Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Pierre-Paul Rubens

lundi 7 janvier 2013

Pierre-Paul Rubens (1577-1640)

Peintre et dessinateur flamand

Pierre-Paul Rubens Peintre et dessinateur flamand

Il est né à Siegen, en Westphalie. Son père, Jan Rubens, échevin de la ville d’Anvers et juriste réputé, dû fuir les Pays-Bas en 1568 pour échapper aux persécutions dirigées contre les protestants. La famille s’installa à Cologne l’année suivante, et y restera jusqu’en 1587. Quand meurt le père, sa veuve revient à Anvers avec ses enfants.

Il étudie d’abord dans une école latine, puis fut engagé comme page dans une famille noble, où il ne demeura que peu de temps, car sa mère le plaça en apprentissage successivement chez trois peintres anversois qui travaillaient à la manière italienne. Il a 21 ans seulement quand il fut reçu maître à la corporation des artistes d’Anvers.

Beaucoup d’artistes et de peintres du nord de l’Europe se rendaient en Italie pour se perfectionner. Rubens ne déroge pas à la règle et quitta Anvers afin de rejoindre son frère qui se trouvait déjà en Italie. À peine arrivé, il entra au service du duc de Mantoue, pour lequel il travaillera jusqu’à la fin de son séjour.

Il exécute des portraits de la famille du duc et continue à étudier la peinture. En 1601, il effectue un séjour de 8 mois à Rome où il découvre les vestiges de l’Antiquité latine, mais aussi les tableaux des grands maîtres de la peinture italienne de la Renaissance et de l’école vénitienne, dont il effectue des copies pour améliorer sa technique et élaborer son propre style, fondé sur la couleur et la variété exubérante des formes.

Il revient à Anvers en 1608, à la mort de sa mère, et s’installe dans la maison familiale. En 1609, il se marie avec Isabelle Brandt, fille d’un riche et important avocat de la ville, et obtint la même année la protection de deux éminents personnages, l’échevin Nicolas Rockox et l’archiduc Albert, gouverneur des Pays-Bas, alors sous domination espagnole. Il réalise la même année des tableaux devenus célèbres, comme l’Adoration des Mages ou le triptyque de l’Érection de la Croix, qui se trouve à la cathédrale de sa ville natale. Sa production est abondante, mais les commandes affluent, et il doit en 1611 construire un vaste atelier dans la maison familiale, qu’il continue d’aménager, et aussi recruter des collaborateurs, dont certains par la suite deviendront eux aussi de grands maîtres, comme Van Dyck ou Jordaens. Il produira, tout au long de sa vie, environ 3000 œuvres, de nature variée : peinture religieuse, profane, portraits. Il est en outre, à cette époque, chargé de missions diplomatiques auprès du roi d’Angleterre, Charles 1er, et du roi d’Espagne, Philippe IV.

En 1622, Rubens accepte l’invitation de Marie de Médicis, qui désire une série de 24 tableaux destinés à décorer le palais du Luxembourg qu’elle vient de faire construire. Il terminera le dernier en 1625. Chargé de missions diplomatiques, il se rend en Hollande en 1627 ; en Espagne en 1628, où il exécute plusieurs commandes pour le roi et rencontre le jeune Vélasquez.

Revenu à Anvers, il épouse en 1630 une jeune femme de 17 ans, Hélène Fourment, qui lui servira de modèle pour de nombreux tableaux. Il s’éteint dans sa ville natale en 1640.

Acceptant de se placer au service de la Contre-réforme catholique dans ses peintures religieuses, il reste également célèbre pour ses compositions profanes, dans lesquelles il élabore l’image d’une femme, sensuelle et charnelle.