Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Théodore de Bèze

dimanche 18 novembre 2012, par ljallamion

Théodore de Bèze (1519-1605)

Ecrivain et théologien protestant

Il s’intéressa à la réforme pendant ses études à Bourges et à Orléans. En 1548, après une grave maladie, il désavoua son catholicisme pour rejoindre Luther et la doctrine protestante. Professeur de grec à Lausanne, puis en 1558, professeur de théologie, il devint par la suite, ministre de l’église protestante. Il était dévoué à Calvin, travaillant comme l’un de ses lieutenants, et à la mort de celui-ci, en 1564, il assuma la direction de l’Académie de Genève. Il joua le rôle de porte-parole pour les protestants et, dans de nombreuses occasions, il défendit les intérêts protestants devant l’oppression catholique et joua un rôle important au Colloque de Poissy.

Lorsque Catherine de Médicis invita de Bèze et des représentants protestants au Colloque pour discuter et négocier les différences entre les 2 doctrines, il vint sous la protection royale pour discuter ses convictions avec le représentant de l’église catholique, le Cardinal de Lorraine. Lorsque de Bèze défendit son cas devant la reine et les prêtres catholiques, il commença à souligner les points de convergences des 2 doctrines.

Cependant lorsqu’il s’attaqua à l’eucharistie, sujet de controverse entre Calvinistes et Catholiques, ceux-ci l’accusèrent d’hérésie et de blasphème.

On exigea auprès du Roi que la réunion soit interrompue ; toutefois il pu finir son oratoire. On fut également surpris de voir le Cardinal de Lorraine, qui parlait au nom des Catholiques, proposer un compromis. Le colloque prit fin, car les parties en présences refusaient d’accepter le compromis proposé par ce Cardinal. Ensuite de Bèze et ses partisans protestants furent invités en aparté par la Reine à Saint Germain. Cette audience à huis clos s’avéra également infructueuse. Il participa aux synodes de La Rochelle et de Nîmes et multiplia les ouvrages d’histoire et de théologie pour défendre la foi réformée.

Il fut un écrivain prolifique aussi bien en latin qu’en français. En tant que traducteur et auteur, son oeuvre reste d’un intérêt remarquable. Bien qu’il soit plus connu pour son oeuvre religieuse, il écrivit également des textes pour le théâtre. De Bèze se place dans la tradition des écrivains protestants dont les intuitions artistiques incorporaient à la fois le profane et le sacré.