Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Sunna (évêque)

mercredi 27 janvier 2021, par ljallamion

Sunna (évêque)

Évêque arien de Merida entre 582 et 587/589

D’origine wisigothe [1], il est nommé évêque par le roi wisigoth Léovigild en 582.   En 586, Léovigild décède et son fils Récarède 1er lui succède, abjurant l’arianisme [2] pour le catholicisme en 587, officiellement en 589. Sunna prend dès lors part à la conspiration de la noblesse arienne contre Récarède, soutenant Wittéric et ses partisans.   Après la victoire de Récarède, Sunna est expulsé. Une offre lui est faite de pouvoir revenir en tant qu’évêque s’il se convertit au catholicisme trinitaire.

Sunna refuse de renier sa foi et part en exil en Maurétanie [3] propager l’arianisme chez les Berbères [4]. Sunna meurt vers 600, probablement de mort violente.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Sunna (évêque)/ Portail de l’Espagne/ Catégories : Évêque arien/ Évêque du VIe siècle/ Évêque de l’Espagne wisigothique

Notes

[1] Les Wisigoths entrent en Gaule, ruinée par les invasions des années 407/409. En 416 les Wisigoths et leur roi Wallia continuent leur invasion en Espagne, où ils sont envoyés à la solde de Rome pour combattre d’autres Barbares. Lorsque la paix avec les Romains fut conclue par le fœdus de 418, Honorius accorda aux Wisigoths des terres dans la province Aquitaine seconde. La sédentarisation en Aquitaine a lieu après la mort de Wallia. Les Wisigoths pénétrèrent en Espagne dès 414, comme fédérés de l’Empire romain. Le royaume des Wisigoths eut d’abord Toulouse comme capitale. Lorsque Clovis battit les Wisigoths à la bataille de Vouillé en 507, ces derniers ne conservent que la Septimanie, correspondant au Languedoc et une partie de la Provence avec l’aide des Ostrogoths. Les Wisigoths installèrent alors leur capitale à Tolède pour toute la suite. En 575 ils conquièrent le royaume des Suèves situé dans le nord du Portugal et la Galice. En 711 le royaume est conquis par les musulmans.

[2] L’arianisme est un courant de pensée théologique des débuts du christianisme, due à Arius, théologien alexandrin au début du 4ème siècle, et dont le point central concerne les positions respectives des concepts de « Dieu le père » et « son fils Jésus ». La pensée de l’arianisme affirme que si Dieu est divin, son Fils, lui, est d’abord humain, mais un humain disposant d’une part de divinité. Le premier concile de Nicée, convoqué par Constantin en 325, rejeta l’arianisme. Il fut dès lors qualifié d’hérésie par les chrétiens trinitaires, mais les controverses sur la double nature, divine et humaine, du Christ se prolongèrent pendant plus d’un demi-siècle.

[3] La Maurétanie désigne le territoire des Maures dans l’Antiquité. Il s’étendait sur une partie du nord marocain et sur le nord-ouest et le centre de l’actuelle Algérie. Sous Rome, le territoire fut divisé en provinces.

[4] Les Berbères sont les membres d’un groupe ethnique autochtone d’Afrique du Nord. Connus dans l’Antiquité sous le nom de Libyens, les Berbères ont porté différents noms durant l’histoire, tels que Mazices, Maures, Numides, Gétules, Garamantes et autres. Ils sont répartis dans une zone s’étendant de l’océan Atlantique à l’oasis de Siwa en Égypte, et de la mer Méditerranée au fleuve Niger en Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, la majeure partie des Berbères vit en Afrique du Nord : on les retrouve au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Libye, au Niger, au Mali, en Mauritanie, au Burkina Faso, en Égypte, mais aussi aux Îles Canaries. De grandes diasporas vivent en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie, au Canada et dans d’autres pays d’Europe