Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Robert Blouet ou Bloet

Robert Blouet ou Bloet

vendredi 27 avril 2012

Robert Blouet ou Bloet (mort en 1123)

Évêque anglo-normand de Lincoln de 1094 à 1123-Administrateur et chancelier des rois Guillaume le Roux et Henri 1er d’Angleterre

Parent de Jean d’Avranches ou d’Ivry, archevêque de Rouen de 1067 à 1078 et à Hugues II, évêque de Bayeux de 1015 à 1049. Chapelain du roi d’Angleterre et du duc de Normandie Guillaume le Conquérant. À la mort du Conquérant en 1087, il accompagne son fils cadet Guillaume le Roux en Angleterre. Ce dernier s’est vu confier le royaume de son père sur son lit de mort, et il est en possession d’une lettre donnant instruction à Lanfranc, l’archevêque de Cantorbéry, de le couronner.

Il est plutôt en faveur auprès du nouveau roi. Il devient son chancelier avant janvier 1091, et reste en poste jusqu’en 1094. En mars 1093, il est élu au siège épiscopal de Lincoln. Sa consécration est reportée car l’archevêque Thomas d’York revendique l’appartenance du Lindsey à son propre diocèse. Le territoire représente tout de même la moitié du diocèse de Lincoln. Le problème est réglé grâce à l’intervention du roi et au paiement d’un pot de vin de plusieurs milliers de livres à l’archevêque. Il est finalement consacré à Hastings peu avant le 22 février 1094, probablement le 12 février, le lendemain de la dédicace de l’église de l’abbaye de Battle. Il succède à Rémi de Fécamp. Il est l’un des proches amis du roi jusqu’à la fin de son règne. Il est l’un des justiciers de l’Angleterre en 1096, et durant les absences en Normandie de Guillaume le Roux, il fait probablement partie des régents du royaume.

Il reste attaché au gouvernement du royaume sous le règne d’Henri 1er, qui succède à son frère Guillaume le Roux en 1100. Il fait partie de l’Échiquier, sert comme juge royal et juge du Lincolnshire, est co-régent du royaume durant les absences du roi1. Durant cette période, il est aussi témoin de 2 traités de paix passés avec le comte Robert II de Flandre. En 1102, il mène une armée à Tickhill dans le Yorkshire pour assiéger les hommes de Robert II de Bellême, le 3ème comte de Shrewsbury, qui est en rébellion contre le roi. Il est reconnu par Guillaume de Malmesbury comme étant doué pour gérer les affaires du royaume, mais l’historien est beaucoup plus réservé sur sa gestion des affaires de son diocèse.

Pourtant, Robert Blouet est plutôt impliqué dans la gestion de son évêché. Il fait achever la construction de la cathédrale de Lincoln, et la dote généreusement. Grâce à ses liens avec les monarques, il obtient de nombreux dons de terres, d’églises et de privilèges pour son évêché. Il entretient une importante cour autour de lui, comprenant notamment de nombreux nobles, tels Richard, un fils illégitime d’Henri 1er, mais aussi Gilbert de Sempringham et Henri de Huntingdon. Il est le protecteur du chroniqueur qu’il éleva à la fonction d’archidiacre. Il fait aussi revenir à l’abbaye d’Eynsham les moines que son prédécesseur avait déplacés à Stow. Cet acte créa un précédent et désormais ce fut l’évêque de Lincoln qui nomma l’abbé de cette maison.

Plus tard, cependant, il tombe en disgrâce et, bien qu’il ait été fort riche, il ne peut plus continuer à entretenir sa cour et son train de vie, du fait des procès et des amendes que le roi lui inflige. Il meurt, probablement d’une crise cardiaque, alors qu’il est en train de chasser en compagnie du roi et de Roger de Salisbury, à Woodstock dans le Oxfordshire le 10 janvier 1123. Il est inhumé dans la cathédrale de Lincoln, en face de l’autel Sainte-Marie.

Il fonda l’hôpital du Saint-Sépulcre à Lincoln. Son fils Simon devint plus tard doyen de Lincoln.