Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Tommaso di Giovanni Cassai dit Masaccio

Tommaso di Giovanni Cassai dit Masaccio

dimanche 18 novembre 2012, par ljallamion

Tommaso di Giovanni Cassai dit Masaccio (1401-1428)

Peintre italien

Son père, Giovanni di Mone Cassai, est un artisan devenu notaire. Il meurt alors qu’il a 5 ans, en 1406, l’année où naît son jeune frère, Giovanni. Sa mère, Monna Jacopa di Martinozzo, se remarie à Tedesco del Maestro Feo, un marchand d’épices, veuf et bien plus âgé, qui garantit à la famille un niveau de vie confortable. Avec sa mère et son frère, il s’installe à Florence en 1417. Il entre dans l’atelier de Bicci di Lorenzo, où il se familiarise avec les œuvres de Donatello et Brunelleschi.

En 1419, il est déjà reconnu comme dipintore, c’est-à-dire peintre, à Florence. Le 7 janvier 1422, il est inscrit à l’Arte dei Medici e Speziali. La m^me année il quitte l’atelier de Bicci di Lorenzo. Il assiste à la cérémonie de consécration de l’église Santa Maria del Carmine. Il est chargé de réaliser une fresque représentant la consécration. En 1424 commence sa collaboration artistique avec Masolino da Panicale, de 20 ans son aîné. Leur 1ère œuvre commune est Sainte Anne, la Vierge à l’Enfant et 5 anges.

Mais c’est avec les fresques de la magnifique Chapelle Brancacci, de l’église Santa Maria del Carmine, à Florence, que s’intensifie leur collaboration. Ils peignent ensemble, en se partageant les scènes de la chapelle, à partir de 1424, et jusqu’en 1427 ou 1428. Ils laissent alors le travail inachevé. Filippino Lippi terminera le cycle, en 1481 et 1482.

Masolino et Masaccio peignent ainsi chacun Adam et Ève, Masolino les représente au Paradis, et Masaccio chassés de l’Eden par la colère de Dieu. Masaccio est remarquable par son réalisme. Nul autre avant lui n’a aussi bien représenté les expressions et les postures de ses personnages. Nul n’a été aussi loin dans la précision des décors, des paysages ou des rues florentines de son époque.

Il est considéré comme le plus grand peintre de la Première Renaissance et est traditionnellement présenté comme le premier peintre moderne.