Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jeanne II de Dreux

samedi 5 juin 2021, par ljallamion

 Jeanne II de Dreux (1309-1355)

Comtesse de Dreux de 1345 à 1355

Blason des comtes de DreuxFille de Jean II, comte de Dreux [1], et de Perrenelle de Sully [2]. Elle épousa en 1330 Louis 1er, vicomte de Thouars [3]

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Hanno Wijsman, « Les Livres de la "damoiselle de Dreux" : la bibliothèque d’une femme au seuil du XVe siècle », dans Anne-Marie Legaré, éd., Livres et lectures de femmes en Europe entre Moyen âge et Renaissance, Turnhout, Brepols, 2007

Notes

[1] Le comté de Dreux est un ancien comté de France, nommé d’après la ville de Dreux, sa capitale, située au nord du pays chartrain, sur les confins de la Normandie et de l’Île-de-France, et dépendait originairement du duché de Normandie.

[2] La baronnie de Sully est une ancienne division territoriale de l’ancienne province de l’Orléanais située dans le royaume de France et centrée sur la ville de Sully-sur-Loire. La baronnie de Sully est constituée des châtellenies de Sully, Saint-Gondon et Sennely. La famille de Sully est la première maison qui possède la baronnie. La famille de La Trémoille prend la succession en 1382 à la suite du mariage de Marie de Sully avec Guy VI de La Trémoille

[3] C’est à la fin du 9ème siècle qu’apparaissent les premiers vicomtes de Thouars, avant même ceux de Châtellerault, Lusignan, etc. Ils représentaient le comte de Poitiers (aussi duc d’Aquitaine) dans le territoire que celui-ci a confié à leur garde. Avec les branches puinées établies en Vendée, ils forment la maison de Thouars. Les premiers vicomtes de Thouars sont issus de grands officiers de l’époque carolingienne. La maison de Thouars est probablement originaire des environs de Poitiers, où ils possédaient des biens au 10ème siècle. À cette époque, leurs dons aux abbayes sont destinés à Saint-Cyprien de Poitiers, Saint-Jouin de Marnes (15 km au sud de Thouars), Saint-Florent de Saumur et Saint-Martin de Tours. Au 11ème siècle, à la suite du mariage de Geoffroy II de Thouars avec Agnès de Blois, s’y ajoutent les abbayes de Bourgueil et de Marmoutier. La succession des vicomtes de Thouars est originale dans ce sens que le frère succédait à l’aîné puis la vicomté retournait ensuite au fils de l’aîné. À la mort du vicomte les enfants ne se partageaient que les meubles et une provision à hauteur des deux neuvièmes des immeubles de la succession. S’il y avait des filles, le fils aîné ne gardait que les trois-quarts des immeubles avec l’hôtel principal, le dernier quart étant réservé aux filles. Les membres de la famille de Thouars, mêmes s’ils n’étaient pas vicomtes titulaires, étaient appelés vicomtes et utilisaient ce titre dans leurs chartes.