Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > François Desmoulins de Rochefort ou François de Moulins de Rochefort

François Desmoulins de Rochefort ou François de Moulins de Rochefort

mercredi 26 octobre 2022, par ljallamion

François Desmoulins de Rochefort ou François de Moulins de Rochefort (mort en 1526)

Grand aumônier de France

Le Bas-Poitou est l'ancienne division du Poitou, correspondant à sa partie occidentale.Chanoine [1] en 1500, puis abbé de Saint-Mesmin [2], il fut le précepteur et l’aumônier du futur roi François 1er.

Il est ensuite conseiller et Grand aumônier du Roi [3] de 1519 à 1526. Grand aumônier de France, il est nommé par François 1er et est qualifié d’évêque de Condom [4] dans un titre du 25 juillet 1524, mais l’élection d’Erard de Grossoles subsista au moyen d’une transaction passée entre eux. Il fut également prieur commendataire de l’abbaye Saint-Magloire de Léhon [5] à partir de 1524.

Il est issu de la noblesse poitevine [6], fils de Jean de Moulins de Rochefort et de Louise Jamin, filleule deLouis XI.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia François Desmoulins de Rochefort/ Portail du royaume de France/ Grand aumônier de France

Notes

[1] Un chanoine est un clerc (voire laïc) appartenant à un chapitre ou à une congrégation, et consacré à la prière liturgique au chœur, voire à l’enseignement, à la prédication, au secours des pauvres, au chœur professionnel (le « bas-chœur ») et à la maîtrise, etc. Au haut Moyen Âge, le mot pouvait désigner certains membres du personnel laïc des églises. Aujourd’hui, il existe des chanoines ecclésiastiques (séculiers ou réguliers), des chanoines laïcs et des femmes religieuses régulières (chanoinesses).

[2] L’abbaye Saint-Mesmin de Micy était une abbaye bénédictine située sur l’actuel territoire de la commune de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin dans le département du Loiret. Le lieu accueille une communauté de carmélites depuis 1939.

[3] Le grand aumônier de France était un officier de la monarchie française de l’ancien Régime. Il avait la charge de la maison ecclésiastique du roi (la Chapelle). Le titre de grand aumônier a été créé par François 1er. Il n’est pas reconnu comme l’un des grands offices de la couronne dans la déclaration de Henri III de 1582 qui les énumère, mais quelques théoriciens de la monarchie l’ont toutefois considéré comme l’un de ces grands offices. Le grand aumônier avait surtout un rôle symbolique comme l’ecclésiastique le plus important de la cour. Souvent de rang épiscopal, plus rarement cardinalice, il bénéficie de privilèges importants, comme la juridiction sur les établissements hospitaliers de Paris ou le bénéfice de l’argenterie de la chapelle du roi à la mort de ce dernier. Qui plus est, le grand aumônier avait rang de duc à la Cour. De ce fait, l’office a souvent été accaparé par de grandes familles aristocratiques, comme la maison de Rohan. Dans sa direction de la maison ecclésiastique du roi, il est secondé par un premier aumônier. Le grand aumônier faisait communier le roi, célébrait les baptêmes et les mariages des princes.

[4] Condom , aussi appelée Condom-en-Armagnac, est une commune française, sous-préfecture du département du Gers. Sur le plan historique et culturel, la commune est dans le Condomois, une ancienne circonscription de la province de Gascogne ayant titre de comté. Condom a de tout temps été développée par le clergé, qui y a fondé de nombreuses abbayes et couvents. C’est le 13 août 1317 que l’abbaye de Condom devient un évêché et se détache ainsi du diocèse d’Agen. Raymond de Gallard est nommé évêque, et l’église abbatiale devient aussitôt cathédrale.

[5] L’abbaye Saint-Magloire est un ancien monastère bénédictin situé dans l’ancienne commune de Léhon dans les Côtes-d’Armor

[6] Le Poitou était une province française, comprenant les actuels départements de la Vendée (Bas-Poitou), Deux-Sèvres et de la Vienne (Haut-Poitou) ainsi que le nord de la Charente et une partie de l’ouest de la Haute-Vienne, dont la capitale était Poitiers. Il a donné son nom au Marais poitevin, marais situé dans l’ancien golfe des Pictons, sur la côte occidentale de la France, deuxième plus grande zone humide de France en superficie après la Camargue ; le marais s’étend de l’Atlantique aux portes de Niort et du sud de la Vendée au nord de La Rochelle.