Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 8ème siècle > Mouḥammad ibn al-Ḥasan al-Shaybānī dit Mouhammad Al-Shaybânî

Mouḥammad ibn al-Ḥasan al-Shaybānī dit Mouhammad Al-Shaybânî

samedi 28 mars 2020, par ljallamion

Mouḥammad ibn al-Ḥasan al-Shaybānī dit Mouhammad Al-Shaybânî (749-805)

Juriste hanafite

Mouḥammad ibn al-Ḥasan al-Shaybānī dit Mouhammad Al-Shaybânî Juriste hanafiteDisciple de Abou Hanifa et de Abou Youssuf . Né à Wasit [1], et grandit à Koufa [2], en Irak. Comme Abou Yousuf, il étudia d’abord le hadith [3]. Il étudia sous l’imam Abu Hanifa jusque sa mort, puis sous Abou Yousuf pendant 3 ans. Il passa également 3 ans à étudier auprès de l’imam Mâlik ibn Anas , et constitue un des rapporteurs de son recueil de hadith Al-Muwatta [4]. Les imams Ash-Shâfi’î et Ahmad Ibn Hanbal étudièrent au départ auprès de lui à Bagdad [5].

Il accepta un poste de cadi [6] durant le califat de Haroun al-Rachid , mais l’abandonna peu après du fait de trop nombreux compromis à faire ; il retourna à son poste d’enseignant islamique à Bagdad.

Il est l’auteur du Al-Djâmi Al-Kabîr [7] rapportant les positions de l’imam Abu Hanifa.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Mouhammad Al-Shaybânî/ Portail de l’islam/ Catégories : Ouléma hanafite/ Monde arabo-musulman/ Personnalité sunnite/ Droit musulman

Notes

[1] Wasit est le nom d’un site archéologique d’Irak. Elle a été nommée ainsi par son fondateur car elle est à mi-chemin de Bassora et Bagdad sur la rive gauche du Tigre. La ville de Wâsit a été fondée par Al-Hajjaj ben Yusef en 702 pour être sa résidence lui permettant de contrôler la frontière avec la Perse.

[2] Koufa ou Kûfa est une ville d’Irak, environ 170 km au sud de Bagdad, et à 10 km au Nord-est de Nadjaf. Elle est située sur les rives du fleuve Euphrate. C’est la deuxième ville de la province de Nadjaf. Avec Kerbala, et Nadjaf, Koufa est une des trois villes irakiennes de grande importance pour les musulmans chiites. Sur une décision du calife `Omar, Koufa a été construite pour être un pôle d’immigration arabe dans le sud de la Mésopotamie, et de devenir la capitale. Les Arabes recherchaient un endroit où ils ne souffriraient pas de maladies. À l’emplacement de Koufa, il y avait une ville Sassanide qui faisait partie d’une province perse. Les quartiers arabes de la ville ont été construits en 638, à peu près au même moment qu’à Bassora, quand les armées arabes combattaient les Sassanides. La ville fut construite en briques cuites. On commença par construire la mosquée au centre de la ville à 1,5 km de l’Euphrate. On creusa un réservoir d’eau prévu pour 20 000 habitants. La population de Koufa était formée d’immigrants arabes venant soit de la région de La Mecque, soit du sud de l’Arabie, Yémen et Hadramaout, certains d’entre eux étaient chrétiens ou juifs. En 655, les habitants de Koufa soutiennent `Alî contre le calife `Uthman.

[3] Un hadith ou hadîth est une communication orale du prophète de l’islam Mahomet et, par extension, un recueil qui comprend l’ensemble des traditions relatives aux actes et aux paroles de Mahomet et de ses compagnons, précédées chacune d’une chaîne de transmetteurs remontant jusqu’à Mahomet. Considérés comme des principes de gouvernance personnelle et collective pour certains courants musulmans, ils sont aussi désignés sous le nom de « la tradition du Prophète ».

[4] Le Muwaṭṭa est une des premières rédactions de la loi musulmane, compilée et éditée par Imam Malik. Il est considéré comme la plus ancienne source existante des Hadiths, les traditions de Mahomet qui constituent la base de la jurisprudence de l’islam en plus du Coran. Néanmoins il ne s’agit pas à proprement parler d’un recueil de hadiths ; bon nombre des préceptes juridiques qu’il contient ne sont pas du tout basés sur les hadiths. Le livre rassemble les rituels, les rites, les coutumes, les traditions, les règles et les lois de l’époque de Mahomet. Une grande partie du livre porte sur des domaines qui ne sont pas strictement « juridiques » dans le sens occidental du terme, comme le Hajj (pèlerinage), le sacrifice, les relations, etc. Au-delà de la loi il présente donc une utilité, pour l’étude historique de la Sociologie du monde Arabe, par exemple.

[5] Bagdad ou Baghdad est la capitale de l’Irak et de la province de Bagdad. Elle est située au centre-Est du pays et est traversée par le Tigre. Madīnat as-Salām fut fondée ex nihilo au 8ème siècle, en 762, par le calife abbasside Abou-Djaafar Al-Mansur et construite en quatre ans par 100 000 ouvriers. Selon les historiens arabes, il existait à son emplacement plusieurs villages pré-islamiques, dont l’un s’appelait Bagdad.

[6] Magistrat musulman exerçant des fonctions civiles et religieuses.

[7] Grand recueil