Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Antoinette de Daillon

vendredi 16 octobre 2020, par ljallamion

Antoinette de Daillon (vers 1500-1538)

Comtesse douairière de Laval

Elle épouse le 24 août 1526 Guy XVI de Laval. Fille aînée de Jacques de Daillon, seigneur du Lude [1] et de Jeanne d’Illiers [2].

Après son mariage avec Guy XVI de Laval, elle lui apporte les terres de l’Isle-Brûlon et de la Cropte [3] et en outre une somme de 20 000 livres. Le 21 septembre 1526, Antoinette fit à Laval l’entrée à laquelle elle avait droit.

Antoinette est douairière du comté de Laval [4] et de la baronnie de Vitré [5], en 1531, à la mort de son époux, Guy XVI de Laval. Le douaire d’Antoinette est réglé par un acte qui a figuré aux archives de Joursanvault. Antoinette décède en 1538

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Antoinette de Daillon/ Portail de la Mayenne/ Portail du duché de Bretagne/ Catégories : Maison de Laval

Notes

[1] Le Lude est une ancienne commune française, située dans le département de la Sarthe. La prospérité du Lude s’accroît dès la Renaissance. Jean Daillon, ami d’enfance et chambellan du roi de France Louis XI, fait l’acquisition du château en 1457. Rentré en grâce auprès du roi en 1468, Daillon décide de relever le château de sa ruine et fait appel à Jean Gendrot, architecte du roi René d’Anjou afin d’examiner les dégâts causés à la forteresse pendant la guerre de Cent Ans et décider des travaux de restauration à entreprendre. Jean Gendrot arrive au Lude en 1479 et prend la direction des travaux qui durent près d’un demi-siècle. L’ancienne forteresse médiévale est entièrement transformée en logis de plaisance, tout en conservant son aspect militaire.

[2] Illiers-Combray est une commune française située dans le département d’Eure-et-Loir. Illiers est une des plus anciennes baronnies du pays chartrain, et le sire d’Illiers fut un des quatre barons qui avaient le privilège de porter le nouvel évêque de Chartres lors de son entrée solennelle dans la ville. Les seigneurs de cette famille, qui d’ailleurs a donné plusieurs évêques de son nom au diocèse de Chartres, se sont souvent distingués aux grandes époques de notre histoire. La commune était un des centres de commerce les plus actifs du département et elle avait cinq foires annuelles, un marché, fabriquait des draps, de la bonneterie, comptait plusieurs tuileries et faisait un commerce assez considérable de grains et de bestiaux

[3] La Cropte est une commune française, située dans le département de la Mayenne.

[4] Le comté de Laval était composé de douze châtellenies importantes1 et contenait 112 paroisses. Il constituait un gouvernement distinct du Comté du Maine et du Perche. Il a été créé en 1429 en suite de la baronnie de Laval, indépendamment du comté du Maine, par le roi Charles VII, avec une dépendance directe au royaume de France.

[5] La baronnie de Vitré est un ancien territoire breton dont la capitale était située à Vitré. C’était l’une des neuf anciennes baronnies de Bretagne et était d’ailleurs considérée comme étant la plus puissante et la plus prospère. C’est sous le règne de Robert 1er que la ville de Vitré va naître et va devenir la capitale de la nouvelle baronnie. Les deux églises ont aujourd’hui disparues : l’église Saint-Pierre est à l’origine de l’actuelle église Notre-Dame et l’église Sainte-Croix fut reconstruite à de nombreuses reprises. Par la suite, la baronnie de Vitré s’agrandit de plus en plus jusqu’à comprendre près de 80 paroisses. Mais les barons de Vitré occupèrent d’autres seigneuries : Riwallon, par exemple, fut vicomte de Rennes et aussi seigneur d’Acigné et de Marcillé, André II fut comte de Mortain... Certains barons furent de fervents protecteurs de la Bretagne, et donc de la baronnie, contre les envahisseurs anglais : on peut citer Robert 1er et André II. En 1248, le baron André III part en croisade en Terre-Sainte. Il y meurt en 1250 lors de la bataille de Mansourah. Son seul fils, André, un enfant, va hériter de la baronnie mais il mourra l’année suivante. C’est alors sa sœur, Philippa, dernière représentante de la Famille de Vitré, qui devint baronne. À sa mort, en 1254, la baronnie de Vitré passe aux mains de son mari, le baron Guy VII de Laval.