Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > L’Architecture de la Renaissance

L’Architecture de la Renaissance

lundi 18 mars 2013

L’Architecture de la Renaissance

L'Architecture de la Renaissance

Les premières années du 16ème siècle sont marquées par les constructions des châteaux de la Loire. Les plans de ceux-ci sont encore empreints d’héritage des châteaux forts.

A partir de 1515, et sans aucun doute sous l’influence du roi François 1er, un nouveau style va prendre naissance avec la construction de Chenonceau ou de Bury. Par la suite sont construits les châteaux de Bonnivet, Azay le Rideau et Veuil. Celui de Blois se voit ajouter l’aile François 1er. En 1519, François 1er est à l’initiative d’un important projet, le château de Chambord. Si le plan est encore traditionnel, il diffère par sa forme en croix et son imposant escalier. C’est Léonard de Vinci qui serait à l’origine de ces innovations.

Tous ces châteaux ont un point commun. Ils sont édifiés par des personnes très éprises de l’art antique. Cet attrait s’exprime dans les terrasses à balustrade de Saint Germain, dans les loggias et les revêtements en faïence du château de Madrid à Neuilly sur Seine ou dans les fenêtres à fronton du château de Fontainebleau.

Au retour de sa captivité en Espagne, François 1er va élire domicile dans la région de l’Île de France. Il va y faire entreprendre de grands travaux de modification ou de construction de châteaux. Il va faire travailler les artistes les plus connus de son époque. On y verra apparaître une nouvelle tendance, abandonnant l’exubérance de la première période, bien que les châteaux de la Loire restent un modèle de référence.

Pendant la première Renaissance, ce sont des maçons, pas forcément instruits, qui sont à l’honneur. Durant la 2ème partie du 16ème siècle, nous avons à faire à des théoriciens de l’architecture, très érudits. De métier, l’architecture devient un art, puisant aux sources de l’art antique et non plus à travers l’art italien du 13ème ou 14ème siècle. Les architectes se déplacent en Italie pour analyser les ruines des monuments antiques afin d’en restituer le style. Ils étudient également le livre de Vitruve écrit au 1er siècle après Jésus-Christ et réédité en 1547. Cette seconde période, appelée seconde Renaissance, devient plus organisée et plus austère que la première. Les architectes gagnent en notoriété, profitant de la lecture des oeuvres antiques et des voyages en Italie. Les architectes en vogue sont Pierre Lescot qui entreprend la reconstruction du Louvre en 1546, et Philibert de l’Orme. Ce dernier construit Saint Maur des fossés et modifie des châteaux royaux. Il construit le château d’Anet pour Diane de Poitiers et le pont du château de Chenonceau surplombant le Cher. Enfin il construit le jardin des Tuileries. Par la suite Jean Bullant réalise la galerie du château de Chenonceau qui enjambe le Cher et oeuvre également aux châteaux d’Ecouen et de Chantilly.

Si les châteaux de la Renaissance ont été des adaptations des demeures féodales ou des constructions obéissant à la culture médiéval comme à Chambord, l’innovation majeure réside dans la décoration extérieure et la distribution à l’intérieur de l’édifice.

De 1527 à 1547, date de sa mort, François 1er se plait à séjourner dans le château de Fontainebleau dont il en fait la demeure la plus importante de la Cour de France. La cour d’honneur a une forme plutôt ovoïde et prend le nom de cour Ovale. Autour de cette dernière, se situent les appartements royaux. C’est dans ces bâtiments que commencent les travaux en 1528. Si le donjon, qui date du Moyen-Âge, est encore présent, on rebâtit sur les anciennes fondations. Ainsi prennent forme trois corps de bâtiment et une imposante porte qui est appelée porte Dorée. L’élaboration de cette dernière est influencée par l’architecture en vogue au-delà des Alpes, en Italie. Elle constitue l’entrée d’honneur du château. A l’ouest du château nous trouvons le couvent des Trinitaires, installé à cet endroit depuis Saint-Louis. Pour le relier aux bâtiments du château, il a été construit une aile au premier étage de laquelle se situe la galerie de François 1er. Cette dernière est décorée d’après des dessins du Rosso. Le lambris, qui est sculpté, est l’œuvre de Scibec de Carpi. A partir de 1530, des modifications sont apportées à la cour Ovale. On édifie des colonnes pour porter une coursière le long des bâtiments. La construction de la chapelle Saint Saturnin débute.

Ces constructions sont établies à base de pierre de taille sur laquelle on fait beaucoup de décor sculpté. On utilise en abondance les colonnes. Dès 1538 François 1er fait construire la cour du Cheval Blanc là où se trouve le couvent des Trinitaires. Elle est entourée de quatre bâtiments qui la ferment. Ceux-ci ne sont pas tous de la même hauteur.

François 1er verra débuté la construction de l’aile de la salle de bal qui est achevée sous Henri II. Les derniers apports de la Renaissance dans la construction du château de Fontainebleau est la construction de l’aile de la Belle Cheminée en 1570. Elle doit son nom au fait que Henri IV fait installer une grande cheminée dans la salle du premier étage. Des artistes italiens viennent décorer le château de Fontainebleau. La galerie de François 1er ou la chambre de sa favorite, Anne de Pisseleu, duchesse d’Étampes, propose une décoration originale faite de fresques en alternance avec des figures de stuc. Celle-ci est réalisée entre 1533 et 1544. La décoration de la salle de bal, faite de 1551 à 1556, abandonne le stuc et privilégie la peinture.

Durant la renaissance de nombreux autres châteaux verront le jour.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de histoire du 16ème siècle/ Le 16ème siècle en France (archives Ljallamion, petit mourre, encyclopédie imago mundi, l’histoire, ect....)