Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Etienne Boileau

lundi 4 mars 2019, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 20 mai 2012).

Etienne Boileau

De 1261 à 1270, il est, nommé par le roi Louis IX prévôt de Paris [1] en 1258. Il avait réuni, sous le titre de Livre des métiers, tous les règlements relatifs à la police, à l’industrie et au commerce de Paris. Cet ouvrage est un fidèle miroir dans lequel se reflètent les moindres détails de la vie industrielle et commerciale de Paris au 13ème siècle. C’est le plus ancien document de la législation des communautés d’artisans en France.

Il imposa aussi aux bourgeois d’éclairer leurs façades avec des chandelles. Cette mesure ne fut pas suivie d’effet et l’injonction dut être renouvelée à plusieurs reprises.

P.-S.

Le Livre des métiers, rédigé au temps de Saint Louis vers 1268 par Étienne Boileau, prévôt de Paris, est le premier grand recueil de règlements sur les métiers parisiens. L’existence et les droits des ouvriers sont alors protégés, au sein des Corporations, par un « ordre social chrétien »

Notes

[1] Le prévôt de Paris, qui était également appelé garde de la prévôté, établi au 12ème siècle et disparu en 1792, est un officier royal cumulant de nombreuses fonctions pouvant se résumer dans l’office de représenter le gouvernement. Il avait pour mission d’intervenir dans les actes où le Roi avait quelque intérêt à défendre et il le remplaçait aux audiences du Châtelet, à la juridiction duquel il était préposé. Il y était installé par un Président à mortier qui lui disait : Je vous installe dans la Charge de Prévôt de Paris, pour l’exercer dignement, et au consentement du Roi et du Public. Il veillait à la bonne administration de la justice et au maintien des coutumes du pays et il siégeait de droit aux Etats généraux, comme premier juge de Paris. Il confirmait les sentences d’interprétation du parloir aux bourgeois, régissait le commandement de la noblesse, l’intendance des armes et la surveillance du guet de la ville : la police et la sûreté de la ville étaient remises à ses soins. Le prévôt de Paris remplissait également les fonctions de bailli.