Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 400 à 300 avant Jésus Christ > Caius Servilius Structus Ahala (tribun consulaire en 408 av. (...)

Caius Servilius Structus Ahala (tribun consulaire en 408 av. jc)

jeudi 11 novembre 2021, par ljallamion

Caius Servilius Structus Ahala (tribun consulaire en 408 av. jc)

Homme politique de la République romaine-Tribun militaire à pouvoir consulaire en 408, 407 et 402 av. jc-Maître de cavalerie du dictateur Publius Cornelius Rutilus Cossus en 408 av. jc

Emblème de la République romaine.Il est membre des Servilii Ahalae [1]. Fils d’un Publius Servilius, petit-fils d’un Quintus Servilius.

En 408 av. jc, Caius Servilius Ahala est élu tribun consulaire [2] avec deux autres collègues patriciens également, Caius Iulius Iullus et Publius Cornelius Cossus , après 5 années successives où ce sont des consuls qui ont été élus. L’élection de tribuns consulaires en 408 inaugure une période où cette magistrature est utilisée plus régulièrement et où le nombre de tribuns élus chaque année augmente progressivement.

Ahala nomme Publius Cornelius Rutilus Cossus dictateur [3] pour mener à bien une campagne militaire contre les Èques [4] et les Volsques [5], malgré l’opposition des deux autres tribuns. Une fois dictateur, Publius Cornelius prend Ahala comme maître de cavalerie*. Il remporte plusieurs victoires sur les Èques et les Volsques, dont une décisive à Antium [6] dont le territoire est ravagé. Les Romains s’emparent d’une place forte près du lac Fucin [7] et font 3 000 prisonniers. Publius Cornelius et Ahala reviennent à Rome et abdiquent.

Pour l’année suivante, ce sont de nouveau des élections de tribuns consulaires qui sont organisées. Ahala est de nouveau élu tribun militaire à pouvoir consulaire avec Numerius Fabius Vibulanus , Caius Valerius Potitus Volusus et Lucius Furius Medullinus pour collègues. Tous les tribuns consulaires sont patriciens et ont déjà tous exercé cette fonction, ou occupé le consulat, par le passé.

La trêve conclue avec Véies [8] 20 ans plus tôt à l’issue de la deuxième guerre de Véies [9] est sur le point d’expirer. Le Sénat envoie des députés et des Fétiaux [10] pour reprendre les négociations. Au moment où l’ambassade romaine arrive à la frontière, elle croise une députation de Véiens qui souhaite rencontrer le Sénat romain avant que l’ambassade romaine ne se rende à Véies. Le Sénat, intrigué par les dissensions internes de Véies, accepte de suspendre la députation romaine.

Dans le même temps, les Volsques attaquent la garnison de Verrugo. Les soldats assiégés demande l’intervention d’une armée de secours mais le Sénat temporise et l’armée envoyée pour les soutenir n’arrive qu’après la prise de Verrugo et le massacre de sa garnison. Les Volsques qui s’étaient dispersés pour piller sont repoussés.

Ahala est élu tribun consulaire une troisième fois avec 5 collègues patriciens dont un parent, Quintus Servilius Priscus Fidenas.

La ville d’Anxur tombe aux mains des Volsques alors que toute l’attention des Romains est tournée vers le siège de Véies où les Capénates [11] et les Falisques [12] viennent de faire leur apparition aux côtés des Véiens. Ils lancent une attaque désorganisant les assiégeants menés par un des tribuns consulaires, Manius Sergius Fidenas .

Les Romains craignent alors une unification de toute l’Étrurie [13]. Les tribuns consulaires en commandement ne parviennent pas à s’entendre, entraînant la débâcle de l’armée de Fidenas.

L’affaire est portée devant le Sénat qui décide d’anticiper les élections pour l’année suivante pour faire entrer les magistrats en fonction dès les calendes d’octobre.

Les tribuns consulaires responsables de la récente défaite militaire s’opposent d’abord à cette décision mais Ahala intervient et parvient à les convaincre en menaçant de recourir à la dictature s’ils ne cèdent pas

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Caius Servilius Structus Ahala (tribun consulaire en -408)/ Portail de la Rome antique/ Catégories  : Tribun militaire à pouvoir consulaireMaître de cavalerie

Notes

[1] branche de la gens patricienne des Servilii

[2] Un tribun militaire à pouvoir consulaire est un magistrat romain disposant d’un niveau d’imperium presque équivalent aux consuls qu’il remplace de façon irrégulière au début de la République romaine, entre 444 et 367 av. jc. Après cette date, le tribunat consulaire est définitivement abandonné.

[3] Le dictateur est, durant la République romaine, un magistrat extraordinaire qui détient les pleins pouvoirs (imperium) pour un mandat qui ne peut, à l’origine, excéder six mois. Selon la tradition, le titre a été institué en 501 av. jc pour répondre à une situation d’urgence militaire, mais un magister populi (littéralement « maître du peuple ») existe déjà sous la Royauté romaine.

[4] Les Èques sont un peuple italique du nord-est du Latium antique et de l’Apennin central. Ils parlent une langue de la branche ombrienne des langues sabelliques. À partir de la fin du 6ème siècle av. jc et pendant le 5ème siècle av. jc, les Volsques et les Èques, deux peuples liés, envahissent le Latium lors de la migration plus générale des peuples sabelliens qui quittent les Apennins pour s’installer dans les plaines d’Italie. Ils occupent alors la partie supérieure de la vallée de l’Anio, du Tolerus (aujourd’hui le Sacco) et de l’Himella, torrent de l’Aia, dans la province de Rieti. À l’est, les cités latines d’importance les plus proches sont Préneste et Tibur. Au sud, les Herniques occupent la vallée du Tolerus. À l’est, sur l’autre rive de l’Anio, se situent les Marses et enfin, au nord, ce sont les terres sabines.

[5] Les Volsques appartiennent aux anciens peuples italiques installés dans le sud du Latium. Leur nom avec sa terminaison en « -cus » les classe avec les autres tribus dont le nom se termine en « -cus », comme les Herniques, qui sembleraient être les premiers habitants indo-européens de la côte occidentale de l’Italie

[6] Antium était, dans l’Antiquité, une ville et un port du Latium (aujourd’hui Anzio), et qui était la capitale des Volsques jusqu’à sa conquête par les Romains en 468 av. jc. Plus tard, à la fin de la république romaine, Antium devint un lieu de villégiature balnéaire couru pour les patriciens romains, à seulement une journée de voyage, juste assez loin pour se tenir à distance des émeutes et de l’agitation de Rome. Quand Cicéron revint de son exil, c’est à Antium qu’il rassembla les restes ravagés de ses bibliothèques, là où ses rouleaux seraient en sécurité. Les puissants Romains se faisaient construire de magnifiques villas en bord de mer. Mécène possédait une villa à Antium ; les empereurs Caligula et Néron sont nés à Antium ; on peut toujours visiter les ruines de la villa de Néron aujourd’hui. Elle s’étendait le long de la côte du cap d’Antium, sur 800 mètres de front de mer. Néron rasa l’ancienne villa, où Auguste avait reçu une délégation de Rome venue l’acclamer Pater patriae (Père de la patrie) pour reconstruire sur ses fondations une villa d’une dimension plus impériale. La villa de Néron a été utilisée par tous ses successeurs, jusqu’aux Sévères.

[7] Le Fucin est une plaine dans les Abruzzes, situé au centre de l’Italie, dans la province de L’Aquila à l’emplacement d’un lac endoréique qui a été drainé. C’était à l’origine un grand lac endoréique, nommé lac de Celano, qui fut asséché définitivement en 1859. Situé à l’est de Rome, en plein centre de la péninsule Italique. D’après Strabon, il arrivait que ce lac parfois déborde, parfois s’assèche ; mais il pouvait malgré tout offrir des terres arables de qualité si le niveau des eaux pouvait être baissé artificiellement. Jules César avait ainsi songé défendre les rives du lac contre les inondations au moyen de canalisations, mais son successeur Auguste ne voulut pas se consacrer à cette entreprise. Ce n’est que Claude qui plus tard reprit le projet de César. Au terme de onze ans de travaux, avec trente mille hommes à l’ouvrage, il ne put cependant aboutir à un résultat définitif. Trajan et Hadrien reprirent durant leurs règnes respectifs les opérations d’assèchement du lac Fucin, mais ce n’est qu’au 19ème siècle que la famille Torlonia chargea l’ingénieur suisse Jean François Mayor de Montricher de percer un nouvel émissaire, situé dans la localité d’Incile, et que le lac disparut définitivement pour laisser la place à des champs cultivés.

[8] Puissante cité étrusque située à la frontière sud de l Étrurie, dans la campagne falisque, à 16 km au nord de Rome sur le territoire de la commune de Formello. Elle était considérée comme la plus riche des villes de la Ligue étrusque.

[9] La deuxième guerre de Véies ou guerre de Fidènes est un conflit qui oppose la République romaine à la cité étrusque de Véies au début du 5ème siècle av. jc et qui se concentre autour de la position stratégique qu’occupe la ville de Fidènes, près de la confluence du Tibre, de l’Anio et de la Crémère.

[10] Le collège des Fétiaux ou Féciaux est un collège de prêtres de la Rome antique, principalement chargé, dans les relations entre Rome et les autres peuples (déclarations de guerre, traités), de faire en sorte que la pax deorum ne soit pas brisée.

[11] Les Capenati (« Capénates » en français) étaient un peuple d’Italie centrale dont la capitale était Capena, petite ville dans la basse vallée du Tibre, sur la rive droite du fleuve, à environ 31 km au Nord du Capitole, non loin de la cité étrusque de Veis, et de Falerii capitale des Falisci.

[12] Les Falisques, Falisci en latin, sont un peuple de l’Italie antique, dans le Sud-Est de l’Étrurie, dont la capitale fut Falerii, aujourd’hui Civita Castellana. Peuple souverain, politiquement et socialement, son histoire est marquée par la proximité de Rome (Falerii se trouve à 44 km au Nord du Capitole), dont il a dû se défendre au fil des siècles, essayant de contrer son expansionnisme en s’alliant avec les Étrusques, rejoignant la Dodécapole ou Ligue étrusque.

[13] L’Étrurie était le territoire des Étrusques. Il correspond à l’actuelle Toscane, s’étendant durant la période de son expansion maximum, au-delà de l’Apennin tosco-émilien jusqu’à la plaine du Pô et son embouchure, à Hadria, port antique qui donna son nom à la Mer Adriatique. Au sud, le territoire étrusque s’étendait au-delà de Rome (comprise), jusqu’à Capoue.