Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

William II de Soules

lundi 2 novembre 2020, par ljallamion

William II de Soules (mort en 1320 ou 1321)

Seigneur de Liddesdale-Bouteiller d’Écosse

Carte des principales seigneuries d'Écosse vers 1230

Noble écossais qui fait carrière pendant les guerres d’indépendance de l’Écosse [1]. Fils aîné de Nicolas de Soules et cousin d’ Alexander Comyn , comte de Buchan [2]. Il est le neveu de John de Soules , gardien de l’Écosse [3] entre 1301 et 1304.   Alors qu’il est encore jeune, il se soumet à la suzeraineté du roi d’Angleterre Édouard 1er en 1304. Soules reste au service des Anglais pendant près d’une décennie : en récompense, il est adoubé et reçoit en 1312 les terres confisquées à Robert II Keith , bien qu’elles soient à ce moment-là aux mains des Écossais. À la suite de la victoire écossaise à la bataille de Bannockburn [4] en 1314, Soules rallie le camp écossais. En 1318, il est nommé bouteiller d’Écosse [5] et en 1320, il est l’un des signataires de la déclaration d’Arbroath [6].   À la fin de l’année 1320, Soules est impliqué avec

David II de Brechin

dans une conspiration contre le roi Robert Bruce. Plusieurs historiens tendent à croire qu’il revendiquait pour lui-même la couronne, tandis que d’autres pensent que le véritable bénéficiaire du complot serait Édouard Balliol, qui aurait dû être restauré sur le trône.   Soules rassemble ses quelques partisans pour renverser Bruce lorsqu’il est arrêté à Berwick [7]. Jugé par le Parlement, il confesse sa culpabilité et est condamné à l’emprisonnement au château de Dumbarton [8], où il meurt dans des circonstances obscures avant le 20 avril 1321.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de G. W. S. Barrow, The Kingdom of the Scots, (Édimbourg, 2003)

Notes

[1] Les guerres d’indépendance de l’Écosse furent une série de campagnes militaires qui opposèrent l’Écosse à l’Angleterre durant la fin du 13ème siècle et le début du 14ème siècle. La première guerre (1296-1328) débuta avec l’invasion anglaise de l’Écosse et se termina avec la signature du traité d’Édimbourg-Northampton en 1328. La deuxième guerre (1332-1357) éclata lors de l’invasion d’Édouard Balliol, soutenu par les Anglais, en 1332, et se termina en 1357 à la signature du traité de Berwick. Ces guerres firent partie d’une grande crise nationale pour l’Écosse et l’époque fut décisive pour l’histoire du pays. À la fin des deux guerres, l’Écosse maintint son statut de nation libre et indépendante, ce qui fut son objectif tout au long du conflit. Ces guerres furent notables pour d’autres raisons, comme l’émergence de l’arc long en tant qu’élément clé de l’armement médiéval.

[2] Comte de Buchan est un titre dans la pairie d’Écosse. Le titre de comte de Buchan fait suite à celui de mormaer de Buchan, qui était donné au seigneur de la province médiévale de Buchan. Ce titre, ainsi que celui de comte de Mar, est lié à une ancienne province picte. Ces deux provinces appartiennent de nos jours à l’Aberdeenshire. À partir des donations enregistrées dans le « Book of Deer » on peut reconstituer la liste des premiers mormaer de Buchan dont la trace est conservée. Le titre de comte passe ensuite par mariage à la famille Comyn.

[3] Entre les 13ème et 16ème siècles, l’histoire du royaume d’Écosse se caractérise par de nombreuses minorités, périodes au cours desquelles, les rois sont captifs, absents ou empêchés, voire de vacances du pouvoir qui impliquèrent la mise en place de régences, parfois collectives, pendant lesquelles le pouvoir fut exercé par des Régents ou des Gardiens du Royaume.

[4] La bataille de Bannockburn est une écrasante victoire de l’armée écossaise menée par Robert Bruce sur les troupes anglaises dirigées par Édouard II d’Angleterre pendant la première guerre d’indépendance écossaise. Elle est marquée par l’utilisation par Robert Bruce de carrés de piquiers nommés schiltrons sur lesquels viennent s’écraser les charges de cavalerie anglaises. Cette bataille entraîne une remise en question tactique de l’armée anglaise, ce qui aura un impact majeur sur les tactiques de combat de la guerre de Cent Ans.

[5] Bouteiller était un titre donné au Moyen Âge à l’officier chargé de l’approvisionnement en vin d’une cour royale, impériale ou princière. Il pouvait aussi avoir un rôle d’échanson, ce qui signifie qu’il pouvait être amené à servir le roi à table dans les grandes occasions. Le titre apparaît en Occident à l’époque carolingienne. Le bouteiller est alors un des quatre grands officiers de la cour, avec le chancelier, le chambrier et le sénéchal. La fonction se diffuse alors dans la plupart des cours d’Europe occidentale. Dans les cours anglaises du Moyen Âge, il porte le nom de butler, qui a gardé les deux sens premiers d’échanson (celui qui sert le vin) et de bouteiller (celui qui gère les réserves de vin).

[6] La déclaration d’Arbroath est une déclaration d’indépendance écossaise, écrite en latin sous le règne de Robert Bruce dans le but de confirmer le statut de l’Écosse en tant que nation indépendante et souveraine et de justifier le recours aux forces armées si elle se trouvait injustement attaquée. Cette déclaration revêt la forme d’une lettre, datée du 6 avril 1320, qui fut envoyée au Pape Jean XXII. Signée par 51 nobles dont les principaux barons d’Écosse dans la petite ville d’Arbroath (comté d’Angus), cette lettre est la seule restante des trois écrites à l’époque. Les deux autres émanaient du Roi des Écossais et du clergé qui comportaient vraisemblablement les mêmes points.

[7] Berwick-upon-Tweed, ou simplement Berwick, est située dans le comté de Northumberland et est la ville la plus au nord de l’Angleterre, sur la côte Est, à l’embouchure de la Tweed. Elle est située à 4km au sud de la frontière écossaise. La ville a été fondée durant la période du royaume de Northumbrie qui faisait alors partie de l’Heptarchie. Le site a joué un rôle central dans les guerres qui ont opposé l’Angleterre et l’Écosse pendant des siècles ; la dernière fois que la ville a changé de main fut en 1482 quand les Anglais l’ont reconquise.

[8] Dans l’Écosse médiévale, Dumbarton (’la forteresse des Bretons’), important château royal, abrita David II d’Écosse, le fils de Robert 1er, et sa jeune femme, la reine Jeanne, après la défaite écossaise à la Bataille de Halidon Hill près de Berwick-upon-Tweed en 1333. Patrick Hepburn, 1er comte de Bothwell, était capitaine de Dumbarton Castle le 1er avril 1495. En 1548, après la tout aussi désastreuse Bataille de Pinkie Cleugh, à l’est d’Édimbourg, le château protégea pendant plusieurs mois Marie 1ère d’Écosse, âgée de 4 ans, avant son transfert en sécurité vers la France. L’importance du château déclina après la mort de Cromwell en 1658.