Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 9ème siècle > Halitgaire de Cambrai

Halitgaire de Cambrai

mardi 11 novembre 2014

Halitgaire de Cambrai (mort en 830/831) est

Évêque de Cambrai de 817 à sa mort

Cathédrale Notre Dame de Grâce de Cambrai ancien siège de l'archevêché de Cambrai Il évangélise les Danes [1]. Son pénitentiel [2] connut une grande popularité dans le monde germanique jusqu’à la Renaissance.

En 822 ou 823, répondant à l’ordre de l’empereur Louis le Débonnaire et du pape Pascal d’évangéliser les barbares du Nord, il partit avec l’archevêque Ebon de Reims et l’évêque Willerich de Brême au Danemark. La mission fut un échec.

En 823 il consacra l’église et les reliques de Saint Ursmar dit Ursmer à l’Abbaye de Lobbes [3] dans le Hainaut.

Avec Amalaire de Metz , il rapporta à Louis le Débonnaire les conclusions du Synode de Paris en 825 sur l’iconoclasme [4]. En 828 l’empereur Louis l’envoya en ambassade à Byzance.

Il assista au synode de Paris de 829, qui condamna l’usage de pénitentiels inadaptés. L’archevêque Ebon de Reims chargea Halitgaire de réécrire pour l’ensemble du diocèse métropolitain de Reims un pénitentiel fondé sur sa connaissance des Pères de l’Église pour mettre un terme aux hérésies contenues dans le précédent recueil. Il intitula cet ouvrage “De vitiis et virtutibus et ordine pœnitentialium”. C’était là une tâche délicate, car la discipline et les pénitences professées jusque-là par les livres de piété celtiques étaient inconnues des Pères de l’Église.

Halitgaire vint à bout de ce travail en 830, et mourut quelques mois plus tard. Son successeur à l’archevêché de Cambrai fut Théodoric ou Thierry.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Halitgaire de Cambrai/ Portail du christianisme/ Évêque de Cambrai

Notes

[1] danois

[2] Un pénitentiel est un recueil de pénitences élaboré à l’usage du clergé. Véritable anthologie des plaisirs humains réprouvés par l’Église et qu’elle nomme péchés, il contient les pénitences nécessaires au rachat de toutes les fautes recensées, en fonction de la gravité de l’acte.

[3] L’abbaye de Lobbes (dont le nom historique est abbaye Saint-Pierre de Lobbes) était une antique et prestigieuse abbaye bénédictine située en Belgique à Lobbes, près de Thuin dans la province de Hainaut. Fondée sur la Sambre vers 654 par saint Landelin, elle joua un rôle de première importance dans la vie religieuse, politique et intellectuelle de la principauté de Liège, surtout au début du second millénaire. Elle fut incendiée, endommagée et pillée par les révolutionnaires français en 1794.

[4] L’iconoclasme est, au sens strict, la destruction délibérée de symboles ou représentations religieuses appartenant à sa propre culture, généralement pour des motifs religieux ou politiques. Ce courant de pensée rejette l’adoration vouée aux représentations du divin, dans les icônes en particulier. L’iconoclasme est opposé à l’iconodulie. L’iconoclasme ou Querelle des Images est un mouvement hostile au culte des icônes, les images saintes, adorées dans l’Empire romain d’Orient. Il se manifesta aux 8ème et 9ème siècles par des destructions massives d’iconostases et la persécution de leurs adorateurs, les iconophiles ou iconodules. Il caractérise également la Réforme protestante.