Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Knut IV de Danemark dit le Saint

Knut IV de Danemark dit le Saint

mercredi 20 novembre 2019

Knut IV de Danemark dit le Saint (vers 1040-1086)

Roi de Danemark de 1080 à 1086

La mort de Canute IV de Danemark dans l'église de Saint Albanus en 1086 (tableau de Christian Albrecht von Benzon)Fils de Sven II . Sous le règne de son frère, il envisage d’attaquer l’Angleterre et noue une alliance avec Robert le Frison comte de Flandre [1] lui aussi brouillé avec les rois anglais.

Il succède, en 1080, à son frère Harald III de Danemark , fait régner l’ordre dans ses États, repousse les Prussiens, extermine les pirates pousse jusqu’en Courlande [2] mais il ménage l’église qu’il comble de dons celle de Lund* ( [3]) en particulier et impose la dîme à ses sujets réticents.

En 1085 en accord avec le roi Olaf III de Norvège et son beau-père Robert le Frisson, il prépare un débarquement sur les côtes d’Angleterre. Pour ce faire il exige pour la flotte qu’il constitue dans le Limfjord le service armé du leding ce qui entraîne une révolte en 1086, dans le nord du Jutland [4].

Knut est tué avec son frère Benedikt et 17 hommes de sa Hirdh [5] le 10 juillet dans l’église Saint-Alban d’Odense [6], où il s’était réfugié. Sa veuve retourne en Flandre avec son fils Charles auprès de son père qui libère le demi-frère ennemi de Knut, Olaf, qu’il retenait en prison.

Knut est inhumé à Odense et l’on parla bientôt de miracles. Ses restes furent mis dans une châsse le Vendredi saint 1101 pour la vénération des fidèles.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Knut IV de Danemark/ Portail du Danemark/Monarques de Danemark

Notes

[1] Le comté de Flandre a été un pagus carolingien, puis l’une des principautés du royaume de France, particulièrement impliquée dans les conflits franco-anglais, aux frontières et à l’influence durement disputées depuis sa création au 9ème siècle jusqu’en 1384, date de la mort du comte Louis de Male. Le comté, possédé par la Maison de Flandre de 863 jusqu’à la mort de la dernière comtesse, Marguerite de Constantinople, en 1280, puis par la Maison de Dampierre-Flandre, puis devenu l’une des possessions de la Maison capétienne de Bourgogne en 1385, devint alors l’un des principaux centres des États bourguignons. Après la Guerre de succession de Bourgogne il fut ensuite progressivement intégré aux Pays-Bas bourguignons et fut finalement détaché du royaume de France par le Traité de Madrid en 1526 en faveur des Habsbourg d’Espagne. Louis XIV en reconquit une partie sur les Espagnols. Le comté cessa d’exister en 1795 après la conquête des Pays-Bas autrichiens par les Français. Le territoire de ce comté correspond approximativement aux provinces belges actuelles de Flandre-Occidentale et de Flandre-Orientale, à l’ouest de la province de Hainaut (arrondissements de Tournai et Mouscron), plus la partie de la province d’Anvers située à l’ouest de l’Escaut, la Flandre zélandaise et la région historique de Flandre française (région de Lille, Dunkerque, Hazebrouck, Douai,…).

[2] Le duché de Courlande ou duché de Courlande et Sémigalie est une région historique de la Lettonie, recouvrant la Sémigalie (ou Zemgale) et le Kurzeme (ou Courlande) actuels. C’est en tant qu’État indépendant, sous la forme de duché de Courlande (1561-1795), que cette région est la plus connue. Elle a même été une petite puissance coloniale (Tobago, Île James). Elle entre ensuite dans le gouvernement de Courlande, parfois improprement appelée province de Courlande, administrée par l’Empire russe.

[3] Suède

[4] Le Jutland est la péninsule formant la partie continentale du Danemark.

[5] Le Hird, dans l’ histoire scandinave, était à l’origine une réunion informelle cortége des compagnons armés, hirdmen ou housecarls , mais il signifie non seulement le noyau ( « gardiens ») de l’armée royale, mais aussi dans une plus forme plus formelle Cour de la maison royale.

[6] L’église Saint Albani était à l’origine une église en bois située à l’est de l’actuelle église Saint Knud à Odense. Immédiatement après l’assassinat du roi Knud et de son frère Benedikt dans l’église en 1086, l’église fut en 1095 remplacée par une église à trois nefs cruciformes. Pour la Canonisation de Knud en 1101, l’église lui fut consacrée et changea de nom pour devenir l’église Saint-Knud. Vers l’an 1300, cette église a été remplacée par l’église actuelle.