Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Jean de Laval-Châtillon

Jean de Laval-Châtillon

samedi 23 avril 2022, par ljallamion

Jean de Laval-Châtillon (mort en 1398)

Chevalier-Seigneur de Châtillon, de Montsûrs, d’Aubigné, Courbeveille, Tinténiac, Bécherel, Romillé

Fils d’André de Châtillon. Il est marié vers 1347 à Isabeau, dame héritière de Tinténiac [1], de Bécherel [2] et de Romillé [3].   Il suivit le parti de Charles de Blois, duc de Bretagne [4]. Il fut fait prisonnier à la bataille d’Auray [5] en 1364, et paya plus de 40 000 écus de rançon. Il est le fondateur du chapitre des Trois-Maries de Montsûrs [6].

Il décéda le 8 septembre 1398.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Jean de Laval-Châtillon/ Portail de la Mayenne/ Catégories : Seigneur de Tinténiac

Notes

[1] Tinténiac est mentionné pour la première fois en 1032 dans le cartulaire de l’Abbaye Saint-Georges de Rennes, l’église et le bourg y sont alors donnés par le duc de Bretagne Alain III à sa sœur Adèle 1ère, abbesse de Saint-Georges de Rennes en 1032, à l’occasion de la fondation de l’abbaye. L’Abbaye rétrocède dès 1036 une partie de son fief au chevalier Donoual ou Donoald. L’abbesse demande alors à Donoual de construire un château fort pour protéger ses terres (il s’agit d’une forteresse aujourd’hui remplacé par le château de Montmuran). Les successeurs de Donoal porteront longtemps le nom d’Ismaëlites, peut-être à la suite d’un pèlerinage en Terre-Sainte fait par Guillaume au début du 11ème siècle. Ils prennent le nom de Tinténiac à la fin du 12ème siècle. La seigneurie de Tinténiac était une châtellenie d’ancienneté et s’étendait sur sept paroisses, avec un droit de haute justice. En 1168, Henri II, roi d’Angleterre, guerroyant contre Eudon de Porhoët détruisit de fond en comble le château de Tinténiac. Ce fut alors que les héritiers des Ismaëlites bâtirent à quelque distance de Tinténiac, dans la paroisse des Iffs, le Château de Montmuran. En 1351, le chevalier Jean de Tinténiac s’illustre dans le combat des Trente qui a lieu à Mi-Voie près de Josselin. Isabeau de Tinténiac, la fille unique de Jean de Tinténiac épouse vers 1347 Jean de Laval, seigneur de Châtillon-en-Vendelais. Elle apporte à la famille de Laval toute la seigneurie de Tinténiac-Montmuran.

[2] Bécherel est une commune française située dans le département d’Ille-et-Vilaine. En 1124, Alain de Dinan reçoit en partage la terre de Bécherel et y fait élever, dominant la vallée, un château en pierre autour duquel se développe la cité. En 1168, Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre s’empare de la ville, très convoitée pour sa position stratégique, et la fait fortifier. La situation stratégique de Bécherel, en haut d’un promontoire rocheux qui permet de surveiller jusque vers Dinan au nord, en fait l’objet des convoitises pendant les guerres du Moyen Âge. La ville est assiégée quatre fois entre le 11ème et le 15ème siècles, notamment pendant la guerre de Succession de Bretagne : les Anglais, alliés de Jean de Monfort, occupent Bécherel. En 1363, Charles de Blois, accompagné de Bertrand Du Guesclin, assiège la ville, mais Jean de Montfort rassemble des troupes et vient les contre assiéger. Les deux parties décident de régler leur différend sur les landes d’Évran, non loin de Bécherel, mais les évêques interviennent, et un partage de la Bretagne est décidé entre les Monfort et les Blois. En avril 1371, Olivier V de Clisson met à nouveau le siège devant la ville occupée par les Anglais. Il est rejoint en août par Bertrand Du Guesclin. En 1373, le château fort est encore assiégé par les Français. Bécherel est aux mains des Français en 1374.

[3] Romillé est une commune française située dans le département d’Ille-et-Vilaine. La seigneurie et l’ancien manoir du Perron à Romillé appartinrent successivement à la famille Colin, au 15ème siècle, à Pierre de la Douesnellière, seigneur du Fail, en 1500 et à Thomas Trémaudan en 1677.

[4] Le Duché de Bretagne est un duché féodal qui a existé de 939 à 1547. Son territoire, partie de celui de l’ancienne Armorique, correspond à la région Bretagne actuelle avec une grande partie du département de la Loire-Atlantique où se trouvent la ville de Nantes et l’ancien pays de Retz. Le duché s’est trouvé, au fil des siècles, dans les zones d’influence du duché de Normandie, du royaume de France et du royaume d’Angleterre. À plusieurs reprises, les ducs ont essayé de se détacher de ces influences. Succédant au royaume de Bretagne, le duché naît en 936, en plein cœur de l’occupation de la Bretagne par les troupes viking du chef Incon. Alain Barbetorte, petit-fils du dernier roi de Bretagne Alain 1er Le Grand, libère le pays du joug normand et devint alors le premier duc de Bretagne. Pendant près de trois siècles, du 10ème siècle au 12ème siècle, les grandes maisons comtales bretonnes (Nantes, Rennes, Cornouaille) se disputent ardemment le pays breton et finissent par posséder le duché les unes après les autres.

[5] La bataille d’Auray du 29 septembre 1364 est la dernière bataille de la guerre de Succession de Bretagne, guerre régionale qui s’inscrit dans la rivalité franco-anglaise de la guerre de Cent Ans. Elle oppose une armée anglo-bretonne aux ordres de Jean III de Montfort à une force franco bretonne soutenant le parti de Charles de Blois

[6] La Chapelle des Trois-Maries, située à Montsûrs était une chapelle (dédiée à Marie-Madeleine, Marie-Cléophas et Marie-Salomé). Elle est démolie en juin 1855 pour faire place à l’Église Saint-Martin du 19ème siècle. Le nom provient du culte des Trois Marie développé en Bretagne et en Mayenne au Moyen Âge par Pierre de Nantes, qui fut évêque de Rennes, et issu de croyances tirées de la Légende dorée