Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Hugues d’Arcy (mort en 1351 ou 1352)

Hugues d’Arcy (mort en 1351 ou 1352)

mercredi 3 février 2021, par ljallamion

Hugues d’Arcy (mort en 1351 ou 1352)

évêque de Laon-archevêque de Reims

Armes de l'évêché de LaonIssu de la famille des seigneurs d’Arcy-sur-Cure [1], dans le diocèse d’Auxerre [2], Hugues a pour oncle Hugues d’Arcy, évêque d’Autun .   En 1338, Benoît XII donne le doyenné [3] de Beauvais [4] à Hugues d’Arcy. Le pape le dispense de prendre en personne possession de sa nouvelle charge de curé-doyen et lui permet de ne pas résider à Beauvais. En 1339 il est nommé évêque de Laon [5], et en 1351 il devient archevêque de Reims [6].   Hugues d’Arcy est un des trois fondateurs du collège de Cambrai à Paris [7], et est le fondateur unique de celui d’Arcy, dans la même ville.

Il lègue divers biens à l’église paroissiale d’Arcy-sur-Cure et à la cathédrale de Laon [8].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Hugues d’Arcy/ Portail du catholicisme/ Évêque de Laon

Notes

[1] Arcy-sur-Cure est une commune française située dans le département de l’Yonne

[2] Le diocèse d’Auxerre est un ancien diocèse de l’Église catholique en France. Érigé vers le milieu du 3ème siècle, il est un des diocèses historiques de la Bourgogne. Son siège était la cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre et il était suffragant de l’archidiocèse de Sens. Supprimé en 1801, il n’a pas été rétabli mais, depuis 1823, le titre d’évêque d’Auxerre est relevé par l’archevêque de Sens.

[3] Un doyenné est dans le christianisme une circonscription administrative qui regroupe plusieurs paroisses. Les doyennés sont eux-mêmes regroupés en archidiaconés, subdivisions d’un diocèse. Le doyenné a à sa tête un doyen.

[4] Depuis qu’il a été érigé au 3ème siècle, le diocèse de Beauvais a connu plusieurs évêques. À l’occasion du concordat de 1801, le diocèse fut supprimé le 21 novembre 1801 et regroupé avec celui d’Amiens, mais, reconstitué le 6 octobre 1822, le diocèse est depuis la réforme des circonscriptions françaises de 2002 appelé « diocèse de Beauvais, de Noyon et de Senlis ».

[5] L’évêché de Laon a été fondé au 4ème siècle. C’est l’un des diocèses les plus prestigieux jusqu’à la Révolution française. Il englobe le nord du département sauf le Vermandois qui appartient au diocèse de Noyon. Avant sa fondation, le diocèse de Laon a été évangélisé par Saint-Bienheuré envoyé en tant que missionnaire à une date inconnue. Le diocèse a été créé à partir d’une partie de l’archidiocèse de Reims en 487 par Saint Rémi qui confie le diocèse à l’un de ces neveux, Saint Génebaud. L’évêque de Laon est un pair de France en l’an 1300 et il est à la tête d’un duché-pairie. Lors des sacres des rois de France, il a une fonction importante car c’est lui qui porte la Sainte Ampoule.

[6] Le premier texte précis concernant le diocèse de Reims date du concile d’Arles en 314 : parmi les 16 évêques figurant à ce concile se trouvaient ceux de Reims (Bétause) et de Trèves, provinces de la Gaule belgique. D’après la tradition, l’évêché de Reims fut fondé vers 250 par les saints Sixte et Sinice. Aucun de leurs successeurs ne fut plus célèbre que saint Remi, mort en 533, après 74 ans d’épiscopat. Une des prérogatives des archevêques de Reims fut de sacrer les rois de France, avec l’huile de la Sainte Ampoule. Dans la cathédrale de Reims actuelle, de Louis VIII à Charles X, vingt-cinq rois de France furent sacrés. L’archevêque reçut le titre de primat de Gaule belgique en 1089. En 1023, l’archevêque Ebles acquit définitivement le comté de Reims, qui fut érigé en duché-pairie entre 1060 et 1170.

[7] Le collège de Cambrai est un collège de l’ancienne université de Paris. En 1348, Guillaume d’Auxonne, évêque de Cambrai, Hugues d’Arcy, évêque de Laon et Hugues de Pomard, archevêque de Reims fondèrent le collège « des trois Évêques » qui, très vite, fut appelé collège de Cambrai. Celui-ci fut ensuite en partie acheté en 1610 par la Couronne pour bâtir le Collège royal. En 1680, le roi y fonda une chaire de droit français, mais en 1774, le Collège royal, devenu Collège de France, absorba tout le local qu’il occupait.

[8] La cathédrale Notre-Dame de Laon est une église cathédrale située à Laon, dans le département de l’Aisne. Elle est l’un des premiers édifices majeurs de style gothique en France. Construite après l’abbaye de Saint-Denis et la cathédrale Notre-Dame de Noyon, elle est antérieure à Notre-Dame de Paris.