Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Adomnan d’Iona ou Saint Adamnan

Adomnan d’Iona ou Saint Adamnan

samedi 28 mars 2020, par ljallamion

Adomnan d’Iona ou Saint Adamnan (vers 624-704)

9ème abbé d’Iona en Écosse, de 679 à 704

Abbaye de l'île d'IonaComme nombreux de ses prédécesseurs, il appartient à la famille du fondateur de l’abbaye d’Iona [1] Saint Colomba , le Cenél Conaill [2] des Uí Néill [3] du Nord.

Il est connu pour son rôle très important dans la querelle de Pâques qui a opposé les chrétiens d’Irlande et l’Église de Rome ainsi que pour la rédaction dans la dernière décennie du 7ème siècle de la Vie de saint Columba qui retrace la vie du moine fondateur du phare de la chrétienté dans les îles Britanniques, saint Colomba.

Il écrit, entre 679 et 688, une description des lieux saints : De locis sanctis, sur la base du récit que lui fit l’évêque gaulois Arculfe au retour de son séjour de 9 mois dans la ville de Jérusalem.

Adomnan est également l’auteur du Cain Adamnain ou Lex Innocentium destinée à assurer la protection en cas de conflits, des femmes des enfants et des gens d’Église. Il obtint la ratification de ce texte par 40 évêques ou abbés irlandais et 51 rois provinciaux ou tribaux d’Irlande et d’Écosse au synode de Birr [4] en 697.

Il est mort en 704 dans sa 77ème année.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Adomnan d’Iona/ Portail du Haut Moyen Âge/ Abbé du VIIe siècle

Notes

[1] Iona est une petite île du nord-ouest de l’Écosse, dans les Hébrides intérieures, séparée de l’île de Mull par le détroit d’Iona. L’île, avec 4,8 km du nord au sud et 2,4 km de d’est en ouest, s’étend sur 800 hectares. Le point le plus élevé, Dun I, culmine à 101 m. En 563, saint Colomba d’Iona ou Columcille, exilé d’Irlande, a fondé un monastère sur l’île sous le double patronage de Conall mac Comgaill, roi de Dal Riada, et de Brude mac Maelchon, roi des Pictes. Sa communauté connut une belle évolution, comme en témoignent les croix savamment sculptées et les pierres tombales, mais fut décimée par les invasions nordiques au 8ème et au 9ème siècles.

[2] Les Cenél Conaill est le nom des descendants de Conall Gulban, fils de Niall Noigiallach, reconnu par l’histoire orale et écrite comme le cofondateur avec son frère Eoghan mac Néill dont est issu le Cenél nEógain de la puissance des Uí Néill du Nord en Ulster. Le Cenél Conaill était également connu en Écosse comme la famille de saint Columba.

[3] Les Uí Néill étaient une grande dynastie irlandaise. Il signifiait les « descendants de Niall Noigiallach », et se rapportait à un groupe de parenté irlandais. Les Uí Néill n’étaient ni une tribu, ni une confédération de tribus, mais une dynastie, c’est-à-dire qu’ils étaient composés, dès le 6ème siècle, de quelques douzaines de personnes réparties sur un vaste territoire au nord et au centre de l’Irlande. Ils devinrent à partir de la seconde moitié du 6ème siècle la dynastie dominante de la moitié nord de l’Irlande. Ses diverses branches donnèrent un certain nombre de hauts rois d’Irlande entre les 7ème et 11ème siècles.

[4] Le synode de Birr, qui s’est tenu à Birr dans l’actuel Comté d’Offaly, en Irlande en 697 est une assemblée d’hommes d’Église et de notables séculiers. C’est à cette occasion qu’est promulgué le célèbre Cáin Adomnáin c’est-à-dire « la Loi des Innocents » ; ce qui a permis de sauvegarder la liste des garants de la loi et de fournir quelques informations sur la tenue du synode.