Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Rotrou II du Perche

dimanche 13 février 2022, par ljallamion

Rotrou II du Perche (vers1020-1080)

Seigneur de Mortagne-au-Perche et de Nogent-le-Rotrou-Vicomte de Châteaudun de 1044 à 1080

Sigillographie des anciens comtes du Perche par Joseph-Hector-Henri-Jean Guillier de Souancé (1895)Issu de la Maison de Châteaudun et du Perche [1], second fils de Geoffroy 1er , vicomte de Châteaudun [2], seigneur de Mortagne [3] et de Nogent [4], et d’Helvide de Pithiviers [5].

Il est cité avec son frère aîné Hugues en 1031 dans une charte que signa son père, lors de la fondation de l’abbaye Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou [6]. Il est également témoin, toujours avec son frère, d’une autre charte de son père, qui fit une donation à ce même monastère en 1040. Leur père fut tué peu après dans une émeute à Chartres, et son frère aîné ne lui survécut que quelques années.

Il commença par venger la mort de son père en s’attaquant aux biens de Thierry, évêque de Chartres [7], et fut brièvement excommunié.

À cette époque, le comte de Blois [8] constitua pour un de ses fidèles, Guillaume Gouët, un fief autour de Brou [9] et de la Bazoche-Gouet [10], qui prit le nom de comté du Perche-Gouët [11].

Pour Rotrou, ce fief présentait l’inconvénient de se trouver enclavé entre ses possessions. Il s’ensuivit des guerres régulières entre Rotrou et Guillaume. Rotrou lutta également contre un autre de ses voisins, Roger II de Montgomery, seigneur d’Alençon [12], et contre le suzerain de ce dernier, Guillaume le Conquérant.

Quelques années plus tard, il fit la paix avec ce dernier, et combattit sous sa bannière lors de la révolte de Robert Courteheuse.

En 1058, la seigneurie de Mortagne fut érigée en comté.

Il avait épousé Adèle ou Adelise, fille de Guérin de Bellême, seigneur de Domfront.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Rotrou II du Perche/ Portail d’Eure-et-Loir/ Catégories : Comte du Perche/ Maison de Châteaudun et du Perche

Notes

[1] La maison de Châteaudun et du Perche est un lignage médiéval qui posséda notamment la vicomté de Châteaudun et le comté du Perche. La maison de Châteaudun et du Perche est issue de Gauzfred 1er ou Geoffroy 1er, que le comte Thibaut 1er de Blois fit vicomte de Châteaudun en 956.

[2] En 956, Thibaut 1er le Tricheur, comte de Blois, s’empare de Chartres et de Châteaudun, soutenu par le roi Lothaire, ce qui contribue à l’affaiblissement d’Hugues Capet, alors duc de France. Thibaut le tricheur délègue à Châteaudun des vicomtes, qui prirent peu à peu de plus en plus de pouvoirs, restant sous la suzeraineté du comte de Blois. Les comtés de Blois, de Châteaudun et de Chartres passèrent à la maison de Châtillon, qui les conserva jusqu’en 1391, date à laquelle Guy de Châtillon vendit ses biens à Louis d’Orléans. À cette même époque, le dernier vicomte de Châteaudun vend la vicomté à ce même prince.

[3] Mortagne-au-Perche est une commune française, située dans le département de l’Orne. Ancienne capitale du Perche (province), le centre de la région économique.

[4] La seigneurie de Nogent fut érigée en comté du Perche à la fin du 11ème siècle. Nogent connut une croissance urbaine forte à cette époque, grâce à l’établissement de plusieurs bourgs autour du château, à la construction d’un donjon au début du 11ème siècle et à la fondation par Geoffroy III en 1029 de l’abbaye bénédictine de Saint-Denis, qui devint en 1080 un prieuré clunisien

[5] Pithiviers est une commune française située dans le département du Loiret. Bordée par l’Œuf, elle se situe sur le socle calcaire de l’ancien lac de la région naturelle de la Beauce et présente peu de reliefs.

[6] L’abbaye Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou est un monastère de moines bénédictins sur territoire de la commune de Nogent-le-Rotrou, dans le département d’Eure-et-Loir. L’abbaye est fondée par Geoffroy 1er du Perche (mort en 1040). La charte de fondation décrit la fondation d’une basilique qui semble être achevée en 1031. Rotrou II du Perche, est cité avec son frère aîné Hugues en 1031 dans une charte que signa leur père Geoffroy 1er du Perche, lors de la fondation de l’abbaye Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou. Charte dans laquelle il donne aux moines:10 arpents de prés autour de l’église, quatre moulins sur la Rhône, l’église de Saint-Hilaire, le Breuil (commune de Marcheville), la Beausserie (commune de Béthonvilliers), tous les droits sur ses forêts à l’exception de celle de Perchet, l’église de Champrond-en-Perchet, la terre de Nigelles, les Viviers, un moulin sur l’Erre, le cens sur les moulins de Chartres, l’église Saint-Sépulcre de Châteaudun, cinq étaux pour la vente du sel et de la viande dans la ville de Châteaudun, droit d’asile dans le bourg de Saint-Denis, ainsi que droits de juridiction et de seigneurie avec celui d’avoir des hommes d’armes pour veiller à la sécurité du bourg et du monastère.

[7] Le diocèse de Chartres est un diocèse de l’Église catholique romaine en France couvrant le département d’Eure-et-Loir (et desservant quatre communes situées dans le département de l’Eure), et rattaché à la province ecclésiastique de Tours. Un siège épiscopal aurait été fondé à Chartres dès le 3ème siècle

[8] Le comté de Blois est un ancien comté du Nord de la France. Le comté de Blois était une juridiction féodale du Royaume de France née vers 900. Le premier vicomte est Garnegaud, décédé en 906. Son successeur était le chevalier bourguignon Thibaud l’Ancien qui reçut également la vicomté de Tours en 908 et en 940, il devint vicomte de Blois et de Tours. Il mourut en 943 et son fils Thibaut le Tricheur prend le titre de Comte de Blois et s’empare du comté de Chartres. Son fils Eudes 1er devient Comte de Blois et de Chartres, de Tours, de Châteaudun, de Provins et de Reims. Son fils Thibaut II lui succède de 996 à 1004 . Son frère Eudes II rajoute à son domaine le comté de Meaux et le comté de Troyes. Il meurt en 1019, date à laquelle les domaines sont divisés. La dynastie continua jusqu’à la mort de Thibaut VI, donnant le comté à sa fille Marguerite de Blois. Le comté passe alors dans la Maison d’Avesnes puis de Blois-Châtillon. En 1397, le comté est intégré au Duché d’Orléans par manque de descendance.

[9] Brou est une commune française située dans le département d’Eure-et-Loir. Brou devient très tôt un lieu de commerce actif. Le marché est cité avant le 13ème siècle. Brou, dite « la Noble » était l’une des cinq baronnies du Perche-Gouët. Quelques ruines de l’ancien prieuré Saint-Romain et des vestiges d’une ancienne église du 12ème siècle demeurent visibles.

[10] La Bazoche-Gouet est une commune française située dans le département d’Eure-et-Loir.

[11] Le Perche-Gouët est une ancienne province de France située à 130 kilomètres environ à l’ouest-sud-ouest de Paris (nord-ouest d’Orléans), au cœur de la région naturelle du Perche et en partie dans le Parc naturel régional éponyme. Elle s’étend de Nogent-le-Rotrou et Montmirail à Illiers-Combray, Alluyes et Arrou, pour l’essentiel dans l’actuelle Eure-et-Loir et pour partie dans le Loir-et-Cher et la Sarthe. Bordé à l’est par le comté du Dunois, à l’ouest par le comté du Maine, au nord par le comté du Perche (ou "Grand Perche") et au sud par le comté de Vendôme, le Perche-Gouët tire son nom de Guillaume Gouët, seigneur de Montmirail, Authon et la Bazoche qui, le premier, a donné une certaine unité à cette région. Les terres étaient désignées au 12ème siècle de Terre-Gouët, au 13ème siècle sous celui de Fief-Gouët, et sont appelées Perche-Gouët en 1540. Depuis le Perche-Gouët a souvent été désigné par le nom de Petit-Perche ou Bas-Perche par opposition au comté ou à la province désignée par celui de Grand-Perche. Les cinq terres du Perche-Gouët sont qualifiées de châtellenies en 1402 et de baronnies seulement en 1505.

[12] La première maison des comtes d’Alençon descend des seigneurs de Bellême. En 1268, Alençon fut donnée en apanage à Pierre, fils de Louis IX puis en 1293, à Charles, comte de Valois, frère de Philippe le Bel. Une troisième maison des chefs d’Alençon fut issue de Charles II, second fils du comte de Valois, tué à la bataille de Crécy en 1346. Le comté d’Alençon fut élevé au statut de duché en 1414.