Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Gabriel de Malatya

mercredi 18 avril 2018 (Date de rédaction antérieure : 27 novembre 2011).

Gabriel de Malatya (mort en 1103)

Gouverneur arménien de la région de Malatya ou Mélitène

Ancien lieutenant de Philaretos Brakhamios , il gouverne la ville de Malatya [1] après la chute de ce dernier, survenue en 1085, avec l’accord de Buzan, émir d’Édesse [2].

Mais, des différentes places fortes de la Cilicie [3] arménienne, Malatya était la plus avancée dans le territoire kurdo-turc, et Gabriel dut repousser plusieurs attaques et sièges. Plus que la force, la diplomatie lui permit de se maintenir face aux incursions turques. Bien que théoriquement vassal de Byzance, il fit envoyer sa femme à Bagdad pour se faire confirmer par le calife et par le sultan seldjoukide [4]. Plus tard, il fit appel à la médiation de l’émir de Sivas [5], Gumuchtegin ibn Danichmend , pour se débarrasser des Turcomans [6].

En 1097, Kılıç Arslan 1er , sultan seldjoukide, assiégea la ville, mais l’arrivée des Croisés l’obligea à lever le siège et à quitter la région. Il maria sa fille à Baudouin du Bourg, comte d’Édesse [7], pour bénéficier de son aide. Mais la pression des Turcs se faisait de plus en plus forte, et Malatya fut prise en 1103 par les Danichmendides [8]. Il fut exécuté par les soldats du sultan.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Gabriel de Malatya/ Portail de l’Arménie/ Catégories : Noble arménien

Notes

[1] Malatya est une ville de Turquie, préfecture de la province du même nom. La population de Malatya est principalement turque, mais la ville accueille aussi une minorité arménienne et kurde. Il s’agit de l’ancien emplacement de Mélitène, fort et chef lieu de la province romaine de l’Arménie. Mélitène fut un grand centre du christianisme monophysite. Byzantine, la ville tombe aux mains des Arabes au 7ème siècle. Basile 1er l’isole mais ne réussit pas à la prendre. Reprise par les Byzantins en 934, la cité est ensuite intégrée aux possessions de Philaretos Brakhamios, serviteur arménien de l’empire qui prend son autonomie à la mort de Romain IV Diogène, en 1071. Après sa chute en 1085, Mélitène est défendue par son lieutenant Gabriel contre les Seldjoukides, qui assiègent la cité en 1097. L’arrivée des Croisés les oblige cependant à lever le siège et à quitter la région. Malgré l’alliance avec Baudouin du Bourg, comte d’Édesse, Mélitène est prise en 1103 par les Danichmendides. Militène fut le siège du patriarcat jacobite de 1094 à 1293.

[2] Şanlıurfa souvent appelée simplement Urfa est une ville du sud-est de la Turquie. Elle fut d’abord nommée Urhai puis Édesse (ou Édessa), puis Urfa et aujourd’hui Şanlıurfa ou Riha en kurde. Le nom antique d’Édesse est Osroé, qui provient peut-être du nom du satrape Osroès qui gouverna la région. Selon la légende, Adam et Ève séjournèrent dans la cité, qui serait la ville natale d’Abraham et qui abriterait la tombe de sa femme Sarah.

[3] La Cilicie est une région historique d’Anatolie méridionale et une ancienne province romaine située aujourd’hui en Turquie. Elle était bordée au nord par la Cappadoce et la Lycaonie, à l’ouest par la Pisidie et la Pamphylie, au sud par la mer Méditerranée et au sud-est par la Syrie. Elle correspond approximativement aujourd’hui à la province turque d’Adana, une région comprise entre les monts Taurus, les monts Amanos et la Méditerranée.

[4] Les Seldjoukides, sont les membres d’une tribu turcique qui a émigré du Turkestan vers le Proche-Orient avant de régner sur l’Iran, puis sur un vaste domaine comprenant l’Irak actuel, et l’Asie Mineure, entre le milieu du 11ème siècle et la fin du 12ème siècle.

[5] La province de Sivas est une des 81 provinces de la Turquie. Sa préfecture se trouve dans la ville éponyme de Sivas

[6] Les Turkmènes, anciennement Turcomans, forment un peuple turc vivant aujourd’hui au Turkménistan avec d’importants groupes en Irak, en Iran, en Afghanistan, ainsi qu’en Syrie et parlant la langue turkmène. L’islam des Turkmènes, sunnites, inclut l’influence du mysticisme soufi et des pratiques chamanistes

[7] Le comté d’Édesse est l’un des premiers États latins d’Orient, le plus avancé dans le monde islamique. C’est aussi le premier à être reconquis par les musulmans, une cinquantaine d’années après sa création. À son avènement, le comté d’Édesse se réduit à la ville et à ses alentours, ainsi que des cités de Turbessel et de Ravendel. Les Ortoqides tiennent les environs de Saruj et de Mardin, les Danichmendides dominent le nord jusqu’à Samosate et les Byzantins tiennent la région de Marach, au bord de la Cilicie, qui leur a été remise par les Francs en 1097. Quelques cités, comme Bira et Malatya, sont tenues par des chefs arméniens.

[8] Les Danichmendides ou Danishmendites forment une dynastie turque convertie à l’islam, qui a régné aux 11ème et 12ème siècles, sur une partie de l’Anatolie, au moment des premières invasions turques par les Grands Seldjoukides après la défaite des Byzantins à la Bataille de Manzikert contre le Seldjoukide Kılıç Arslan. Cette dynastie laisse ensuite la place aux Seldjoukides de Roum.