Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 300 av.jc à 100 av. notre ère > Publius Cornelius Scipio Nasica Serapio (consul en 138 av. jc)

Publius Cornelius Scipio Nasica Serapio (consul en 138 av. jc)

jeudi 21 janvier 2021, par ljallamion

Publius Cornelius Scipio Nasica Serapio (consul en 138 av. jc) (vers 183 av. jc-132 av. jc)

Emblème de la République romaine.Ardent partisan du parti des optimates [1], il s’oppose violemment à son cousin Tiberius Sempronius Gracchus lorsque ce dernier est élu tribun de la plèbe [2] en 133 av. jc.

Lors de la tentative de Tiberius Gracchus de se faire réélire tribun, il prend la tête d’une foule de sénateurs et de leur clientèle contre son cousin et le tue sur le Capitole ainsi que beaucoup de ses partisans.   Afin de le soustraire à la vengeance des populares [3], le Sénat l’envoie en mission en Asie [4], bien qu’il exerce la charge de Pontifex Maximus [5].   Il meurt peu de temps après, à Pergame [6].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Publius Cornelius Scipio Nasica Serapio (consul en -138)/ Portail de la Rome antique/ Catégories : Consul de la République romaine

Notes

[1] Optimates, tendance politique aristocratique et conservatrice qui marqua le dernier siècle de la République romaine, par son opposition aux populares. Ce ne fut pas un parti politique au sens moderne, mais un clivage majeur dans les luttes politiques et sociales romaines, permettant aux acteurs politiques de se situer face au réformisme et au populisme des populares au sein d’alliances personnelles souvent mouvantes.

[2] Dans la Rome antique, les tribuns de la plèbe sont les représentants de la plèbe, élus pour une durée d’un an par le concile plébéien.

[3] Les populares formaient une tendance politique populiste qui marqua la République romaine, notamment au 2ème siècle av. jc, en s’appuyant sur les revendications des couches les plus pauvres de la société romaine et des non citoyens. Ce ne fut pas un parti politique au sens moderne, mais un clivage majeur dans les luttes politiques et sociales romaines, permettant aux acteurs politiques de se situer face au conservatisme des optimates au sein d’alliances personnelles souvent mouvantes.

[4] La province romaine d’Asie comprenait la Carie, la Lydie, la Mysie, la Phrygie et la Troade.

[5] fonction sacerdotale qui implique normalement de résider à Rome

[6] Pergame est une ancienne ville d’Asie Mineure, en Éolide située au nord de Smyrne, au confluent du Caïque et du Cétios, à environ 25 km de la mer Égée. À l’heure actuelle, son nom est Bergama (Turquie, province d’Izmir).