Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Marie Walewska née Łączyńska

mardi 1er mars 2022, par ljallamion

Marie Walewska née Łączyńska (1786-1817)

Noble polonaise

Elle est connue pour avoir été la maîtresse polonaise de Napoléon 1er avec laquelle il a eu un fils, Alexandre Colonna Walewski .

Maria naît à Brodno, village proche de Kiernozia [1] au sein d’une famille de l’ancienne noblesse polonaise.

Le père de Maria, Maciej Łączyński reprend le domaine familial lorsque son frère aîné décide d’entrer dans les ordres.

En 1794, il participe à l’insurrection polonaise de Tadeusz Kościuszko  [2] contre la Russie impériale. Son échec en 1795 provoque le troisième et dernier partage de la Pologne [3] entre les puissances voisines et la disparition du Royaume de la carte de l’Europe. Les terres de la famille font partie du territoire incorporé à la Prusse [4]. Maciej Łączyński, blessé durant une des batailles, décède en mai 1795.

La première enfance de Maria fut heureuse, bien que souvent solitaire. Après la mort de son père, son enfance est marquée par le précepteur engagé par sa mère Ewa. C’est un Français venu en Pologne 7 ans plus tôt, Nicolas Chopin , le père du compositeur Frédéric Chopin . De 1795 à 1802, il éduque Teodor et Maria, puis les deux autres filles, Antonina et Emilia, avant d’entrer au service d’une famille amie des Łączyński, la famille de Frédéric Skarbek .

À cette époque, de nombreux jeunes gens quittent le pays pour s’engager dans les Légions polonaises [5] formées à Mantoue [6] sous le commandement du général Jan-Henryk Dąbrowski. C’est d’ailleurs le cas du frère aîné de Maria, Benedykt Łączyński qui deviendra général en 1804 et Teodor, deviendra colonel de l’armée française.

Un peu avant son 14ème anniversaire, Maria part pour le couvent Notre-Dame-de-l’Assomption à Varsovie [7], où les jeunes filles de bonne famille sont envoyées pour y compléter leur éducation. Marie est intelligente et studieuse, avec une douceur de caractère qui l’a fait aimer par tous ici écrivait la supérieure à sa mère, Ewa Łączyńska, à la fin de la scolarité de la jeune fille. Maria était aussi devenue d’une grande beauté. Il n’y avait qu’une voie qui pouvait apporter à une fille fortune et honneur : un riche mariage avec un homme bien né.

Elle est mariée en 1804 à 17 ans au comte et chambellan [8] Anastazy Walewski, un grand noble polonais quasi septuagénaire. La jeune femme rêve d’une Pologne libre, et nourrit une haine virile du Russe qui occupe la Mazovie [9], où elle est née, à quelques lieues de Varsovie, mais aussi du Prussien et de l’Autrichien qui se sont partagé le reste du pays. C’est en Pologne, en 1805, qu’elle donne naissance à son premier fils, Antoni

À l’automne 1806, Napoléon 1er occupe le territoire polonais. Les Polonais l’attendaient comme le champion de la liberté, qui se devait de libérer la Pologne. Les Walewski, eux aussi, voient en lui un libérateur, et s’installent à Varsovie pour mieux s’intégrer à l’enthousiasme ambiant. Maria s’abandonna à une fiévreuse agitation, travaillant avec les dames de Varsovie à organiser des hôpitaux, des ambulances, des stations de premier secours. Elle est également introduite dans la haute société, mais la vie mondaine l’intéresse peu.

C’est le 1er janvier 1807, lors du passage de l’empereur au relais de poste de Błonie [10], sur la route de Varsovie, que Maria Walewska aurait rencontré Napoléon pour la première fois. Un bal organisé par Talleyrand , ministre français des relations extérieures, devait marquer à Varsovie l’ouverture du carnaval et constituer la plus brillante réception que la capitale dévastée eût vue depuis Stanislas-Auguste . Un bref paragraphe parut dans le journal officiel, la gazette de Varsovie : Sa majesté l’Empereur a assisté à un bal chez le ministre des relations extérieures, le Prince de Bénévent, au cours duquel il a invité à une contredanse la femme du chambellan Anastazy Walewski. À midi, le lendemain, une voiture s’arrêta devant l’hôtel des Walewski. Duroc , le grand maréchal du palais, en descendit, portant un gigantesque bouquet de fleurs et une lettre sur un épais parchemin, fermée du sceau vert impérial.

Maria fit répondre à Duroc qu’il n’y aurait pas de réponse. D’autres lettres enflammées suivirent… Les allées et venues de Duroc allaient attirer l’attention, et nombre de gens venaient donner des conseils à Marie. Elle avait été distinguée par le destin. Elle avait été choisie pour sauver la Pologne. Le chef de famille Łączyński soldat modèle de l’empereur lui donnait sa bénédiction.

Elle finit par accepter avec l’accord de son mari de devenir sa maîtresse. L’idylle printanière du couple dans le lointain château de Finckenstein [11] est un moment unique et entièrement inattendu dans la vie de Napoléon, une période qui le vit déployer ce qu’un historien de cette période de sa vie appela une énergie miraculeuse. Pour Maria, la décision de rejoindre l’Empereur à Finckenstein était un acte de suprême courage et le risque couru énorme. Les deux amants sont très épris l’un de l’autre et l’empereur va dès lors organiser sa vie de façon à consacrer du temps à ses amours, chose qu’il n’avait pas faite depuis Joséphine de Beauharnais.

Dans l’intimité, Maria, avec son doux caractère polonais, ramène la conversation sur son idée fixe : la résurrection de la Pologne. Patiemment, Napoléon discute avec elle sans toutefois s’engager. Ses arguments sont toujours les mêmes : que les Polonais fassent preuve de cohésion, de maturité, qu’ils soutiennent militairement sa lutte contre l’Empire russe, et ils seront récompensés selon leurs mérites. Son obstination finira par aboutir : Napoléon crée en 1807 le Duché de Varsovie [12] qui disparaîtra peu après la défaite de la campagne de Russie en 1812-1813 [13]. C’était en fait un compromis pour ne pas déplaire au tsar [14], mais une réponse terriblement faible à l’attente des Polonais dont des milliers de soldats étaient morts pour l’empereur.

Le 4 mai 1810, à 4 heures de l’après-midi, Alexandre, comte Walewski, un bel enfant robuste, ouvre les yeux sur un monde où il allait connaître une carrière brillante et tumultueuse. Anastazy Walewski âgé de 73 ans le reconnaît déclarant qu’il est issu de son mariage avec Maria née Łączyńska âgée de 23 ans.

Napoléon apprend la naissance de son fils au cours d’un voyage triomphal en Belgique avec sa jeune épouse Marie-Louise d’Autriche . Il fait parvenir des dentelles de Bruxelles et 20 000 francs en or pour Alexandre. Le 5 mai 1812, à Saint-Cloud, en présence de Maria, Napoléon signe un long document juridique garantissant l’avenir du jeune Alexandre. La dotation consistait en 60 fermes aux environs de Naples [15], d’un revenu annuel de 169 516 francs 60 centimes. Les armoiries conférées par les lettres patentes en même temps que le titre de comte de l’Empire étaient un mélange des blasons Walewski et Łączyński.

D’après les règles de la communauté de biens de son mariage, les revenus de la dotation du jeune Alexandre, pendant sa minorité, couraient le risque d’être engloutis dans l’avalanche de dettes du vieux chambellan. Le 16 juillet 1812, le couple passa un acte dans lequel Maria déclarait son intention de se séparer légalement de son mari et se chargeait d’assumer la responsabilité financière de ses deux fils Antoni et Alexandre. La comtesse Walewska bénéficiait des dispositions récemment introduites par le Code Napoléon qui facilitait le divorce. Le 24 août le mariage était dissous. Si Maria était légalement libre, son éducation catholique comme la tradition la contraignirent, aussi longtemps que vécut le chambellan, à le considérer comme son mari.

L’année 1813 trouve Maria de retour à Paris, installée rue de la Houssaye avec ses deux fils, son frère Teodor et sa sœur Antonina. Grâce à la généreuse dotation de Napoléon, la comtesse Walewska est maintenant une femme riche. Elle habite aussi de 1811 à 1812 à Boulogne-sur-Seine [16] au 7 rue de Montmorency dans une maison qui porte encore son nom.

Maria et son fils Alexandre rendent visite à Napoléon en exil à l’île d’Elbe du 1er au 3 septembre 1814 en compagnie d’Emilia et de Teodor, sœur et frère de Marie.

Veuve en 1814 de son premier mari, elle consent à épouser le 7 septembre 1816 le comte Philippe Antoine d’Ornano , cousin éloigné de Napoléon et général d’empire.

En janvier 1817, Maria qui attendait un enfant décida de se rendre en Pologne pour consulter son vieil ami, éminent gynécologue, le Dr Ciecierski. Il diagnostiqua une maladie des reins : toxémie aiguë aggravée par la grossesse. La fin de sa vie semble proche. Au cours de l’été, étendue sur une chaise longue dans le jardin de sa maison à Liège, la comtesse d’Ornano dicta à son secrétaire, ce qui est supposé être ses Mémoires. Sa liaison avec l’empereur y est décrite comme un sacrifice fait à son pays.

À 7 heures du soir, le 11 décembre 1817, à la suite d’un accouchement difficile, le cœur de Maria Walewska cessa de battre. Elle avait 31 ans et 4 jours.

Dans son testament, Maria exprima le désir que son cœur reste en France mais que son corps soit transporté en Pologne dans le caveau familial de Kiernozia. Conformément à ce vœu, une urne contenant son cœur repose aujourd’hui au cimetière du Père-Lachaise dans le caveau des d’Ornano et le corps fut emmené en Pologne 4 mois plus tard.

P.-S.

Marie Walewska/ Portail de la Pologne/ Catégories  : Histoire de la Pologne/ Famille Colonna-Walewski/ Famille d’Ornano

Notes

[1] Kiernozia est un village de la gmina de Kiernozia, du powiat de Łowicz, dans la voïvodie de Łódź, situé dans le centre de la Pologne. Le village est le siège administratif (chef-lieu) de la gmina rurale appelée gmina de Kiernozia. Il se situe à environ 20 kilomètres au nord de Łowicz (siège du powiat) et 61 kilomètres au nord-est de Łódź (capitale de la voïvodie). Le village de Kiernozia est surtout connu pour être le berceau et le lieu de sépulture de Marie Walewska née Laczynska, l’une des maîtresses de Napoléon Bonaparte.

[2] L’insurrection de Kościuszko est un soulèvement patriotique dirigé par Tadeusz Kościuszko en 1794 pour libérer la République des Deux Nations (Pologne et Lituanie) de l’occupation russe à la suite de la guerre russo-polonaise de 1792 et du deuxième partage de la Pologne en 1793. L’insurrection, lancée en mars 1794 à Cracovie, est vaincue en octobre-novembre, s’achevant sur le massacre de Praga, qui va longuement marquer la mémoire polonaise ; Kosciuszko est fait prisonnier ; en 1795, a lieu le troisième partage de la Pologne, qui la fait disparaître en tant qu’État.

[3] Le troisième partage de la Pologne est un traité conclu le 24 octobre 1795 par l’Autriche, la Prusse et la Russie, qui se répartissent la totalité du territoire polonais subsistant après les premier et deuxième partages (1772 et 1793). Il entraîne la disparition de la République des Deux Nations, État associant depuis plusieurs siècles le royaume de Pologne et le grand-duché de Lituanie. Ce traité est la conséquence de la défaite subie face aux armées russe et prussienne par l’insurrection lancée en 1794 par le général Tadeusz Kościuszko en réaction au deuxième partage.

[4] La Prusse est à l’origine un territoire d’Europe nord-orientale en partie germanisé sous le contrôle des chevaliers Teutoniques, mais situé hors du Saint-Empire romain germanique. La Prusse est devenue au 16ème siècle possession d’une branche des Hohenzollern, puis elle sera réunie à l’électorat de Brandebourg (la région berlinoise) au 17ème siècle. La Prusse constitue de 1701 à 1871 un élément essentiel du royaume de Prusse, incorporé à l’Empire allemand de 1871 (IIe Reich allemand). Dans ce cadre, la Prusse originelle correspond à la province de Prusse-Orientale, notamment après la Première Guerre mondiale, lorsqu’elle se retrouve isolée du reste de l’Allemagne. C’est la possession de la Prusse qui permet aux électeurs de Brandebourg d’obtenir le titre royal au 18ème siècle, d’abord comme « rois en Prusse » à Königsberg (c’est-à-dire en dehors de l’Empire), puis comme « rois de Prusse » (y compris à Berlin).

[5] Le terme de légions polonaises désigne les différentes unités militaires de Polonais servant dans l’armée française, des années 1790 aux années 1810. Après le troisième partage de la Pologne en 1795, beaucoup de Polonais croient que la France voudra venir en aide à la Pologne, les pays s’étant partagé la Pologne (Prusse, Autriche et Russie) étant tous ennemis de la France. De nombreux officiers, soldats et volontaires émigrés de Pologne et établis dans d’autres pays, particulièrement en Italie, s’engagent dans les armées locales. Avec le soutien de Bonaparte, des unités spéciales de Polonais sont créées ; elles sont commandées par des Polonais, et utilisent les grades polonais. On les appelle les Légions polonaises et sont considérées comme une armée polonaise en exil sous autorité française. Les principaux chefs de cette armée sont Jean-Henri Dombrowski, Karol Kniaziewicz et Józef Wybicki. Les légions polonaises servirent dans l’armée française durant les guerres de la Révolution et de l’Empire, des Antilles à la Russie et de l’Italie à l’Égypte.

[6] La province de Mantoue est une province italienne de Lombardie, dont le chef-lieu est la ville de Mantoue.

[7] Varsovie est depuis 1596 la capitale de la Pologne. Elle est située sur la Vistule, à environ 320 km de la mer Baltique et des Carpates. La ville est citée à partir du 14ème siècle sous les noms de Warseuiensis (1321) et Varschewia (1342), puis Warschouia (1482), pour devenir plus tard Warszowa et enfin Warszawa, le nom polonais actuel de Varsovie. La couronne polonaise y fut transférée en 1596, quand le roi Sigismond Vasa déplaça la cour de Cracovie à Varsovie. Dans les années qui suivirent, la ville s’étendit sur les terres de l’actuelle banlieue, sous forme de vastes domaines privés indépendants, possédés par la haute noblesse et administrés selon leurs propres lois. Entre 1655 et 1658, la ville fut assiégée trois fois et trois fois elle fut prise et pillée par les troupes suédoises, brandebourgeoises et transylvaniennes

[8] Un chambellan ou chambrier est un gentilhomme chargé du service de la chambre d’un monarque ou d’un prince, à la cour duquel il vit.

[9] La Masovie ou Mazovie est une région géographique et historique situé dans le centre et le nord-est de la Pologne, de part et d’autre des cours moyen de la Vistule et de ses affluents le Bug et la Narew. Ses capitales historiques sont Płock, qui reçoit des privilèges urbains en 1237, Czersk puis Varsovie à partir de 1413. Ses frontières diffèrent de celles de l’actuelle voïvodie de Mazovie.

[10] Le relais de poste est le lieu où étaient tenus prêts des chevaux frais pour les cavaliers (et plus tard pour les voitures hippomobiles), afin de permettre une vitesse maximale à la communication par courrier.

[11] Le château de Finckenstein est un ancien château baroque, aujourd’hui en ruines, construit par la famille Finck von Finckenstein à Finckenstein, aujourd’hui Kamieniec en Pologne. Le château se situait dans le fief de la famille dans leurs terres de Rosenberg à sept kilomètres au nord-est du bourg de Rosenberg (aujourd’hui Susz) qui faisait partie de l’ancien district de Marienwerder en Prusse-Occidentale. Le traité de Finckenstein fut signé dans ses murs en 1807, lorsque Napoléon y demeura entre avril et juin de cette année.

[12] Le duché de Varsovie est un État polonais créé par l’empereur Napoléon 1er en 1807, sur des territoires partiellement polonais pris au royaume de Prusse lors du traité de Tilsit. Le roi de Saxe Frédéric-Auguste 1er, allié de Napoléon, devient aussi duc de Varsovie. En 1809, le duché reçoit des territoires repris à l’empire d’Autriche. Il prend fin dès 1813, étant occupé par l’armée russe à la suite du désastre de la retraite de Russie.

[13] La campagne de Russie, également connue en Russie comme la guerre patriotique de 1812, est une campagne militaire menée par l’Empereur Napoléon 1er désignant l’invasion française de la Russie impériale en 1812. Elle a pour principale cause la levée par Alexandre 1er de Russie, du blocus continental imposé par Napoléon à toute l’Europe depuis 1806, contre le Royaume-Uni. Jusqu’à la prise de Moscou, face à une armée impériale russe inférieure en nombre au début de l’invasion, l’avantage est aux forces napoléoniennes. Mais le prince russe Mikhaïl Koutouzov, général en chef, relève le moral de son armée et l’encourage à mener une contre-offensive, en organisant le harcèlement de la Grande Armée lors de la retraite française. C’est ainsi que les maladies, l’hiver, mais aussi les soldats et la population russes, sont responsables de la défaite de Napoléon en Russie.

[14] Tsar est un titre de noblesse royal ou impérial porté par les souverains de la Russie (de 1547 à 1917), de la Bulgarie (de 917 à 1018, de 1185 à 1422 et de 1908 à 1946) ou de la Serbie (de 1346 à 1371). Le tsarisme est une forme d’autocratie (plus tard de l’absolutisme) spécifique à la grande-principauté de Moscou (devenu par la suite le tsarat de Russie, puis l’Empire russe).

[15] Naples est une ville d’Italie, chef-lieu de la région de Campanie. L’histoire de Naples s’étend sur plus de 28 siècles. Sous le nom de Parthénope, elle fut fondée durant l’Antiquité par la cité voisine de Cumes. Elle s’étend ensuite rapidement jusqu’à devenir un des principaux centres commerciaux, culturels, philosophiques et politiques de la Grande-Grèce puis de l’Empire romain. Après avoir été brièvement dépendante de l’Empire byzantin, elle devient autonome au sein du duché de Naples. Dès le 13ème siècle et pour ensuite plus de 600 ans, elle devient successivement la capitale du royaume de Naples puis du royaume des Deux-Siciles. Elle reste alors un des principaux centres de développement économiques et technologiques d’Europe jusqu’à son annexion au royaume d’Italie en 1860, date à laquelle elle entame un relatif déclin socio-économique.

[16] Boulogne-Billancourt est une commune française des Hauts-de-Seine, la plus peuplée des communes franciliennes après Paris. Elle résulte de la réunion, réalisée sous le nom de Boulogne-sur-Seine en 1790, de Boulogne-la-Petite, paroisse érigée en 1343 autour de l’église Notre-Dame de Boulogne sur Seyne, et de la rive droite de Saint-Cloud.