Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Bilichilde ou Bilithilde (femme de Childéric II)

Bilichilde ou Bilithilde (femme de Childéric II)

mercredi 12 juin 2019, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 12 septembre 2011).

Bilichilde ou Bilithilde (femme de Childéric II)(vers 654-675)

Reine des Francs

Austrasie et Neustrie sous domination franque à l'époque de Charles Martel (690 - 741).Fille du roi Sigebert III d’Austrasie et de Himnéchilde, elle épousa son cousin Childéric II, fils de Clovis II et de Bathilde. Ce mariage princier visait sans doute à légitimer l’accession au trône du jeune Childéric en Austrasie [1], tout en assurant une alliance symbolique entre les reines régentes Bathilde de Neustrie [2] et Himnechilde d’Austrasie.

Elle fut assassinée avec son mari en 575, lors d’une embuscade en forêt de Lognes [3] organisée par le parti pro neustrien du leude [4] Bodilon. Ils furent enterrés dans l’église de Saint-Germain-des-Prés.

Le futur roi Chilpéric II de Neustrie, que l’on extirpa d’un obscur couvent où il vivait sous le nom de Daniel, fut prétendu fils de Childéric II et de Bilichilde par la famille pippinide [5] des maires du Palais [6].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia/ Portail de l’histoire/ Reines et impératrices de France (465-1870)

Notes

[1] L’Austrasie désignait durant la période mérovingienne un royaume franc couvrant le nord-est de la France actuelle, les bassins de la Meuse et de la Moselle, jusqu’aux bassins moyen et inférieur du Rhin. La capitale en fut d’abord Reims, puis Metz. Les habitants de l’Austrasie étaient les Austrasiens. Ce royaume est apparu à la mort de Clovis en 511, lorsque le territoire de celui-ci est partagé entre ses fils. Berceau de la dynastie carolingienne, l’Austrasie disparaît en 751 avec le dernier roi mérovingien pour être intégrée dans le grand royaume franc que réunirent Pépin le Bref et Charlemagne.

[2] Royaume franc qui couvrait le nord-ouest de la France actuelle, et avait pour capitale Soissons. Néanmoins, il semble que le terme de Neustrie ne soit apparu qu’un siècle après la création du royaume. La Neustrie avait été créée lors du partage qui suivit la mort de Clovis 1er, en 511, et revint à Clotaire 1er, qui, au terme de son long règne de 50 ans, avait réussi à reconstituer le royaume de son père. Elle fut le 2ème grand royaume franc né lors des partages successoraux mérovingiens à partir des territoires conquis sur Syagrius. Son aire géographique était limitée par la Loire au sud, l’océan Atlantique et la Basse-Bretagne à l’ouest, et la Champagne à l’est. Elle s’étendait jusqu’en Flandre au nord.

[3] Lognes est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne

[4] Les leudes étaient des membres de la haute aristocratie durant le haut Moyen Âge. Ils étaient liés au roi par un serment (le leudesanium) et des dons.

[5] Les Pépinides ou Pippinides sont les membres d’une dynastie de la noblesse franque d’Austrasie dont plusieurs se nommèrent Pépin. Le terme désigne au sens strict la famille de Pépin de Landen en ligne agnatique, c’est-à-dire par les hommes. Suite au mariage de l’arnulfien Ansegisel avec la pépinide Begga, les Arnulfiens sont parfois appelés improprement Pépinides. Le prestige de la famille de Pépin de Landen a rejailli sur les Arnulfiens qui puisèrent dans le stock anthroponymique des Pépinides les noms des membres de leur famille issus de cette union et donc cognatiquement des Pépinides. Ainsi, Ansegisel nomma son fils Pépin. La puissance acquise par Pépin de Herstal ajoutée à son héritage maternel fut à l’origine de l’accession à la royauté de sa descendance avec Pépin le Bref en 751. Ce fait contribue également à l’attribution du nom de Pépinides aux Arnulfiens qui n’en sont issus que cognatiquement. À partir de Charles Martel, les Arnulfiens issus des Pépinides sont nommés Carolingiens.

[6] A l’origine intendant général, chargé de diriger les services politiques et domestiques de la maison du roi, le maire du palais apparaît, dès le milieu du 7ème siècle, comme le personnage principal de l’Etat. C’est lui, de fait, qui exerce la réalité du pouvoir.