Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 8ème siècle > Domnall Midi mac Murchada

Domnall Midi mac Murchada

samedi 27 août 2022, par ljallamion

Domnall Midi mac Murchada (vers 715-763)

Roi de Mide-Ard ri Érenn de 743 à 763

Les ard rí étaient traditionnellement intronisés sur la colline de Tara. La Lia Fáil (photo) était supposée crier le nom du roi légitime lorsque celui-ci posait son pied sur elle.Domnall mac Murchada est le premier Ard ri Erenn [1] issu du Clan Cholmáin [2], la lignée des Uí Néill [3] du sud qui règne sur le royaume de Mide [4]. Avant lui la dynastie la plus puissante des Uí Néill du Sud est le Síl nÁedo Sláine [5] issu du roi Áed Sláine qui règne sur Brega [6], plus à l’est dans la riche plaine le long de la Boyne [7]

Domnal Midi était le fils de Murchad Midi mac Diarmato roi d’Uisnech puis de Mide du Clan Cholmáin des Ui Neill du Sud et d’Ailpin fille de Comgall mac Saran roi de Delbna Mór.

Quand son père, Murchad mac Diarmata, meurt en 715, il est nommé righ h-Ua Neill [8]. Cette dénomination désigne apparemment le lieutenant parmi les Uí Néill du Sud pendant le règne d’un Haut-Roi d’Irlande [9] issu des Uí Néill du Nord de manière similaire le lieutenant des Uí Néill du Nord pour un Ard ri Erenn choisi parmi les Uí Néill du Sud est nommé Rí in Tuaiscert [10].

Domnall devait cependant être trop jeune en 715 pour exercer une quelconque influence au cours des années suivantes car son nom n’est pas mentionné dans la Chroniques d’Irlande [11] avant 730, 2 ans après la mort de Cináed mac Írgalaig du Síl nÁedo Sláine. Après lui le titre d’Ard ri Erenn passe à un nouvel Uí Néill du Nord, Flaithbertach mac Loingsig du Cenél Conaill [12].

Domnall avait succédé effectivement à son père en 730 quand les annales d’Ulster [13] relèvent cette année-là la perturbation d’un campement contre Domnall mac Murchada dans le Cúla [14]. Parmi les 4 infractions que, d’après un poème contemporain, le roi des Uí Néill avait le droit de juger de sa propre autorité était la perturbation d’un campement. L’autorité de Domnall, comme suzerain des Uí Néill du Sud, semble donc apparemment avoir été remise en question par l’un des royaumes de la lignée rivale du Síl nÁedo Sláine.

En 734 Flaithbertach mac Loingsig est détrôné ou abdique et remplacé comme Ard ri Erenn par Áed Allán mac Fergaile , un autre Uí Néill du Nord qui vient d’établir le pouvoir du Cenél nEógain sur le royaume de Conailli Muirthemne dans le comté de Louth [15] et de remporter en 738 une grande victoire sur les rois du Leinster [16]. Ces évènements sont peut-être la cause de la première entrée dans la vie religieuse de Domnall qui se retire dans un monastère en 740.

En 742, cependant, Áed Allán étrangle de ses propres mains l’un de ses principaux rois-clients, Conaing mac Amalgada roi de Brega Nord. Cet acte de violence flagrante a peut-être encouragé Domnall à revenir à la vie laïque. En 743, il défait et tue Áed Allán dans une bataille à Tethbae. Contrairement à son prédécesseur, Domnall Midi maintint de bonnes relations avec les Uí Dúnlainge [17] qui contrôlaient le nord Leinster et dont le roi devint son gendre. Bien que l’année 743 soit considérée comme le début du règne de Domnall comme Haut-Roi d’Irlande, l’année suivante le voit rejoindre sa retraite dans son monastère.

Domnall n’apparaît plus dans les annales jusqu’en 753 lorsqu’il proclame la Loi de Columba, commençant ainsi une longue collaboration entre le Clan Cholmáin et Iona [18] qui aboutit avec la refondation de l’Abbaye de Kells [19] au début du 9ème siècle.

L’autorité de Domnall et sa prise de conscience de la menace que fait pesée sur elle le Cenél nEógain sont tous deux révélés par une entrée des annales pour l’année 756, selon laquelle il exige que les Hommes du Leinster marchent vers l’est afin d’attaquer Mag Muirthemne, l’enclave du Cenél nEógain sur la côte de la mer d’Irlande [20].

Quand Domnall meurt le 20 novembre 763, il a établi le pouvoir du Clan Cholmáin dans les Midlands d’Irlande [21]. Le titre d’Ard ri Érenn va à Niall Frossach le demi-frère cadet de son prédécesseur.

Domnall Midi avait épousé Ailbine fille d’Ailill mac Cenn Fáelad roi d’Ard Ciannachtae

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Edel Bhreathnach The kingship and landscape of Tara Editor Four Courts Press for The Discovery Programme Dublin (2005) (ISBN 1851829547).

Notes

[1] Le Ard rí Érenn désigne, dans la mythologie celtique et l’histoire médiévale de l’Irlande, le souverain qui règne sur la totalité de l’île. Ard rí signifie « roi suprême » et « Érenn » provient de la déesse Ériu, véritable personnification du pays

[2] Le Clan Cholmáin est le nom de la descendance de Colmán Már mac Diarmato, fils de Diarmait mac Cerbaill. C’est une branche méridionale des Uí Néill. Le clan compte en son sein de nombreux Rois de Mide (Meath). Au 10ème siècle et 11ème siècle leurs successeurs les Uí Máelshechlainn étaient établis à Dun na Sciath près du Lough Ennell ou à Cro-inis sur le lac lui-même

[3] Les Uí Néill étaient une grande dynastie irlandaise. Il signifiait les « descendants de Niall Noigiallach », et se rapportait à un groupe de parenté irlandais. Les Uí Néill n’étaient ni une tribu, ni une confédération de tribus, mais une dynastie, c’est-à-dire qu’ils étaient composés, dès le 6ème siècle, de quelques douzaines de personnes réparties sur un vaste territoire au nord et au centre de l’Irlande. Ils devinrent à partir de la seconde moitié du 6ème siècle la dynastie dominante de la moitié nord de l’Irlande. Ses diverses branches donnèrent un certain nombre de hauts rois d’Irlande entre les 7ème et 11ème siècles.

[4] soit approximativement le moderne comté de Westmeath et la partie nord du comté d’Offaly

[5] Les Síl nÁedo Sláine est le nom des descendants d’Áed Sláine (Áed Sláine mac Diarmato), fils de Diarmait mac Cerbaill. Faisant partie des Ui Neill du sud, ils étaient les rois de Brega, ils prétendaient descendre de Niall Noigiallach et de son fils Conall Cremthainne. Les sites royaux occupés par le Síl nÁedo Sláine comprennent Oristown (Ráith Airthir) et Lagore (Loch nGabor) et à partir du 9ème siècle la forteresse colline de Knowth (Cnogba). Avec l’exception possible de Óengus mac Colmáin, tous les rois O’Neill descendaient de Diarmait mac Cerbaill, et appartenaient aux Síl nÁedo Sláine jusqu’à la mort de Cinaed en 728.

[6] L’origine du nom du royaume de Brega est Mag Breg, la plaine de Brega, dans les actuels Comté de Meath et de Dublin. Annexé au 6ème siècle par les Uí Néill descendants de Conall Criamthain un fils de Niall Noigiallach Le royaume de Brega comprenait la Colline de Tara site où les Ard ri Érenn étalent traditionnellement proclamés

[7] La Boyne est un fleuve d’Irlande. Le fleuve coule sur 112 kilomètres entre sa source à Newbury Hall, près de Carbury, dans le Comté de Kildare et son embouchure dans la Mer d’Irlande à Drogheda (Comté de Meath).

[8] c’est-à-dire roi des Uí Néill par les annalistes

[9] La souveraineté suprême de l’Irlande est une construction littéraire du Moyen Âge. La liste conventionnelle des individus ayant porté le titre de ard rí Érenn (« haut-roi d’Irlande » ou « roi suprême d’Irlande ») emprunte autant à la mythologie et à la légende qu’à l’histoire.

[10] c’est-à-dire Roi du Nord

[11] Les Chroniques d’Irlande est le nom moderne donné à une présumée collection d’annales ecclésiastiques, ayant enregistré les événements en Irlande entre les années 432 et 911. Plusieurs annales anciennes, existant encore maintenant, rapportent les événements dans le même ordre et avec des mots identiques jusqu’en 911, date à partir de laquelle elles poursuivent des narrations différentes.

[12] Les Cenél Conaill est le nom des descendants de Conall Gulban, fils de Niall Noigiallach, reconnu par l’histoire orale et écrite comme le co-fondateur avec son frère Eógan mac Néill dont est issu le Cenél nEógain de la puissance des Uí Néill du Nord en Ulster. Le Cenél Conaill était également connus en Écosse comme le famille de saint Columba.

[13] Les Annales d’Ulster sont des chroniques de l’histoire médiévale irlandaise. Les entrées couvrent la période allant de 431 à 1540. Celles allant jusqu’à l’année 1489 furent compilées à la fin du 15ème siècle par le scribe Ruaidhri Ó Luinín, sous le patronage de Cathal Óg Mac Maghnusa, sur l’île de Belle Isle sur le lac Lough Erne, dans la province d’Ulster. Les entrées plus tardives furent rajoutées par d’autres auteurs.

[14] Le Cúla est la partie nord-ouest de Brega au-dessus de la vallée de la Blackwater, vers Kells, où règne une lignée du Síl nÁedo Sláine, le Síl nDlúthaig. Leur royaume comprend Tailtiu et Ráith Airthir, l’antique site où se tient la foire annuelle des rois de Tara et l’ancienne forteresse des rois de Brega

[15] Le Comté de Louth est une circonscription administrative de la République d’Irlande située au nord de Dublin dans la province du Leinster à la frontière avec l’Irlande du Nord.

[16] Le Leinster est une des quatre provinces traditionnelles de l’Irlande. Recouvrant la partie orientale de l’île

[17] Les Uí Dúnlainge, (« petits-fils de Dúnlaing » en irlandais), appartenaient à une dynastie irlandaise du Leinster, qui faisaient remonter leur lignée jusqu’à Dúnlaing mac Énda Niada. On le disait cousin d’Énnae Cennsalach, ancêtre éponyme de leurs rivaux, les Uí Cheinnselaigh. Leurs prétentions à la royauté du Leinster ne rencontrèrent pas d’opposition après la mort d’Áed mac Colggen à la bataille de Ballyshannon le 19 août 738. La dynastie se divisa alors en trois branches qui se partagèrent la royauté en alternance entre 750 et 1050.

[18] Iona est une petite île du nord-ouest de l’Écosse, dans les Hébrides intérieures, séparée de l’île de Mull par le détroit d’Iona. L’île, avec 4,8 km du nord au sud et 2,4 km de d’est en ouest, s’étend sur 800 hectares. Le point le plus élevé, Dun I, culmine à 101 m. En 563, saint Colomba d’Iona ou Columcille, exilé d’Irlande, a fondé un monastère sur l’île sous le double patronage de Conall mac Comgaill, roi de Dal Riada, et de Brude mac Maelchon, roi des Pictes. Sa communauté connut une belle évolution, comme en témoignent les croix savamment sculptées et les pierres tombales, mais fut décimée par les invasions nordiques au 8ème et au 9ème siècles.

[19] L’abbaye de Kells est un ancien monastère situé à Kells, Comté de Meath, en Irlande, à 40 miles au nord de Dublin. Il fut fondé au début du 9ème siècle. Le célèbre Livre de Kells (un évangéliaire enluminé) y fut conservé durant toute la période du Moyen Âge tardif ainsi qu’au début de la période moderne, jusque dans les années 1650, période à laquelle il quitta l’abbaye. Une part importante du Livre de Kells a pu être créée à cet endroit mais les historiens ne peuvent s’accorder sur la date exacte et les circonstances de sa création.

[20] La mer d’Irlande est un bras de mer de l’archipel des îles Britanniques séparant les îles d’Irlande à l’ouest et de Grande-Bretagne à l’est. S’étendant sur 104 000 km², elle communique avec les mers intérieures de la côte ouest de l’Écosse par le canal du Nord au nord-ouest et avec la mer Celtique par le canal Saint-Georges au sud, ces mers étant des mers bordières de l’océan Atlantique. Elle borde l’Irlande à l’ouest ainsi que les quatre nations constitutives du Royaume-Uni : l’Irlande du Nord au nord-ouest, l’Écosse au nord-est, l’Angleterre et le pays de Galles à l’est. Par ailleurs, l’île de Man, dépendance de la Couronne britannique, est située en mer d’Irlande, ainsi que l’île d’Anglesey, rattachée au pays de Galles et plus grande île de la mer d’Irlande.

[21] Les Midlands d’Irlande sont une région du centre de l’Irlande, composée approximativement des comtés de Laois, de Leitrim, de Longford, d’Offaly, de Roscommon, de Tipperary, et de Westmeath.