselaigh pendant laquelle la royauté de Leinster sera monopolisée par les Uí Dúnlainge.

C’est le point culminant du règne d’Áed Allán dont le pouvoir semble assuré lorsqu’il doit faire face à la compétition de Domnall Midi du Clan Cholmáin des Uí Neill du sud. Il est vaincu et tué à la bataille de Seredmag en 743. Le lieu de ce combat est situé par certaines annales dans l’actuel comté de Longford [25], ce qui suggère que Áed Allán avait attaqué des Uí Néill voisins et sans doute alliés du Clan Cholmáin.

Áed Allán eut comme premier successeur comme roi d’Ailech son frère Niall Frossach . Son fils Máel Dúin mac Áeda roi d’Ailech de 770 à 788 n’accéda au trône qu’après la mort de son oncle. Le fils de Mael Duin, Murchad, sera encore roi d’Ailech de 819 à sa déposition en 823. Aucun de ses descendants ne porta le titre d’Ar ri Érenn.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Edel Bhreathnach The kingship and landscape of Tara Editor Four Courts Press for The Discovery Programme Dublin (2005) (ISBN 1851829547).

Notes

[1] Cenél nEógain est le nom des descendants d’Eoghan mac Néill, le fils de Niall Noígiallach ancêtre des Uí Néill., qui fonda au 5ème siècle en Ulster le royaume d’Ailech. Ce royaume s’étendait approximativement sur l’actuel comté de Tyrone, et sur certaines parties des comtés de Londonderry, de Donegal, de Fermanagh, de Monaghan et d’Armagh. En 1020, les Cenél nEógain furent pourchassés par le haut-roi Mael Seachlainn II Mór à travers le Sliab Fuait

[2] Les Uí Néill étaient une grande dynastie irlandaise. Il signifiait les « descendants de Niall Noigiallach », et se rapportait à un groupe de parenté irlandais. Les Uí Néill n’étaient ni une tribu, ni une confédération de tribus, mais une dynastie, c’est-à-dire qu’ils étaient composés, dès le 6ème siècle, de quelques douzaines de personnes réparties sur un vaste territoire au nord et au centre de l’Irlande. Ils devinrent à partir de la seconde moitié du 6ème siècle la dynastie dominante de la moitié nord de l’Irlande. Ses diverses branches donnèrent un certain nombre de hauts rois d’Irlande entre les 7ème et 11ème siècles.

[3] Le Clan Cholmáin est le nom de la descendance de Colmán Már mac Diarmato, fils de Diarmait mac Cerbaill. C’est une branche méridionale des Uí Néill. Le clan compte en son sein de nombreux Rois de Mide (Meath). Au 10ème siècle et 11ème siècle leurs successeurs les Uí Máelshechlainn étaient établis à Dun na Sciath près du Lough Ennell ou à Cro-inis sur le lac lui-même

[4] Les Midlands d’Irlande sont une région du centre de l’Irlande, composée approximativement des comtés de Laois, de Leitrim, de Longford, d’Offaly, de Roscommon, de Tipperary, et de Westmeath.

[5] Les rois d’Ailech étaient les descendants de Eógan, c’est-à-dire les Cenél nEógain, et appartenaient ainsi à une branche des Uí Néill. Après la destruction d’Ailech dans le comté de Donegal par Muircheartach Ua Briain en 1101, ou peut-être même à partir de 1050, les rois d’Ailech furent reconnus à Tuloch-Og dans le comté de Tyrone Les Mac Lochlainn transfèrent ensuite le lieu de leur intronisation à Derry alors que leurs rivaux les O’Neill demeurent à Tuloch-Og.

[6] Le Ard rí Érenn désigne, dans la mythologie celtique et l’histoire médiévale de l’Irlande, le souverain qui règne sur la totalité de l’île. Ard rí signifie « roi suprême » et « Érenn » provient de la déesse Ériu, véritable personnification du pays

[7] Les Annales d’Ulster sont des chroniques de l’histoire médiévale irlandaise. Les entrées couvrent la période allant de 431 à 1540. Celles allant jusqu’à l’année 1489 furent compilées à la fin du 15ème siècle par le scribe Ruaidhri Ó Luinín, sous le patronage de Cathal Óg Mac Maghnusa, sur l’île de Belle Isle sur le lac Lough Erne, dans la province d’Ulster. Les entrées plus tardives furent rajoutées par d’autres auteurs.

[8] L’Archidiocèse d’Armagh est l’un des quatre archidiocèses métropolitains de rite romain que compte l’île d’Irlande. Son titulaire siège à la Cathédrale catholique Saint-Patrick d’Armagh et est reconnu comme étant primat d’Irlande

[9] établi dans l’actuelle vallée de la rivière Finn dans le Donegal

[10] Le Comté de Donegal est le comté d’Irlande situé le plus au nord. C’est un des trois comtés de l’Ulster qui ne fait pas partie des six comtés d’Irlande du Nord sous souveraineté britannique.

[11] Le Lough Swilly est une sorte de profond fjord situé au nord de l’Irlande entre la péninsule d’Inishowen à l’est et la péninsule de Fanad à l’ouest, dans le comté de Donegal. À l’extrémité nord du Lough se trouvent le cap Fanad avec son célèbre phare et le cap Dunaff. Sur ses rives se trouvent les villes de Buncrana à l’est et Rathmullan sur le côté ouest. À l’extrémité sud du Lough se trouve Letterkenny.

[12] Le Leinster est une des quatre provinces traditionnelles de l’Irlande. Recouvrant la partie orientale de l’île

[13] Dundalk est une ville du comté de Louth en Irlande. Elle fut fondée en 1189. Dundalk se trouve près de la frontière avec l’Irlande du Nord à 80 km au nord de Dublin. Son nom provient de Dún Dealgan qui signifie le « fort de Dalga » en irlandais, qui est associé au guerrier mythique Cúchulainn.

[14] Le Comté de Louth est une circonscription administrative de la République d’Irlande située au nord de Dublin dans la province du Leinster à la frontière avec l’Irlande du Nord.

[15] Les Ulaid étaient un peuple du nord-est de l’Irlande primitive, qui donna son nom à la province moderne d’Ulster

[16] Le comté de Down est un des six comtés qui forment l’Irlande du Nord. Il fait partie de la province d’Ulster. Sa capitale est Downpatrick. C’est à l’intérieur du comté que l’on trouve le point le plus à l’est de l’île d’Irlande. Le comté est entouré des comtés d’Antrim au nord, d’Armagh à l’Ouest, de Louth au Sud Ouest et par la mer d’Irlande à l’Est.

[17] Le comté d’Armagh est l’un des six comtés irlandais formant l’Irlande du Nord. Comme les cinq autres, il fait partie de la province historique d’Ulster. Son nom vient de sa ville principale, Armagh. Le comté d’Armagh est surnommé le « verger d’Irlande » grâce à la fécondité du sol. Il possède plusieurs villes importantes comme Craigavon, Lurgan et Portadown.

[18] Le comté de Monaghan est une circonscription administrative de l’Irlande située à la frontière avec l’Irlande du Nord dans la province d’Ulster. C’est un des trois comtés de l’Ulster qui ne fait pas partie des six comtés d’Irlande du Nord. Le comté est entouré par ceux de Fermanagh à l’ouest, Tyrone au nord, Armagh à l’est (tous trois situés en Irlande du Nord), Meath au sud, Louth au sud est et Cavan au sud-ouest.

[19] Le comté de Londonderry ou comté de Derry est un des 6 comtés irlandais formant l’Irlande du Nord dans la province d’Ulster. Il est nommé d’après sa ville principale, Londonderry également appelée Derry. Outre Derry, une autre grande ville du comté est Coleraine. Le comté est bordé par les comtés nord-irlandais d’Antrim et de Tyrone et le comté de Donegal. Sa superficie est de 2 074 km2

[20] Les Eóganacht Glendamnach forment une branche de la famille des Eóganachta, la dynastie régnante du royaume de Munster du 5ème siècle au 10ème siècle. Ils tirent leur nom de Glendamnach, aujourd’hui Glanworth, situé à une quarantaine de kilomètres de la ville de Cork. Ils descendent d’Óengus mac Nad Froích (mort vers 489), le premier roi chrétien de Muman, par son fils Eochaid mac Óengusa (mort en 522) et son petit-fils Crimthann Srem mac Echado (mort vers 542). Les trois branches cousines des Eóganacht Glendamnach, des Eóganacht Chaisil et des Eóganacht Áine occupèrent tour à tour le trône selon un système de rotation permanent. Pourtant, les listes des rois donnent à la branche de Glendamnach le quasi-monopole des souverains du 6ème siècle. Toutefois, les Laud Synchronisms furent probablement écrits au milieu du 8ème siècle à Cloyne, près de Cork, un monastère favorable à la branche de Glendamnach, ce qui rend douteuses certaines de ses attributions. Le dernier roi de cette branche mourut en 821.

[21] Situé dans le sud-ouest de l’île, le Munster, est l’une des quatre provinces d’Irlande. Il comprend six comtés. Au début du Moyen Âge, la plus grande partie de la province actuelle faisait partie du Royaume de Munster, dirigé par Eóganachta, qui succeda aux Dáirine et Corcu Loígde à partir du 7ème siècle. Les trois couronnes du drapeau de Munster ressemblent à celles du drapeau de Dublin et du blason de sudédois, elles représentent les trois royaumes issus de la séparation de la province au 12ème siècle : Thomond (nord), Desmond (sud), et Ormond (est). Ces derniers royaumes furent eux-mêmes absorbés par renonciation et restitution dans le Pairage d’Irlande comme comtés. Ces noms n’existent plus qu’indirectement aujourd’hui, en particulier pour le comté de Thomond.

[22] moitié sud de l’Irlande

[23] Les Uí Cheinnselaigh ou Uí Cheinnsealaigh sont une dynastie de rois du Leinster dont le nom signifie en irlandais petit-fils de Cennsalach.

[24] Les Uí Dúnlainge, (« petits-fils de Dúnlaing » en irlandais), appartenaient à une dynastie irlandaise du Leinster, qui faisaient remonter leur lignée jusqu’à Dúnlaing mac Énda Niada. On le disait cousin d’Énnae Cennsalach, ancêtre éponyme de leurs rivaux, les Uí Cheinnselaigh. Leurs prétentions à la royauté du Leinster ne rencontrèrent pas d’opposition après la mort d’Áed mac Colggen à la bataille de Ballyshannon le 19 août 738. La dynastie se divisa alors en trois branches qui se partagèrent la royauté en alternance entre 750 et 1050.

[25] Le Comté de Longford est une circonscription de la République d’Irlande située dans les Midlands, au nord ouest de la province du Leinster. Il est entouré des Comtés de Leitrim, Cavan, Roscommon et Westmeath. Le Comté tient son nom de sa capitale, Longford. Avec une superficie de 1 091 km², c’est un des plus petits Comté d’Irlande.