Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 9ème siècle > Donald II d’Écosse ou Domnall mac Causantín

Donald II d’Écosse ou Domnall mac Causantín

samedi 20 février 2021, par ljallamion

Donald II d’Écosse ou Domnall mac Causantín

Roi d’Écosse de 889 à 900

Fils du roi Constantin 1er et cousin germain du roi précédent Eochaid mac Run ainsi que de son successeur Constantin II. Il accède au trône après avoir chassé ses prédécesseurs Eochaid et Giric mac Dúngal .

Donald II est le premier roi qui est dénommé en gaélique rí Alban [1] dans les documents contemporains. Alba [2].

Pendant le règne de Donald II les Hommes du nord dévastent le pays des Pictes [3], mais Donald défait les Danois dans une bataille à Innisibsolian, des îles non identifiées, avant d’être tué par les Scandinaves à Dunnottar [4], au sud de Stonehaven [5] dans le Kincardineshire [6]. Il est ensuite mentionné, dans les Listes royales, qu’il fut inhumé à Iona [7].

Son cousin Constantin lui succède. Son fils Malcolm devient roi vers 943.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Marjorie Ogilvie Anderson Kings and Kingship in Early Scotland 3e réédition par John Donald Birlinn Ltd, Edinburgh (2011) (ISBN 9781906566302)

Notes

[1] c’est-à-dire roi d’Écosse

[2] se réfère à la région où Donald et ses successeurs établissent leur souveraineté, et est sans doute le royaume limité approximativement par la rivière Spey au nord, le Firth of Forth au sud, et les Highlands centraux à l’ouest

[3] Les Pictes étaient un peuple établi principalement dans les Lowlands de l’Écosse. Les migrations Pictes s’installent entre les différentes vagues de migrations goïdeliques (gaëliques) et gallo-britonniques. Leurs ancêtres seraient venus du continent à la fin de la préhistoire, peut-être au cours du 1er millénaire avant jc. Leur première mention est due à l’orateur breton Eumenius, en 297, ce dernier les cite aux côtés des Hibernii (les Irlandais) comme ennemis des Bretons.

[4] Dunnottar joua un rôle important dans l’histoire de l’Écosse depuis le Moyen Âge jusqu’à la période des Lumières, de par sa position stratégique sur une étroite terrasse côtière, surplombant d’un côté les voies de navigation vers le nord de l’Écosse et de l’autre pouvant contrôler les mouvements terrestres.

[5] Stonehaven est une ville située sur la côte nord-est de l’Écosse, dans le council area de l’Aberdeenshire et dans la région de lieutenance et ancien comté de Kincardineshire. Elle s’est construite autour d’un village de pêcheurs de l’âge du fer, aujourd’hui connu sous le nom de Auld Toun (the old town, la vieille ville), et s’est étendue au-delà de la côte vers l’intérieur des terres.

[6] Le Kincardineshire, ou les Mearns, était un comté d’Écosse jusqu’en 1975 et une région de lieutenance. Sa capitale la plus récente était Stonehaven.

[7] Iona est une petite île de l’ouest de l’Écosse située dans les mers intérieures de la côte ouest de l’Écosse, et faisant partie des Hébrides intérieures. Á l’est, elle est séparée de l’île de Mull par le détroit d’Iona, large au minimum d’un kilomètre 220 mètres. L’île, avec 4,8 km du nord au sud et 2,4 km d’est en ouest, s’étend sur 800 hectares. Le point le plus élevé, Dun I, culmine à 101 m. l’île est le lieu des couronnements et des enterrements des rois scots. Le livre de Kells est un manuscrit enluminé, on croit qu’il a été écrit par les moines d’Iona peu avant l’an 800. La chronique d’Irlande a été écrite environ vers l’an 740. En 806 les Vikings ont massacré 68 moines dans la baie des martyrs et les moines de Columba sont retournés en Irlande. Le monastère de Kells a perdu d’autres moines car certains ont fui pour établir des monastères en Belgique, en France et en Suisse. En 825, Saint Blathmac et d’autres moines ont dû retourner sur l’île d’Iona et ils furent en partie massacrés par des bandes de Vikings qui incendièrent l’abbaye. Malgré cet incident l’abbaye ne fut pas désertée et elle continua à avoir de l’influence et de l’importance, mentionnée encore lors de la mort d’un roi appelé Amlaíb Cuarán en 980