Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Guillaume II d’Athènes

Guillaume II d’Athènes

mercredi 13 janvier 2021, par ljallamion

Guillaume II d’Athènes (1312-1338)

Infant de Sicile-duc d’Athènes

Fils de Frédéric II de Sicile et d’Eléonore d’Anjou et ses grands-parents maternels sont Charles II de Naples et Marie de Hongrie .

En 1317, après le décès de son frère, Manfred d’Athènes , il lui succède à l’âge de 5 ans comme duc d’Athènes [1], et comme son frère, du fait de son jeune âge, il ne se rend pas dans son duché dont il laisse l’administration, comme vicaire ou régent, à son demi-frère batard, Alphonse Frédéric d’Aragon, qui, en 1319, avait conquis une partie de la Thessalie [2], comprenant la ville de Néopatras, devenue la capitale du duché de Néopatrie [3].

Vers 1320, son père lui offre le comté de Malte et Gozo [4]. Quelques années plus tard, en 1330, Guillaume le cèdera à son demi-frère Alphonse Frédéric.

En remplacement d’Alphonse Frédéric, Guillaume nomme comme nouveaux gouverneurs des deux duchés d’Athènes et de Néopatrie, Niccolo Lancia puis Odo de Novelles, des seigneurs d’origine latine de Grèce.

Un document daté du 5 avril 1331 confirme que Guillaume et son demi-frère bâtard ont été les architectes d’un accord de paix dans l’île d’Eubée [5].

Le duc Guillaume épouse en 1335 Maria Alvarez de Jérica [6], fille de Jacques II de Jérica et de Béatrice de Lauria.

Restée veuve, Maria se remaria à Ramoind Bérenguer d’Aragon comte d’Ampurias [7].

Guillaume meurt à Valence, le 22 août 1338, et est inhumé à Palerme [8]. Après sa mort le duché passe à son frère, Jean d’Aragon .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Guglielmo d’Aragona »

Notes

[1] Le duché d’Athènes était l’un des États des croisés mis en place en Grèce après la quatrième croisade au détriment de l’Empire byzantin. Le duché s’étendait sur l’Attique et la Béotie, mais il est difficile de restituer ses frontières avec précision. L’acropole d’Athènes était le symbole du pouvoir ducal, mais le centre réel du duché était la ville de Thèbes.

[2] La Thessalie est une région historique et une périphérie du nord-est de la Grèce, au sud de la Macédoine. Durant l’antiquité cette région a, pour beaucoup de peuples, une importance stratégique, car elle est située sur la route de la Macédoine et de l’Hellespont. Elle possédait un important port à Pagases. Le blé et le bétail sont les principales richesses de la région et une ressource commerciale vitale. La Thessalie est aussi l’une des rares régions de Grèce où l’on peut pratiquer l’élevage des chevaux, d’où l’importante cavalerie dont disposaient les Thessaliens.

[3] Le duché de Néopatrie ou de Néopatras est un État catalan installé sur le territoire de l’actuelle Grèce au début du 14ème siècle, autour de la ville de Néopatrie. La compagnie catalane des Almogavres, un groupe mercenaires catalans et siciliens présents dans l’Empire byzantin et les États latins d’Orient depuis 1303, fut employée par le duc d’Athènes Gautier V de Brienne en 1310. Le duc refusa de la payer, ce qui amena à la conquête du duché d’Athènes par les Catalans en 1311. L’organisation du duché fut confiée à un vicaire général nommé par le roi de Sicile. Alphonse Frédéric d’Aragon, comte de Salona, vicaire entre 1315 et 1330, mena une vigoureuse politique d’expansion vers le nord du duché d’Athènes, en Thessalie et en Phthiotide, profitant de la mort sans héritier du souverain de Thessalie Jean II Doukas. Partant de ses bases de Salona (actuelle Amphissa), El Cito (actuelle Lamia) et Gardiki, il s’empara des villes de Néopatrie, de Siderokastron, de Loidoriki, de Domoko et de Pharsale. Il échoua toutefois à s’emparer du marquisat de Bodonitza. Ces territoires nouvellement conquis furent organisés en un duché de Néopatrie, du nom de sa capitale.

[4] Après la conquête de Malte par Roger de Hauteville en 1091, l’archipel devient un territoire de la couronne de Sicile en entre dans sa période féodale. En 1192 Malte est élevée en comté puis en marquisat en 1393. Jusqu’à l’arrivée des chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1530, Malte sera tantôt sous l’autorité d’un comte, tantôt intégrée au domaine royal et directement administré par des fonctionnaires nommés par la cour de Palerme. Malte est souvent offerte en cadeau à des membres de la famille royale à des nobles pour services rendus à la couronne. Pour cette raison, la chronologie est complexe est parfois peu sûre.

[5] L’Eubée est la plus grande des îles de la mer Égée, située en face de l’Attique et de la Béotie, dont elle est séparée par le détroit de l’Euripe. La période archaïque est considérée comme celle de l’apogée de l’Eubée et de ses cités Chalcis et Erétrie. Puissantes, elles participèrent à la vague de colonisation grecque. Après les guerres médiques, Eubée est totalement soumise aux Athéniens, la ville italienne de Cumes et Naxos en Sicile, deviennent des colonies de Chalcis.

[6] Jérica, en castillan et officiellement (Xèrica en valencien), est une commune d’Espagne de la province de Castellón dans la Communauté valencienne. Elle est située dans la comarque de l’Alto Palancia et dans la zone à prédominance linguistique castillane

[7] Le comté d’Empúries

[8] Palerme est une ville italienne, chef-lieu et plus grande ville de la région Sicile Elle se situe dans une baie sur la côte nord de l’île.