Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Ikrima Ibn Abî Jahl

jeudi 14 février 2019, par ljallamion

Ikrima Ibn Abî Jahl (mort en 636)

Chef et compagnon de Mahomet

Le champ de bataille de Yarmouk se trouve à travers les ravins de Yarmouk. Photographie prise en Jordanie à 13 km du champ de bataille.En tant que fils d’ Amr ibn Hisham dit Abû Jahl , Ikrima fut d’abord, l’un des principaux Mecquois opposants à Mahomet.

Ikrima était le mari de Umm Hakim . Dans la bataille de Uhud [1] elle accompagna Ikrima et d’autres Quraych [2] de La Mecque qui luttaient contre les musulmans. En 630, quand les musulmans conquirent la Mecque, Umm Hakim avec les Quraish se convertissent à l’islam. Par la suite Umm Hakim convaincu Ikramah d’accepter l’Islam.

Ikrima après la conversion à l’Islam devint un leader civil et militaire important dans l’Etat islamique.

Abou Bakr envoya Ikrimah contre Musaylima al-kadhdhâb, à Al-Yamâma [3].

Il mourut en 636 dans la bataille de Yarmouk [4].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Ikrimah ibn Abi Jahl Traduit par mes soins

Notes

[1] La bataille de `Uhud ou de `Ohod est un combat entre les musulmans yathribins et la tribu mecquoise des Quraychites sur le mont `Uhud près de Médine en 625. La victoire fut aux traditionalistes mecquois. Mahomet avait déjà vaincu les mecquois lors de la bataille de Badr (624).

[2] Quraych est la tribu au sein de laquelle naquit Mahomet. Elle tire son nom du surnom d’un aïeul commun à ses membres, appelé Fihr ibn Malik et surnommé Quraysh. À l’époque de la naissance de Mahomet, la tribu de Quraych contrôlait la Mecque et la Kaaba, qui était alors un sanctuaire païen majeur, un lieu de pèlerinage préislamique et une importante foire commerciale. Les Qoreychites sont les membres de cette tribu et leurs descendants. Ils sont divisés en différentes « branches » (ou « clans »).

[3] Al-Yamâma, est une ancienne région située à l’est du plateau du Nedjd en Arabie saoudite, autour du village aujourd’hui disparu de Jaww Al-Yamamah, près de al Kharj. Elle occupe une place importante dans les débuts de l’histoire islamique, comme point important de la Guerre de Ridda, juste après la mort de Mahomet. Le terme Al-Yamamah survit comme un terme de nostalgie historique. Ainsi, par exemple, le siège de la cour royale d’Arabie saoudite à Riyad, porte le nom de palais d’Al-Yamamah.

[4] La bataille du Yarmouk est une bataille majeure entre les forces musulmanes conduites par le califat rachidun et les armées de l’Empire romain d’Orient. La bataille consiste en une série d’engagements qui s’étalent sur une durée de 6 jours en août 636, près de la rivière Yarmouk qui marque aujourd’hui la frontière entre la Syrie et la Jordanie, au sud-est de la mer de Galilée. La bataille est une grande victoire pour les musulmans qui mettent fin à la domination byzantine en Syrie. Pour certains historiens, la bataille du Yarmouk est l’un des engagements majeurs de l’histoire et marque la première grande vague des conquêtes musulmanes. Elle est notamment à l’origine de l’expansion de l’islam au sein du Levant chrétien. À l’origine de cet affrontement figure la volonté d’Héraclius d’endiguer l’avance musulmane et de recouvrer des territoires perdus dans la région