Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Sicon de Bénévent

mardi 22 août 2017, par ljallamion

Sicon de Bénévent (mort en 832)

Prince de Bénévent de 817 à sa mort

Péninsule Italienne vers l'an 750.Sicon se réfugie à Bénévent [1] en 810 et obtient la protection du prince Grimoald IV contre le roi Pépin d’Italie. Il devient l’un des conseillers de son protecteur qui le nomme ensuite Gastald [2] d’Acerenza [3].

Après le meurtre de Grimoald IV en juillet 817, Sicon se fait élire en octobre de la même année prince par les habitants de Bénévent avec l’appui de Radelgise comte de Conza, soupçonné comme lui d’avoir participé au complot qui s’est conclu par la mort du prince. Radelgise se retire en 826 au Monastère de Mont-Cassin [4] peut être pour expier son crime.

Sicon comme son prédécesseur reconnaît l’autorité de Louis le Pieux qui reçoit ses ambassadeurs à Herstal [5] en 818 lorsqu’ils viennent excuser leur maître sur la mort de son prédécesseur.

Sicon cherche à agrandir sa principauté aux dépens des Byzantins. Vers 831 il assiège en vain Naples qui est sous leur protection mais l’oblige à payer tribut.

Pour consolider sa position il s’allie avec Guy 1er de Spolète qui épouse sa fille. Il meurt en octobre 832 après un règne de 12 ans et 2 mois d’après le Chronicon Salernitanum [6].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Sicon de Bénévent/ Portail de l’Italie/ Prince lombard de Bénévent

Notes

[1] La province de Bénévent est une province italienne située dans la région de Campanie. Elle a une superficie de 2071 km² et comprend 78 communes,. Le chef-lieu provincial est Bénévent. Au Moyen Âge, la place forte de Bénévent est cependant prise par les Ostrogoths du roi Totila qui la rasent en 542 et vers 571, elle est prise par un détachement de Lombards venus du Nord de l’Italie et dirigés par le duc Zotton, premier duc lombard de Bénévent. Ce puissant duché se rend très vite autonome par rapport au roi des Lombards, siégeant à Milan puis à Pavie et ne fut qu’épisodiquement soumis au pouvoir royal. En 662, le duc Grimoald, devient roi des Lombards et rattache Bénévent au royaume lombard. Bénévent tombe plus tard aux mains des Normands dirigés par le comte Drogon d’Apulie en 1047, avant d’être ratachée à la Papauté en 1053. Elle devient dès lors possession papale jusqu’en 1806, quand Napoléon l’accorde à Talleyrand avec le titre du prince de Bénévent. Rendue au pape en 1814, elle est réunie au royaume d’Italie en 1860.

[2] Le gastald était dans le royaume lombard d’Italie un fonctionnaire responsable de la gestion économique d’une partie du domaine royal. Le gastald était également investi des pouvoirs militaires et judiciaires. Cette fonction a survécu à la chute du royaume lombard en 774, aussi bien dans le nord de l’Italie que dans le Mezzogiorno, dans le duché lombard de Bénévent et dans les principautés lombardes de Salerne et de Capoue.

[3] Acerenza est une commune italienne, située dans la province de Potenza, dans la région Basilicate en Italie méridionale.

[4] L’abbaye du Mont-Cassin se situe au sommet du mont éponyme, à 80 km à l’ouest de Naples, entre Rome et Naples, près de la commune de Cassino, dans la province de Frosinone, dans la région du Latium, en Italie. L’abbaye est dite « territoriale », car elle ne fait pas partie d’un diocèse, et a donc le statut dit de Nullius dioecesis.

[5] Herstal, anciennement Héristal et en wallon Hèsta, est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Liège. La proximité des capitales Tongres et Maastricht du diocèse de Liège, mais aussi la topographie, joueront sans doute en faveur de l’établissement d’un lieu de résidence principale des maires du palais d’Austrasie dont deux porteront le nom de la localité : Pépin de Herstal et son fils Charles de Herstal, qui ne fut renommé Martel que tardivement. C’est aussi sous le « ministère » de Charles Martel que pour la première fois le nom d’Héristal est cité dans un diplôme de 723.

[6] Le Chronicon Salernitanum (en français la Chronique de Salerne) est un texte historiographique rédigé en Italie méridionale à la fin du 10ème siècle. Le récit historique, en latin vulgaire, est mêlé de légendes, d’historiettes, voire de chansons populaires.