Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Géraud II d’Armagnac

Géraud II d’Armagnac

jeudi 25 novembre 2021, par ljallamion

Géraud II d’Armagnac

Comte d’Armagnac de 1063 à 1095

Fils de Bernard II Tumapaler ou Bernard II d’Armagnac comte d’Armagnac [1] et de Gascogne [2], et d’Ermengarde.

Son père est battu en 1063 et doit se soumettre au duc d’Aquitaine [3] Guillaume VIII. Il préfère abdiquer et se retirer à Cluny, puis à Saint-Mont [4].

Il semble que son frère Arnaud-Bernard fut associé à la direction du comté de 1072 à 1080. En 1073, les deux frères combattirent Centule, vicomte de Lescar [5].

Il épousa Azivelle de Lomagne, fille d’Odon II, vicomte de Lomagne [6] et veuve de Géraud 1er, seigneur d’Aubeissan*.

Veuf, il se remarie avec Sancha, veuve de Fedac, vicomte de Corneillan, et fille d’Arsieu Loup co-seigneur de Bergons, de Luppé, de Daunian, de Lapujolle et de Balembits

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Robert Favreau, in Jean Combes (dir.), Histoire du Poitou et des Pays charentais : Deux-Sèvres, Vienne, Charente, Charente-Maritime, Clermont-Ferrand, éditions Gérard Tisserand, 2001, 334 p. (ISBN 2-84494-084-6)

Notes

[1] Le comté d’Armagnac est un ancien comté français compris avec le comté de Fezensac dans le duché de Gascogne et avait pour capitale Lectoure. Le comté date de 960, quand les fils de Guillaume Garcès, comte de Fézensac, se partagent ses terres : le cadet, Bernard le Louche, reçoit l’Armagnac. On voit les comtes d’Armagnac faire hommage, à la fin du 12ème siècle aux comtes de Toulouse, puis directement aux rois d’Angleterre. Après avoir réuni le Fézensac à l’Armagnac par le mariage de Géraud III d’Armagnac et d’Anicelle de Fézensac, la première maison d’Armagnac s’éteint en 1215 avec Géraud IV. Son cousin Géraud de Lomagne, vicomte de Fézensaguet, lui succède et fonde la seconde maison d’Armagnac.

[2] Le duché de Vasconie ou duché de Gascogne, transcrit aussi en latin en Dux Wasconiæ selon les sources de l’époque, était une entité du Haut Moyen Âge au Moyen Âge central, constituée vers 601-602 par les rois Francs Mérovingiens afin de soumettre les Vascons et les populations locales que sont les Aquitains (Proto-Basques) à leur autorité. Mais entre 602 et 1063, même si la plupart des ducs sont d’origine vasconne, c’est-à-dire Aquitains (ancêtres des Basques et des Gascons), au fil des guerres et des alliances leur pouvoir est parfois sous le joug des Francs de 602 à 660 et de 768 à 812, parfois non de 660 à 768 et de 812 à 824, date de la création du Royaume de Pampelune. Ce dernier, aussi d’origine vasconne, ne cessera de s’impliquer politiquement et parfois militairement dans le duché qu’en 1063. Le duché de Vasconie disparaît en tant qu’entité politique en 1063, lorsque le comte de Gascogne Bernard II Tumapaler dû abandonner la Vasconie cistérieure à l’Aquitaine après sa défaite devant le duc d’Aquitaine Guillaume VIII à la bataille de La Castelle.

[3] Le duché d’Aquitaine est constitué en 675, à la mort de Childéric II. Il se reconstitue au 9ème siècle, comme héritier du royaume d’Aquitaine attribué à Pépin 1er d’Aquitaine (mort en 838). Il fut ensuite l’objet de luttes entre les comtes d’Auvergne, de Toulouse et de Poitiers. Le duc d’Aquitaine était l’un des six pairs laïcs primitifs. L’Aquitaine a regroupé au fil des temps différents territoires. Pendant le règne d’Aliénor d’Aquitaine, Poitiers était la résidence habituelle des ducs.

[4] Saint-Mont est une commune française située dans le département du Gers. En 1050, le comte de Gascogne et d’Armagnac Bernard Tumapaler fonde sur les ruines de l’ancien oppidum, le monastère dédié à saint Jean et rattaché à l’ordre de Cluny. Les moines occuperont le lieu jusqu’à la Révolution française et en 1791, le monastère sera vendu aux enchères comme bien national.

[5] Lescar est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques. Elle s’étend sur les contreforts de la chaîne des Pyrénées, principalement au sein de la vallée du gave de Pau. La ville médiévale se développe sur un promontoire rocheux (Cité), surplombant le gave au sud, et se trouve délimitée par le ruisseau du Lescourre au nord puis par la plaine du Pont-Long. Lescar est l’héritière de la cité gallo-romaine de Beneharnum, première capitale du peuple des Venarni qui donne son nom à l’ancien État souverain du Béarn.

[6] La Lomagne est une région naturelle du nord-est de la Gascogne, entre Gers et Tarn-et-Garonne. À partir du 10ème siècle, la Lomagne devient une vicomté, dont la destinée se confond avec le comté d’Armagnac à partir de 1325, avant d’être annexé au domaine royal en 1491.