Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Marianus Scotus dit Máel Brigte

Marianus Scotus dit Máel Brigte

dimanche 13 février 2022, par ljallamion

Marianus Scotus dit Máel Brigte (1028-1082/1083)

Chroniqueur irlandais

Il fut instruit par un certain Tigernach, et devenu moine, il traversa l’Europe en 1056, et passa le reste de sa vie dans des abbayes Saint-Martin à Cologne [1], Fulda [2], et l’Abbaye Saint-Alban devant Mayence  [3]. Il mourut dans cette dernière le 22 décembre 1082 ou 1083. La cathédrale Saint-Martin de Mayence fut le lieu de sa sépulture.

Marianus a écrit un Chronicon, qui se veut être une histoire universelle du monde depuis sa création à l’an 1082. Ce Chronicon était très populaire au Moyen Âge, et fut beaucoup utilisé par Florence de Worcester et d’autres auteurs.

Celui-ci fut imprimé pour la première fois à Bâle [4] en 1559, et il a reçu une introduction de Georg Waitz pour les Monumenta Germaniae Historica [5].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Marianus Scotus/ Portail de Mayence/ Catégories : Historien irlandais

Notes

[1] La ville doit son nom de Cologne à l’impératrice romaine Agrippine, épouse de l’empereur Claude, qui éleva son lieu de naissance au rang de colonie en l’an 50, sous le nom de Colonia Claudia Ara Agrippinensium. Les Romains y tenaient une garnison et des axes routiers convergeaient vers un pont de bateaux sur lequel transitait un important commerce avec toutes les régions de la Germanie. En raison de son importance stratégique sur le limes du Rhin et de la présence de l’armée et de la clientèle germanique, l’endroit attira de nombreux marchands et devint un foyer d’artisanat et de commerce. Centre militaire, la ville fut la résidence de l’empereur gaulois Postume de 260 à 268, et le lieu de l’usurpation éphémère de Silvanus en 355. Les Romains introduisirent le christianisme à Cologne, qui devint siège épiscopal à partir du 4ème siècle. Des Francs se sont regroupés au cours de la seconde moitié du 5ème siècle pour fonder un royaume à Cologne, qui est intégré dans le royaume franc de Clovis. À partir du 7ème siècle, ils sont désignés sous le nom de Francs ripuaires.

[2] Située près de Cassel en Allemagne, cette abbaye fut fondée en 744 par Sturmius, un disciple de Saint Boniface. Richement dotée par Carloman, l’abbaye de Fulda adopta la règle bénédictine que Sturm rapporta du Mont-Cassin. En 751, le pape Zacharie exempta l’abbaye de toute juridiction épiscopale autre que celle de l’évêque de Rome c’est-à-dire du pape.

[3] L’abbaye Saint Alban devant Mayence a été, plusieurs siècles durant, l’un des monastères les plus importants de l’Ordre de Saint-Benoît en Europe. Elle était située devant Mayence, dans le Saint Empire romain germanique. Cette abbaye a pris la succession d’un monastère bénédictin qui se dressait naguère sur le Mont Saint Alban au sud de Mayence. Le monastère était célèbre pour son école pietate doctrinaque inclinatum et sa somptueuse abbaye. L’école dépendait de l’Académie palatine, où l’archevêque Richulf aussi bien que l’archevêque Raban Maur, né en 780 à Mayence avaient reçu leur instruction. Si au moins une partie de la production des manuscrits du Haut Moyen Âge de provenance mayençaise, et qui présente des traits bien reconnaissables, a dû être localisée à Saint Alban, il semble toutefois que le scriptorium proprement dit se trouvait dans la cathédrale.

[4] Bâle est une ville de Suisse. C’est la 3ème ville la plus peuplée après Zürich et Genève, et le chef-lieu du canton de Bâle-Ville. Le 13 juillet 1501 représente une date historique puisque Bâle décide d’entrer dans l’alliance des Confédérés, en raison de sa situation limitrophe très exposée. Les délégués suisses sont accueillis par la formule : Soyer les bienvenus à Bâle, sur territoire suisse. Contre l’engagement de neutralité en cas de conflit contre les Confédérés, Bâle reçoit une place à part parmi les autres cantons. La ville peut ainsi jouir pendant des siècles d’une tangible évolution. En 1504 commence la construction de l’hôtel de ville (Rathaus), sis sur la place du Marché (Marktplatz), au centre-ville, et siège actuel du gouvernement de Bâle-Ville. La situation politique évolue. Le 12 mars 1521, les statuts du Conseil sont révisés. L’évêque est écarté de la nomination des autorités urbaines. C’est ainsi la fin de son pouvoir temporel dans la cité. Le dernier évêque fut Christoph von Utenheim. En 1585, paiement de 200 000 florins à l’évêque en échange de sa renonciation à l’ensemble de ses droits sur la ville.

[5] Les Monumenta Germaniæ Historica, ou plus précisément les Monumenta Germaniæ Historica (Deutsches Institut für Erforschung des Mittelalters ; Institut allemand pour l’étude du Moyen Âge), sont un institut de recherche sur le Moyen Âge, fondé par le baron vom Stein en 1819. Cet institut est installé à Munich depuis 1949.