Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Hugues III de Gournay

lundi 25 avril 2016

Hugues III de Gournay

Il épouse Basilie, fille de Gérard Flaitel. Les premières mentions d’un Hugues de Gournay sont postérieures à 1048. Il apparaît dans un acte avec son épouse Basilie et leur fils Gérard.

Il est peut-être le frère de Gautier, fondateur de la collégiale de La Ferté [1]. L’essentiel des possessions des seigneurs de La Ferté, établies autour de La Ferté, à Gaillefontaine, Beaussault, Pont-de-l’Arche, Poses, sont aux mains des seigneurs de Gournay dans la seconde moitié du 11ème siècle.

Son premier fait d’armes a lieu en 1054 à la bataille de Mortemer [2]. Il établit vers 1037-1045 l’abbaye de Sigy-en-Bray [3], qu’il soumet à l’abbaye Saint-Ouen de Rouen [4].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Pierre Bauduin (préf. Régine Le Jan), La première Normandie (Xe-XIe siècle) : Sur les frontières de la haute Normandie : identité et construction d’une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen, coll. « Bibliothèque du pôle universitaire normand »,‎ 2006

Notes

[1] La date généralement avancée pour la construction de l’église collégiale Saint-Taurin est 1164. Hervé 1er de Vierzon, chevalier de La Ferté, aurait fait construire le bâtiment après son retour des croisades. Cette date est erronée : il existe un acte daté de 1032 mentionnant le don de la collégiale à la puissante abbaye de Micy-Saint-Mesmin. L’installation des chanoines remonte en fait à l’époque d’Humbault le Riche et Geoffroy de Vierzon, fils du fondateur de La Ferté Imbault, Humbault le Tortu. Elle a été voulue par un clerc dénommé Herbert.

[2] La bataille de Mortemer est un affrontement militaire survenu sur le territoire de la commune de Mortemer, dans le duché de Normandie, en 1054.

[3] L’abbaye Saint-Martin-et-Saint-Vulgain est une ancienne abbaye bénédictine située à Sigy-en-Bray, dans le département de la Seine-Maritime. Hugues de Gournay établit vers 1037-1045 la fondation de l’abbaye bénédictine de Saint-Martin-et-Saint-Vulgain. Il lui lègue les reliques de saint Vulgain, mort à Lens en 590. Il dote l’abbaye du « bénéfice de Baudry », beau-frère de l’abbé Herluin et qui tenait un bénéfice à La Ferté. Sa donation est confirmée par son fils. Les biens de la collégiale de La Ferté (église de La Ferté, d’Argueil, de Fry et de Saint-Samson) sont cédés à l’abbaye. L’église originelle, bâtie dans la première moitié du 11ème siècle, était de style roman. Elle a été probablement détruite en 1152, en même temps que le château seigneurial. Une nouvelle église est édifiée à la fin du 12ème et au 13ème siècle. Elle servait à la fois d’église abbatiale et d’église paroissiale.

[4] L’abbaye Saint-Ouen de Rouen est l’un des principaux monuments de la ville de Rouen ; son église abbatiale est un exemple achevé de l’architecture gothique en Normandie.