Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 300 av.jc à 100 av. notre ère > Hélioclès 1er Dikaios dit Hélioclès 1er

Hélioclès 1er Dikaios dit Hélioclès 1er

samedi 31 juillet 2021, par ljallamion

Hélioclès 1er Dikaios dit Hélioclès 1er (vers 130 av.jc)

Roi du royaume grec de Bactriane d’environ 145 à sa mort

Il règne après le meurtre de son père Eucratide 1er, auquel il a probablement pris part.

Pendant ses premières années au pouvoir, Eucratide II règne avec lui ou en concurrence, mais il semble devenir le seul roi du royaume de Bactriane [1].

Des tribus nomades Sakas [2] et Yuezhi [3] prennent alors le pouvoir, et dès 145 av. jc, s’emparent de la place forte du nord-est du royaume, Aï Khanoum [4], et petit à petit du reste du pays.

Hélioclès tente de résister vraisemblablement depuis Bactres [5], plus à l’ouest. Les pressions nomades deviennent cependant intenables et Hélioclès est assassiné vers 130 av.jc.

La famille d’Hélioclès a peut-être trouvé refuge dans le royaume indo-grec, en effet, vers le 1er siècle av. jc, un autre roi du même nom régna sur des territoires indiens, mais ce n’est pas une preuve suffisante pour en être sûr.

D’après les sources des historiens occidentaux comme Justin la population grecque fut chassée par les nomades vers l’Inde, mais les sources chinoises racontent que certains restèrent sur place et disparurent progressivement.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Hélioclès 1er/ Portail de la Grèce antique/ Catégories : Roi gréco-bactrien

Notes

[1] La Bactriane ou Bactrie est une région à cheval sur les États actuels d’Afghanistan, du Pakistan, de la Chine, du Tadjikistan, de l’Ouzbékistan et aussi un peu du Turkménistan, située entre les montagnes de l’Hindū-Kūsh et la rivière Amou-Daria. Elle était beaucoup plus grande autrefois. Elle avait pour bornes : au sud les Paropamisades et l’Inde ; au nord, la Sogdiane ; à l’est, la Scythie extra Imaum ; à l’ouest, l’Hyrcanie, et contenait, entre autres contrées, la Margiane, la Guriane, la Bubacène, le pays des Tochares et des Marucéens.

[2] Les Sakas ou Saces sont un ensemble mal délimité de peuples indo-européens qui vivaient dans l’Antiquité en Asie centrale, dans une région couvrant le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, l’Afghanistan, et une partie du Pakistan et de l’Iran, et parfois étendue jusqu’aux monts Altaï et à la Sibérie méridionale en Russie selon les auteurs. Il s’agit des branches orientales des peuples Scythes, ceux qui sont le plus souvent mentionnés dans les sources perses sous le terme "saka". Les Scythes étaient un vaste ensemble de peuples indo-européens d’Eurasie centrale parlant des langues iraniennes

[3] Durant l’Antiquité, à une date inconnue, les Yuezhi ou Yue-Tche, également parfois appelé en chinois Rouzhi, ont fondé le premier empire connu de l’Asie centrale. C’est un peuple indo-européen proche des Tokhariens, qui nous est connu grâce aux chroniques chinoises qui les appellent Quanrong.

[4] Aï Khanoum ou Ay Khanum est une cité antique située aujourd’hui dans le Nord-Est de l’Afghanistan, dans la province de Kondoz, près la frontière tadjike. Elle se situe au confluent du fleuve Amou-Daria (anciennement Oxus) et de la rivière Kokcha. Elle est fondée au 4ème siècle av. jc par les Grecs dans le sillage de l’épopée d’Alexandre le Grand dans sa route vers l’Inde. La ville est surnommée l’Alexandrie de l’Oxus par le géographe Ptolémée et peut-être appelée plus tard Eucratidia sous le règne du souverain gréco-bactrien Eucratide 1er. Un temps capitale du royaume gréco-bactrien, elle est détruite durant la seconde moitié du 2ème siècle av. jc par des attaques successives de nomades et des prédations aux fins de récupération de matériaux de construction effectuées par des populations autochtones après l’évacuation de la région par les populations hellénisées.

[5] Bactres ou Bactra, est identifiée au site de l’actuelle Balkh dans le nord de l’Afghanistan. Bâtie entre 2.000 et 1.500 av. jc, c’est l’une des plus anciennes villes de l’Asie centrale : elle est considérée comme la première ville des populations indo-iraniennes du nord de l’Amou-Daria. Un changement climatique intervenu à partir du 8ème siècle conduit, après l’Antiquité tardive, à la désertification du pays, mais la région était auparavant très fertile.