Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Berthe d’Arles dite Berthe d’Italie

Berthe d’Arles dite Berthe d’Italie

samedi 10 octobre 2020 (Date de rédaction antérieure : 12 novembre 2011).

Berthe d’Arles (vers 910-965)

Comtesse d’Arles

Elle épousa probablement en 924 Boson dit Boson 1er, fils du duc de Bourgogne [1], Richard II de Bourgogne dit Richard le Justicier. Boson était abbé laïc de l’abbaye Saint Pierre de Moyenmoutier [2] et de l’abbaye de Remiremont [3] dans les Vosges. Devenue veuve, elle épousa en 936 Raymond 1er de Rouergue .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Boson d’Arles : Généalogie/ Portail d’Arles/ Catégories : Comte d’Arles

Notes

[1] Le duché de Bourgogne est fondé en 880 à partir du royaume de Bourgogne, par les rois carolingiens Louis III et Carloman II, ainsi que les membres princiers de leur famille qui se partagent l’Empire carolingien de Charlemagne dont ils ont hérité. Ils féodalisent tous les royaumes carolingiens de France en duchés et comtés vassaux des rois de France. Richard II de Bourgogne (dit Richard le Justicier) est nommé marquis puis premier duc de Bourgogne et un des six pairs laïcs primitifs de France par son suzerain, le roi Louis III.

[2] L’abbaye de Moyenmoutier, ou l’abbaye Saint-Hydulph, était une abbaye de l’ordre de Saint-Benoît, située à Moyenmoutier, dans le département des Vosges (France). Cette abbaye abrita jusqu’à 300 religieux. Elle fut fondée vers l’an 671 par Saint Hydulphe, chorévêque de Trèves qu’il quitta pour se retirer dans la solitude des Vosges et y vivre en ermite. Cette abbaye fut soumise dès le commencement aux rois d’Austrasie et ensuite à l’empereur Charlemagne et à ses successeurs. Par la suite, les ducs de Lorraine y exercèrent des droits régaliens sous l’autorité des empereurs.

[3] L’abbaye de Remiremont dite Insigne Église collégiale et séculière de Saint-Pierre est une ancienne abbaye bénédictine puis séculière (chapitre impérial de chanoinesses ou de dames nobles), établie à Remiremont dans les Vosges de 620 à 1790. Elle fut également une principauté ecclésiastique du Saint Empire romain germanique, donc l’un de ces micro états caractéristiques du Saint Empire avec droit de haute, moyenne et basse justice. Avant de devenir principauté impériale, l’abbaye de femmes comme celle des hommes était sous la tutelle de l’évêché de Toul et du métropolite, l’archevêque de Trèves.