Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Heinrich Schickhardt

lundi 27 décembre 2021, par ljallamion

Heinrich Schickhardt (1558-1635)

Architecte-Urbaniste et ingénieur militaire allemand

Né à Herrenberg [1]. Il construit églises, châteaux, écoles, moulins et autres édifices les plus divers. Il édifie, à Montbéliard [2], la Tour Frédéric du château [3], ainsi que le temple Saint-Martin [4] ; ce dernier est le plus ancien édifice construit en France pour le culte luthérien [5].

Heinrich Schickhardt est le fils d’une famille bourgeoise d’artisans. Après son apprentissage en 1578, il est le disciple de l’architecte de la cour des Wurtemberg [6], Georg Beer. Son travail lui permet de se faire remarquer par le prince Frédéric 1er qui s’attache ses services.

Il réalise alors les grands projets de Montbéliard au cours de la période 1600-1610. En 1599, il commence la construction de Freudenstadt [7] en Forêt-Noire, dans un style Renaissance, remarquable par son plan carré et géométrique. En 1608 il est nommé architecte du duc. Dans le même temps, il réaménage la place Schiller de Stuttgart [8] en 1600/1610.

Ingénieur reconnu, il réalise aussi de nombreux mécanismes qui lui vaudront le surnom de “Léonard Souabe” : grand puits à muire [9] et chaudière à houille de la saline de Saulnot [10], roue à eau et machine hydraulique du château de Montbéliard.

En 1632, il publie ses mémoires, “Invatarium”, où il décrit l’ensemble de ses biens ainsi que ses ouvrages.

Il est assassiné le 14 janvier 1635 par des soldats à Stuttgart pendant la Guerre de Trente Ans [11].

Schickhardt fait 2 séjours en Italie, un premier en 1598 où il étudie l’architecture de la Renaissance et un deuxième, entre 1599 et 1600, où il s’intéresse notamment aux aspects techniques et plus particulièrement à l’architecture des jardins.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Heinrich Schickhardt »

Notes

[1] Herrenberg est une ville située en Allemagne dans le land du Bade-Wurtemberg.

[2] Montbéliard est une commune de l’Est de la France, sous-préfecture du département du Doubs. Elle est située dans le nord-est de la Franche-Comté, à moins d’une vingtaine de kilomètres de la Suisse, aux portes du massif du Jura. Montbéliard et sa proche région (le « Pays de Montbéliard ») n’ont été rattachés à la France qu’en 1793.

[3] Le château de Montbéliard ou château des ducs de Wurtemberg est un château fort français du 13ème siècle du comté de Montbéliard puis principauté de Montbéliard de style Renaissance situé sur une barre rocheuse surplombant le centre-ville de Montbéliard dans le Doubs

[4] Le temple Saint-Martin de Montbéliard est une paroisse protestante luthérienne située à Montbéliard, dans le Doubs. Elle est rattachée à l’Église protestante unie de France.

[5] Le luthéranisme est la théologie protestante qui trouve son origine dans les écrits du théologien et moine augustin allemand Martin Luther à partir de 1517. Ce courant de pensée a favorisé l’émergence d’une théologie et d’Églises au cours du 16ème siècle, tout en restant la référence dogmatique principale des luthériens, notamment en Allemagne et dans les pays scandinaves. Du fait des circonstances historico-politiques, d’importantes Églises luthériennes se sont constituées dans d’autres régions ou pays, particulièrement en Alsace et Lorraine, à Madagascar, en Pologne et dans les pays baltes. Le corpus théologique de Luther est le bien commun de l’ensemble de la réforme protestante, au sein du christianisme.

[6] Le Wurtemberg est un ancien État et territoire dans le sud-ouest de l’Allemagne. Une entité du Saint Empire romain, de la Confédération du Rhin, de la Confédération germanique et du Reich allemand, il s’est finalement dissous au sein du Land de Bade-Wurtemberg en 1952. Durant la majeure partie de son existence, la capitale fut à Stuttgart. Le pays s’est formé vers la fin du 11ème siècle dans les domaines de la maison de Wurtemberg sur les rives du Neckar. Le nom de la dynastie et de l’État vient à l’origine d’une colline abrupte près de Stuttgart-Untertürkheim, l’emplacement d’un ancien château.

[7] Freudenstadt est une ville d’Allemagne située dans le Land de Bade-Wurtemberg, chef-lieu de l’arrondissement de Freudenstadt depuis le 1er janvier 1988. Située à 60 km à l’est de Strasbourg, elle est la deuxième ville la plus peuplée de cet arrondissement, après Horb am Neckar.

[8] Stuttgart est la capitale du Land de Bade-Wurtemberg, au sud de l’Allemagne. Stuttgart était la propriété de la margrave de Bade et les villes de Backnang et Besigheim. Autour de 1300, Stuttgart est devenue la résidence des comtes de Wurtemberg, qui en ont fait la capitale de leur territoire (Territorialstaat). Stuttgart a été élevée au rang de ville en 1321 quand elle est devenue la résidence royale officielle. Le territoire autour de Stuttgart fut appelé comté de Wurtemberg, avant que les comtes soient élevés au rang de ducs en 1495, par l’empereur. Stuttgart est alors devenue la capitale du duché et la résidence ducale.

[9] La saumure

[10] Les houillères et saline de Saulnot sont des mines de charbon et de sel gemme appartenant au bassin keupérien situé dans le département de la Haute-Saône, en Bourgogne-Franche-Comté dans l’Est de la France. Elles sont exploitées sur le territoire des communes de Saulnot et Corcelles de 1589 à 1921 pour le charbon et du 12ème siècle à 1826 pour le sel (soit sept siècles).

[11] La guerre de Trente Ans est une série de conflits armés qui a déchiré l’Europe de 1618 à 1648. Les causes en sont multiples mais son déclencheur est la révolte des sujets tchèques protestants de la maison de Habsbourg, la répression qui suivit et le désir de ces derniers d’accroître leur hégémonie et celle de la religion catholique dans le Saint-Empire. Ces conflits ont opposé le camp des Habsbourg d’Espagne et du Saint-Empire, soutenus par l’Église catholique romaine, aux États allemands protestants du Saint-Empire, auxquels étaient alliées les puissances européennes voisines à majorité protestante, Provinces-Unies et pays scandinaves, ainsi que la France qui, bien que catholique et luttant contre les protestants chez elle, entendait réduire la puissance de la maison de Habsbourg sur le continent européen.