Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 6ème siècle > Syagre d’Autun ou Saint Syagre d’Autun

Syagre d’Autun ou Saint Syagre d’Autun

lundi 20 avril 2015

Syagre d’Autun ou Saint Syagre d’Autun (mort en 600)

Évêque d’Autun à la fin du 6ème siècle

La cathédrale Saint-Lazare d'Autun.En 599, le pape Grégoire lui décerne le pallium [1].

Fils de l’Évêque Désiré de Verdun , ce serait lui qui tua par vengeance un certain Sirivald. En effet, Désiré de Verdun, évêque de Verdun ayant été accusé auprès du roi Thierry par un certain Sirivald, après la mort de Désiré, pour des raisons de rivalité et de vengeance, Syagre son fils, organise une expédition punitive à Fleurey-sur-Ouche [2], en 554, pour y assassiner Sirivald dans une villa. Après avoir assassiné une première personne par méprise, il retourne accomplir son forfait.

En 567, il participe au second synode de Lyon, et en 573 au quatrième concile de Paris réuni par Gontran, puis au Premier concile de Mâcon [3] en 581, et en 583 au troisième concile de Lyon.

Il reçut en 596 des moines envoyés par le pape Grégoire le Grand en mission pour convertir l’Angleterre. Ils étaient conduits par le moine Augustin le futur Saint Augustin de Cantorbéry.

L’évêque Syagre obtint de la reine Brunehilde qu’elle fasse construire à Autun trois établissements qui devaient jouer un grand rôle dans l’histoire de la ville, l’Hospice ; l’Abbaye Saint-Andoche d’Autun [4], l’Abbaye Sainte-Marie de Saint-Jean-le-Grand d’Autun [5] pour les femmes et l’Abbaye de Saint-Martin d’Autun [6], pour les hommes.

Venance Fortunat qui était un brillant compositeur de “Carmina” à la poésie compliquée envoya de nombreuses acrostiches [7] à Syagre, pour lui demander de les faire peindre dans le vestibule de son palais.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Nominis/Histoire des Saint/ Saint Syagrius

Notes

[1] Le pallium est un ornement liturgique catholique dont le port, sur la chasuble, est réservé au pape, aux primats et aux archevêques métropolitains pendant la célébration de la messe.

[2] Fleurey-sur-Ouche est une commune française située dans le département de la Côte d’Or

[3] Le Premier concile de Mâcon, qui eut lieu en 581, fut assemblé par le roi Gontran, et se déroula sous la présidence de Priscus, évêque de Lyon. Y participa aussi Syagre d’Autun. On y fit 19 canons, et proclama que tout esclave chrétien possédé par un juif pourrait être racheté à raison de douze sous.

[4] L’abbaye Sainte-Marie et Saint Andoche d’Autun est une abbaye royale de moniales bénédictines fondée en l’an 592 par la reine Brunehilde dans Autun Intra-muros, département de Saône-et-Loire, en Bourgogne, région du Morvan. Située au niveau du 1 - 7, rue Saint-germain, actuelle. Ancienne paroisse de Saint-pierre et Saint Andoche.

[5] L’abbaye Sainte-Marie de Saint Jean le Grand d’Autun, située Intra-muros de la ville d’Autun dans la Saône-et-Loire, est une abbaye de moniales bénédictines fondée peut-être par la reine Brunehilde et l’évêque Syagre d’Autun. Déjà existant en 589.

[6] L’abbaye de Saint-Martin d’Autun, est un établissement religieux d’hommes, de l’ordre de Saint-Benoît, fondé par la reine Brunehaut et l’évêque d’Autun, Saint Syagre, au nord-est et hors les murs de la ville d’Autun, à 400 mètres de la porte romaine de Saint-André, au finage de Saint Pantaléon, sur la rive droite de l’Arroux, en bordure nord des voies romaines d’Autun à Langres, Beaune et Besançon. Elle ne dépend d’aucune paroisse, mais directement de Rome.

[7] Un acrostiche, est un poème, une strophe ou une série de strophes fondés sur une forme poétique consistant en ce que, lues verticalement de haut en bas, la première lettre ou, parfois, les premiers mots d’une suite de vers composent un mot ou une expression en lien avec le poème.