Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Béla IV

lundi 21 septembre 2020 (Date de rédaction antérieure : 28 mai 2012).

Béla IV

Roi de Hongrie et de Croatie (1235 à 1270)

Béla IV Roi de Hongrie et de Croatie

En 1242, après avoir repoussé les Tatars [1] à Grobnik, non loin de Rijeka [2]. Bela IV, accorde à Zagreb [3] le statut de « ville royale libre ».

Il doit reconstruire un pays réduit en cendres. Il crée un système de défense robuste en construisant des châteaux forts, installe des colons sur les territoires devenus déserts et il encourage le peuple Germanique et les Saxons à s’établir en Transdanubie [4], en Transsylvanie [5] et dans la Grande Plaine.

Grâce à une politique patiente et persévérante, il réorganise la vie du pays. C’est lui qui posa, près de l’ancienne Óbuda [6], les fondations d’une nouvelle ville fortifiée, sur le plateau surplombant le Danube [7].

Après sa mort, la noblesse met toujours davantage à profit ses positions nouvelles, et les efforts d´autonomie des barons menacent d´entamer l´unité de l´État.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Gyula Kristo, Histoire de la Hongrie Médiévale, Tome I : le Temps des Arpads, Presses Universitaires de Rennes, 2000 (ISBN 2-86847-533-7).

Notes

[1] Les Tatars ou Tartares est un nom collectif donné à des peuples turcs d’Europe orientale et d’Asie. La plupart des Tatars vivent au centre et au sud de la Russie, en Ukraine, en Bulgarie, en Chine, au Kazakhstan, en Roumanie, en Turquie, et en Ouzbékistan. Ils forment par ailleurs, l’un des cinquante-six groupes ethniques recensés par la République populaire de Chine.

[2] Rijeka, en italien Fiume, est une ville et une municipalité située sur la baie de Kvarner en Croatie, le chef-lieu du Comitat de Primorje-Gorski Kotar. Rijeka fait partie du royaume de Croatie, uni à la Hongrie au 12ème siècle. La frontière occidentale avec la marche d’Istrie et le royaume d’Italie se dessine entre Rijeka et Opatija. La ville devient une résidence de la famille Frankopan et de la maison de Walsee.

[3] Zagreb est la capitale de la Croatie. L’histoire de Zagreb remonte au moins à 1094, lorsque le roi Ladislas décide de fonder un diocèse à Kaptol et de construire une cathédrale. Deux bourgs existent alors : Kaptol au nord et Gradec, place forte située sur les hauteurs. Ces deux communautés étaient entourées de solides murailles et de tours, dont les vestiges ont été préservés jusqu’à nos jours. En 1242, les deux sites subissent cette même année les attaques des Tatars. Pour remercier Gradec de lui avoir donné un abri efficace, le roi Béla IV de Hongrie lui offre, cette même année, une bulle d’or et déclare la ville « ville royale libre ». Plus tard, des combats éclatent entre le diocèse de Zagreb et la ville libre de Gradec. Pendant les invasions turques en Europe, entre le 14ème siècle et le 18ème siècle, Zagreb constitue un important rempart frontalier.

[4] La Transdanubie désigne la région historique ou la région touristique moderne formée de toute la partie de la Hongrie à l’ouest du Danube.

[5] Le territoire de la principauté de Transylvanie a varié dans le temps : son cœur historique correspond à une région située à l’est de la Transylvanie actuelle, dans le centre de la Roumanie. La toponymie laisse penser que différentes ethnies y ont cohabité entre le 3ème et le 10ème siècle. S’y succédèrent des Huns (confédération à dominante turcophone), des Gépides (germanophones), des Avars (autre confédération turcophone), des Slaves (slavonophones), des Bulgares (confédération à composantes iranienne et turque), des Iasses (Alains iranophones). Selon la Gesta Hungarorum, Gelou aurait été le premier dux des Valaques et des Slaves de Transylvanie, vaincu et tué par les Magyars au 10ème siècle en 900 ou 903, et son duché se serait soumis au traité d’Esküllő (aujourd’hui Aşchileu, au nord-ouest de Cluj), mais la fiabilité de cette source est contestée. Quoi qu’il en soit, à partir du 11ème siècle, les Magyars, peuple parlant une langue du groupe finno-ougrien venu du nord de la Mer Noire (pays d’Etelköz) et installés à la place des Avars au centre du bassin danubien, étendent progressivement leur emprise jusqu’aux chaîne des Carpates, y compris sur les montagnes de l’Est (massif du Bihor), puis sur ce qui devient alors la Transylvanie

[6] Óbuda est une ancienne localité hongroise ayant le rang de bourg (mezőváros). Elle est unie en 1873 à Pest et Buda pour former Budapest.

[7] Le Danube est le deuxième fleuve d’Europe par sa longueur (après la Volga qui coule entièrement en Russie). Il prend sa source dans la Forêt-Noire en Allemagne lorsque deux cours d’eau, la Brigach et la Breg, se rencontrent à Donaueschingen où le fleuve prend le nom de Danube. La longueur du Danube dépend du point de départ considéré : 2 852 km pour la confluence de Donaueschingen mais 3 019 km à partir de la source de la Breg. Il coule vers l’est et baigne plusieurs capitales de l’Europe centrale, orientale et méridionale