Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Anna Reinhard

lundi 18 février 2013

Anna Reinhard (vers 1487-1538)

Femme de Zwingli, Elle n’avait pas été une religieuse comme Catherine von Bora, épouse de Luther. Elle était veuve pieuse quand il l’a épousée. Veuve de John Meyer, de Knonau. Fille de l’aubergiste du Roessli, ils se marièrent secrètement en 1504 à une chapelle du village dans le canton de Zurich. Quand le père de John l’appris, il devint très en colère. Il interdit à son fils sa maison et le déshérita, laissant sa fortune à sa seconde épouse, plutôt qu’à la famille de son fils.

Il fut élu au conseil municipal en 1511 malgré les efforts de son père pour l’empêcher, puis devint enseigne dans l’armée suisse, et partit en guerre en Italie contre la France. Mais après plusieurs campagnes il rentra chez lui et mourut en 1517, laissant Anna veuve avec3 enfants, 1 fils et 2 filles.

Après son mariage avec Zwingli, elle cessa de porter des bijoux. Elle fut appelée « la Dorcas apostolique." Ses soins pour son mari étaient encore plus grands que pour la paroisse. Lorsque son mari, avec les autres ministres du culte de Zurich commencèrent à traduire la Bible en 1525 et la publièrent en 1529 plusieurs années avant que la Bible complète de Luther apparu en 1534, il avait coutume de lire ses épreuves, chaque soir avant de se coucher . Quand il l’a publié, il lui remit une copie de celle-ci. La Bible est ainsi devenu son livre préféré. Elle essaya de l’introduire dans les familles de la congrégation, afin qu’elle puisse devenir la propriété de chaque ménage.

Elle aimait à entendre Zwingli dans ses œuvres homilétique parfois jeter un nouvel éclairage sur le caractère de Christ. Elle a donc vécu dans une atmosphère religieuse.

Anna a accueilli les nombreux amis de son époux et essaya de les divertir. Les réfugiés protestants étaient nombreux à cette époque, la maison de Zwingli était toujours ouverte pour eux. Les principaux citoyens et les responsables comme Léon Juda, Pellican et d’autres, lui ont donné beaucoup de crédit et de louange.

Mais sa vie conjugale n’était pas seulement faite de plaisir et d’honneur, mais aussi de beaucoup d’anxiété notamment le danger permanent dans lequel son mari vivait et à plusieurs reprises elle le mis en garde afin qu’il ne sorte pas seul dans la rue, la nuit, de peur qu’il ne soit tué ou enlevé dans un canton catholique et d’être torturé ou empoisonner. Ainsi le 28 Août 1525, 2 citoyens attaquèrent leur maison pendant la nuit avec des pierres et des morceaux de bois.

Le 11 Octobre 1531. L’armée des cantons catholiques approchait de Zurich. À la hâte une petite armée fut formé, Zwingli reçu l’ordre d’aller avec eux comme aumônier.

Quand les premières nouvelles de la défaite arrivèrent ses amis, dans un premier temps lui cachèrent le décès de son mari et de son fils. Puis de nombreuses personnalités lui envoyèrent des messages de soutien et de sympathies.

Henry Bullinger, succéda à son mari. Comme Zwingli avait dépensé tout son argent pour les pauvres, Anna se retrouva sans ressource mais Bullinger la pris sous son propre toit, et à sa propre table, et a uni les deux familles en une seule. Il a également agi comme un père pour les enfants de Zwingli, en surveillant leur éducation et l’envoi du jeune Ulrich à Bâle à ses propres frais.

Elle meurt le 6 Décembre 1538.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Femmes célèbres de l’Église réformée, par le Révérend JI bonne/traduit par mes soins