Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Louis III le Jeune

dimanche 6 mars 2016, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 6 octobre 2011).

Louis III le Jeune (vers 835-882)

Roi de Saxe

Traité de Fouron (878) entre Louis le Bègue (Roi de Francie occidentale), et Louis le Jeune (Roi de Francie orientale)Deuxième fils de Louis le Germanique et frère de Charles le Gros, il reçut en apanage, en 865, la Franconie [1], la Thuringe [2] et la Saxe [3]. Roi à partir de 876, en possession d’une partie de la Lorraine, il battit son oncle Charles le Chauve à Andernach [4], la même année. En 879, il annexa la Bavière et, en 880, toute la Lotharingie [5] par le traité de Ribemont [6]. Il meurt le 20 janvier 882 à Francfort sur le Main [7]. et sera inhumé en l’abbaye de Lorsch [8].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire de Louis III le Jeune - Histoire de l’Europe/

Notes

[1] La Franconie est une région géographique et historique du centre-sud de l’Allemagne. Le Moyen Âge a été pour la Franconie une période mouvementée, de sa construction paisible sous le roi franconien Charles, jusqu’aux grandes guerres de religion avec leurs ravages désastreux. Avec l’installation des Francs dans le pays (dont la région tire son nom), et avec le développement sous les Mérovingiens et les Carolingiens, la région gagne rapidement de l’importance. Cette évolution va de pair avec l’évangélisation, importée d’Irlande par Boniface, Willibald, Wunibald et Walburge, et qui, à partir d’Eichstätt, érigent un grand nombre de monastères dans la Franconie méridionale. Dans nombreuses églises, on peut encore trouver des traces datant de l’époque carolingienne et romane, qu’il s’agisse de la partie inférieure d’une tour, ou de la nef centrale comme par exemple à Heilsbronn ou à Heidenheim. Le déclin du royaume franconien coïncide avec la fin de l’unité entre l’État et l’Église, entre le pouvoir religieux et laïque. À côte du pouvoir central, apparaissent des seigneurs féodaux, qui, enrichis et renommés, créent de petits royaumes sur leurs domaines. À côté de l’omnipotence de l’Église, se développe une bourgeoisie éclairée, qui, à partir de l’époque gothique, commence à participer à la vie culturelle. Puis vient la grande époque des villes, notamment des villes libres, non soumises à l’autorité de l’empereur, qui se développent sous les Hohenstaufen et qui sont dotées de droits importants.

[2] La Thuringe, officiellement appelée État libre de Thuringe (Freistaat Thüringen), est l’un des Länder d’Allemagne. Situé au centre du pays, il a une superficie de 16 200 km². Sa capitale est Erfurt. Elle est bordée (à partir du nord et dans le sens des aiguilles d’une montre) par les länder de Basse-Saxe, Saxe-Anhalt, Saxe, Bavière et Hesse. Passé sous domination franque au 6ème siècle, elle forma à partir de 1130 un landgraviat du Saint Empire romain germanique.

[3] Le duché de Saxe était un duché médiéval couvrant la plus grande partie du nord de l’Allemagne. Il s’étendait sur les états allemands contemporains de Basse-Saxe, Rhénanie du Nord Westphalie, Schleswig-Holstein, Saxe-Anhalt et des parties de la Saxe. Le duc Henri le Lion occupa la région déserte de Mecklembourg Poméranie occidentale. Les Anglo-Saxons avaient quitté cette dernière zone pour l’Angleterre.

[4] Andernach est une ville du district Mayen-Koblenz, dans le land Rhénanie-Palatinat, Allemagne. Elle est située sur la rive gauche du Rhin, au nord de Coblence (20 kilomètres). C’est une des plus anciennes villes d’Allemagne, fondée par les Romains en 12 av.jc.

[5] La Lotharingie désigne le royaume de Lothaire II du latin Lotharii Regnum, arrière-petit-fils de Charlemagne. Il fut constitué en 855. Après sa mort, elle fut l’enjeu de luttes entre les royaumes de Francie occidentale et de Francie orientale, avant d’être rattachée au Saint Empire romain germanique en 880. Il devint un duché au début du 10ème siècle. Dans la deuxième moitié du 10ème siècle, le duché fut scindé en un duché de Basse Lotharingie et un duché de Haute Lotharingie, qui deviendra la Lorraine.

[6] Il fut signé en février 8801 entre Louis III le Jeune, roi de Germanie, et ses cousins, les frères carolingiens, Louis III et Carloman II, successeurs de leur père, le roi Louis II le Bègue. Tandis que Louis III le Jeune, roi germanique en Saxe et en Franconie s’apprête à faire la guerre à ses cousins les rois de France Louis III et Carloman II, Boson V de Provence dont la sœur Richilde d’Ardennes fut la seconde épouse du roi Charles II le Chauve, est proclamé roi de Bourgogne en octobre 879. De plus, comme les Vikings avaient repris leurs offensives, les trois souverains carolingiens décident de mettre de côté leurs différends et de faire front commun devant ces menaces. Ils se rencontrent à Ribemont, actuellement dans l’Aisne. En échange de la neutralité de Louis le Jeune, les rois de France lui concèdent la partie de la Lotharingie qu’ils possédaient depuis le traité de Meerssen et peuvent ainsi mener la lutte contre Boson. Les nouvelles limites entre le royaume de Germanie et le royaume de France vont perdurer pendant tout le Moyen Âge.

[7] Francfort-sur-le-Main est une ville d’Allemagne, généralement appelée simplement Francfort malgré le risque de confusion avec la ville de Francfort-sur-l’Oder. Située sur le Main, la ville est la cinquième ville d’Allemagne par sa population et la plus grande du Land de Hesse. La ville occupe une position centrale en Europe. Elle est distante de 393 km de Munich, 399 km de Bruxelles, 444 km d’Amsterdam, 415 km de Zurich, 582 km de Paris. Les villes situées près de Francfort sont Wiesbaden, Mayence, Darmstadt, Offenbach et Hanau. À partir de 855 les empereurs germaniques y sont nommés avant d’être couronnés à Aix-la-Chapelle.

[8] L’abbaye de Lorsch, fondée en 764 fut construite à la périphérie de la ville de Lorsch (Allemagne, Hesse) dans la plaine du Rhin et devint un important centre culturel au Moyen Âge. Succursale de la cour carolingienne, elle a été fondée par le comte Cancor et sa tante Landrada de Hesbaye et a été occupée par des moines bénédictins venant de Gorze près de Metz. En 885, l’abbaye était nommée Lauressam, le nom actuel est apparu au cours du temps.