Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Yves 1er de Bellême ou Yves l’Ancien

Yves 1er de Bellême ou Yves l’Ancien

lundi 3 mars 2014

Yves 1er de Bellême ou Yves l’Ancien (mort entre 1005 et 1012)

Seigneur de Bellême

Le porche du château de Bellème

À la lecture des chroniques médiévales normandes, Yves 1er de Bellême pourrait être l’un des personnages-clés dans l’évasion du jeune duc de Normandie Richard 1er. Ce dernier est élevé après la mort de son père à la cour du roi de France, Louis IV d’Outremer. Le duc de Normandie n’a alors que 10 ans. Vers 943-945, son fidèle intendant, Osmond de Centeville, craint que son protégé devienne prisonnier du roi de France. Il organise donc une évasion. Dans ce but, il complote avec un certain Yves, père de Guillaume de Bellême .

Sur les conseils d’Yves et Osmond de Centeville, l’enfant feint d’être malade, ce qui a pour conséquence un relâchement dans la surveillance des gardes.

Osmond en profite pour cacher le jeune duc dans une botte de foin et s’enfuit inaperçu avec lui. Ils trouvent refuge à Coucy [1] puis à Senlis, chez le comte Bernard de Senlis. On peut supposer que ce refuge fut conseillé par Yves l’Ancien.

Yves serait le fondateur du château d’Alençon.

Son fils, Guillaume 1er, lui succède à la tête de la seigneurie de Bellême [2].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Yves Ier de Bellême/ Portail de la Normandie/ Noblesse de Normandie

Notes

[1] Coucy est une commune française, située dans le département des Ardennes. la famille d’Escannevelle y possédait un château féodal, brûlé au xixe siècle. Bâti pour un usage féodal, le château était équipé de douves, d’un pont-levis et de souterrains qui permettent aux résidents de s’échapper ou de se faire approvisionner en cas de siège.

[2] La seigneurie de Bellême est le domaine possédé par la famille de Bellême du 10ème siècle à l’an 1113. Située aux confins du duché de Normandie et du comté du Maine, elle s’étalait à son apogée du Passais à l’ouest au Saosnois à l’est en passant par la campagne d’Alençon et une partie du Perche. Outre sa capitale, Bellême, ses villes principales étaient Sées, Alençon et Domfront.

Répondre à cet article