Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Androin de la Roche

mercredi 19 janvier 2022, par ljallamion

Androin de la Roche (vers 1300/1310-1363)

Cardinal français

Né à Châtillon en Bourgogne [1] et membre de l’ordre des bénédictins [2].

Il est abbé de l’abbaye de Saint-Seine [3] et de l’abbaye de Cluny. Il est légat apostolique [4] en Italie et en Angleterre pour négocier la paix avec la France et pour mettre fin à la guerre de Cent Ans [5].

Il est créé cardinal par le pape Innocent VI lors du consistoire du 17 septembre 1361. Le cardinal de la Roche est légat en Normandie et est protecteur de l’ordre des servites [6].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Androin de la Roche Portail d’Avignon/ Catégories : Bénédictin français/ Abbé de Cluny/ Cardinal français créé au 14ème siècle

Notes

[1] Châtillon-en-Bazois est une commune française située dans le département de la Nièvre. Le pape Alexandre III, par une bulle d’avril 1164, confirme les donations faites jadis à l’abbaye de Saint-Martin d’Autun, dont la cure de Châtillon. Le fief de l’Eschenault à Saint-Honoré-les-Bains, relevait de Châtillon-en-Bazois. Châtillon fut le siège d’une châtellenie nivernaise. La famille seigneuriale de Châtillon fut une maison notable du Nivernais, qui eut aussi Glane, la Roche Milay, Villapourçon, Rémeron, la vicomté de Clamecy, Bussy, Jaligny.

[2] L’ordre de Saint-Benoît plus connu sous le nom d’ordre des Bénédictins, est une fédération de monastères ayant, au cours de leur histoire, adopté la règle de saint Benoît. Ainsi saint Benoît de Nursie en est-il considéré comme le fondateur en 529.

[3] L’abbaye de Saint-Seine est une ancienne abbaye de moines bénédictins. Ce monastère bourguignon, sis à Saint-Seine-l’Abbaye (Côte-d’Or), a connu une importance durant le Moyen Âge. A partir du 13ème siècle, l’abbaye de Saint-Seine renoue avec la prospérité. Plusieurs campagnes de travaux sont menées entre 1205 et 1255, notamment sous l’abbé Olivier. De cette période subsistent le choeur et le croisillon nord du transept ainsi que les parties basses de la nef du transept sud. En outre, cette période est aussi marquée par l’apparition de tensions avec les habitants des domaines de l’abbaye ; signe d’une certaine prospérité de l’agglomération environnante. Les travaux se poursuivent encore après l’incendie de 1255. Certains abbés ont laissé leurs traces sur l’édifice, à l’image de Guillaume de Vienne sur la clôture latérale de la chapelle du bras sud du transept et Jean de Chaudenay-Blaisy sur les clefs de voûte de la sacristie. Enfin, Pierre de Fontette fait élever la tour gauche de la façade dont la corniche porte un écu à ses armes. Comme de nombreuses abbayes, celle de Saint-Seine possédait un moulin ainsi qu’un aménagement hydraulique qui subsistent sur les plans et relevés datant du 17ème siècle.

[4] Le légat apostolique, ou plus communément légat du pape, ou légat pontifical, est un représentant extraordinaire du pape chargé d’une mission spécifique, généralement diplomatique. Il se distingue en cela du nonce apostolique qui est un ambassadeur permanent du Saint-siège auprès des gouvernements étrangers.

[5] La guerre de Cent Ans est un conflit entrecoupé de trêves plus ou moins longues, opposant, de 1337 à 1453, la dynastie des Plantagenêt à celle des Valois et, à travers elles, le royaume d’Angleterre et celui de France.

[6] L’Ordre des servites de Marie est un ordre mendiant de droit pontifical. L’Ordre des Servites de Marie est fondé en 1233 par sept riches marchands florentins laïcs quittant le monde du commerce pour s’adonner à la vie religieuse. D’abord installés extra muros (près de ce qui est aujourd’hui la Piazza della Santissima Annunziata de Florence), ils partent ensuite sur le Mont Senario. Ils multiplient les communautés dans le nord et le centre de l’Italie. Leur piété est centrée sur le culte de la Vierge Marie et particulièrement les douleurs qu’elle a éprouvées. L’ordre est supprimé du Royaume de France par la Commission des réguliers à partir de 1772.