Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Johann Winckler

vendredi 5 novembre 2021, par ljallamion

Johann Winckler (1642-1705)

Théologien luthérien allemand-Pasteur principal de l’église St. Michaelis de Hambourg

Il fut l’un des protagonistes des conflits piétistiques [1] de Hambourg [2] à la fin du 17ème siècle.

Fils d’un meunier, il étudia à l’école Saint Thomas à Leipzig [3] la théologie protestante et atteint en 1664 à Iena [4] le diplôme universitaire de Magister. Dans les années suivantes, il donna des conférences privées à l’Université de Leipzig [5].

De 1668 à 1671, il instruisit les fils du duc Philippe Louis de Schleswig-Holstein-Sonderburg comme maître de cour à Tübingen [6]. Pendant son séjour à Tübingen, il rencontra également Philipp Jacob Spener .

Winckler reçu en 1671 son premier bureau paroissial à Homburg [7]. L’année suivante, il devint surintendant à Braubach [8] et, en 1676, il fut nommé prédicateur à Darmstadt [9]. Sa proposition de mariage à la noble piétiste Johanna Eleonora Petersen fut rejeté par son père.

Suivant l’exemple de Spener, il a tenu des conventicules controversés [10] à Darmstadt, ce qui l’a poussé à quitter la ville. En 1678, il était pasteur à Mannheim [11] et de 1679 à 1684 il était surintendant à Wertheim [12].

En 1684, sur recommandation de Spener, Winckler fut nommé pasteur principal de St. Michaelis à Hambourg. Sa proximité avec le piétisme fut la raison de nombreux arguments avec les citoyens de Hambourg et le ministère luthérien. Il était l’un des trois négationnistes de Hambourg. En 1699, il reprit l’ancienneté qu’il conserva jusqu’à sa mort.

Sous son influence, il y a eu un certain nombre d’innovations piétistes, notamment une réforme liturgique, l’introduction d’un nouveau livre de cantiques et la création d’une école pour les pauvres. Il a également fait campagne pour l’interdiction des représentations d’opéra, et a financé l’impression de ses éditions de la Bible luthérienne de sa propre poche.

Winckler était connu comme un conférencier exceptionnel. Jusqu’à 4 000 personnes y ont assisté, dont certaines venaient d’autres paroisses pour l’entendre.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé Johann Winckler/ Traduit par mes soins

Notes

[1] Le piétisme est un important mouvement religieux protestant fondé par Philipp Jacob Spener, un pasteur luthérien alsacien fixé à Francfort-sur-le-Main. En 1670, il forme des collegia pietatis (collèges de piété) qui répondent à la demande d’une plus grande piété. Dans son ouvrage Pia desideria de 1675, Spener insiste sur la nécessité d’une piété personnelle et sur le sentiment religieux individuel qu’il juge préférables à la connaissance de la stricte orthodoxie doctrinale. Le dynamisme missionnaire du piétisme, notamment à partir de Halle mais aussi de la part des Frères moraves, va lui assurer une influence longue et durable au sein du protestantisme. On retrouve son influence jusque dans l’expérience de conversion de John Wesley et dans les débuts du Réveil protestant francophone.

[2] Hambourg est une ville et l’un des 16 Länder composant l’Allemagne. Située au nord du pays, près de l’embouchure de l’Elbe et à proximité de la mer du Nord, Hambourg est la deuxième plus grande ville d’Allemagne (après Berlin) et le premier port du pays. Hambourg était membre fondateur de la ligue hanséatique. Cette ancienne appartenance est encore aujourd’hui revendiquée par la ville, comme élément caractéristique de son identité. C’est ainsi que le code de la ville sur les plaques d’immatriculation est HH, qui signifie Hansestadt Hamburg et que le nom officiel de la ville est Freie und Hansestadt Hamburg (ville libre et hanséatique de Hambourg).

[3] La Thomasschule zu Leipzig (en français : Lycée Saint-Thomas de Leipzig) est un Gymnasium public avec internat de Leipzig. L’école a été fondée en 1212 et est l’une des plus vieilles écoles des régions germanophones. L’école est un lycée avec un point fort en musique et a un chœur d’enfants de renommée mondiale, le Thomanerchor.

[4] L’université d’Iéna, baptisée du nom de Friedrich Schiller, (en allemand, Friedrich-Schiller-Universität Jena) est une université allemande située à Iéna en Thuringe. Plus de 130 cursus sont possibles. L’université d’Iéna compte 10 facultés (Théologie, de droit, d’économie, de sciences humaines, des sciences sociales, de Mathématiques/Informatique, de Physique/Astronomie, Chimie/Géographie, Biologie/Pharmacie, Médecine) elles-mêmes divisées en différents instituts. 1558 est considérée comme l’année officielle de création de l’université. Elle a reçu, à l’initiative du Gauleiter nazi de Thuringe Fritz Sauckel, le nom de Friedrich Schiller en 1934.

[5] L’université de Leipzig, située dans le land de Saxe, est l’une des plus anciennes universités d’Allemagne. En 1409, par le décret de Kuttenberg, le roi des Romains Venceslas donnait la primauté aux Tchèques sur les Allemands. Mécontents, les Allemands quittèrent alors Prague pour Leipzig et obtinrent des landgraves Frédéric 1er de Saxe et Guillaume II de Misnie la fondation d’une nouvelle université. À l’origine, elle comptait quatre facultés ; on en trouve maintenant quatorze, avec environ 29 000 étudiants, ce qui en fait la deuxième université de Saxe. Elle est en activité sans interruption depuis bientôt 6 siècles, et rassemble aujourd’hui plus de 150 départements, pour 190 programmes de formations débouchant notamment sur de nombreux masters et certificats d’aptitudes à l’enseignement. L’université de Leipzig est notamment réputée pour sa faculté de médecine.

[6] Tübingen est une ville universitaire allemande, située au centre du Land de Bade-Wurtemberg. Première ville importante traversée par le Neckar, elle se trouve à 40 km au sud de Stuttgart. La ville est le chef-lieu du district de Tübingen et de la région administrative du même nom.

[7] Bad Homburg vor der Höhe (aussi en français Bad Hombourg) est une ville située dans le Land de Hesse. Le territoire de la ville est directement voisin de celui de Francfort-sur-le-Main, ce qui permet à la ville de figurer parmi les plus riches d’Allemagne car de nombreuses personnes travaillant dans la finance à Francfort la choisissent comme lieu de résidence.

[8] Braubach est une ville en Rhénanie-Palatinat, dans l’arrondissement de Rhin-Lahn. Elle fait partie de la communauté des communes Loreley. La ville se trouve dans la vallée du Haut-Rhin moyen. Braubach est connu du fait du Marksburg, qui est le seul château fort jamais détruit depuis sa construction au Moyen Âge, parmi les nombreux châteaux fort de la vallée du Rhin moyen.

[9] Darmstadt est une ville du Land de Hesse en Allemagne. Darmstadt fait partie du Land de Hesse depuis 1479. Elle devient la capitale des princes de Hesse-Darmstadt à partir de 1567 lors de la création du landgraviat de Hesse-Darmstadt formé après le décès de Philippe 1er le Magnanime. Une partie des possessions de Philippe 1er le Magnanime ont été cédées (Hesse-Cassel, Hesse-Marbourg, Hesse-Rheinfels, Hesse-Darmstadt et Dietz). Entre 1618 et 1648, Darmstadt a subi les conséquences de la guerre de Trente Ans. En 1635, de nombreuses personnes sont mortes à cause de la peste.

[10] cours bibliques en petits groupes

[11] Mannheim est une ville industrielle du Land du Bade-Wurtemberg, dans le sud-ouest de l’Allemagne. Fondée en 1606 par l’électeur palatin Frédéric IV, qui en fit une place forte, Mannheim se développa en un bourg marchand qui connut un essor rapide. Ses habitants en font la deuxième plus grande ville du Land après Stuttgart. Mannheim est une ville universitaire. Elle abrite l’université de Mannheim, qui occupe le château baroque, et l’université de médecine.

[12] Wertheim est une ville d’Allemagne située sur le Main à l’extrême nord du Land de Bade-Wurtemberg. Le centre de Wertheim comprend de nombreuses maisons à colombage. On y trouve également de nombreux musées : le Musée du comté de Wertheim sur l’histoire de Wertheim et sa culture, le Musée du verre. La ville est dominée par un imposant château avec un donjon de 25 m. Le monastère de Bronnbach, une ancienne abbaye cistercienne fondée en 1151 est devenu un lieu culturel reconnu.