Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Anastase le Sinaïte

jeudi 23 août 2018, par ljallamion

Anastase le Sinaïte (vers 615/620-vers 700)

Higoumène du monastère du Sinaï

Saint Anastase dans son monastèreOn peut considérer comme étant de sa plume : les 24 chapitres du Guide Hodegos [1], les Six chapitres contre les monothélites [2], les Seize chapitres contre les monophysites [3], les 154 Questions et réponses sur l’Écriture sainte et diverses homélies, dont le traité Sur la Sainte Synaxe, qui est un intéressant commentaire moral et liturgique sur la Liturgie de saint Jacques, et les trois homélies Sur la création de l’homme.

Un Hexaemeron [4] en douze livres [5], commentaire du premier chapitre de la Genèse, à tendance très allégorisante, lui est attribué, même si le manuscrit le plus ancien est de la fin du 15ème siècle et si de nombreux doutes ont été émis sur l’authenticité du texte, on considère dorénavant qu’il doit être attribué à Anastase.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Marcel Richard, « Anastase le Sinaïte, l’Hodegos et le monothélisme », Revue des études byzantines 16, 1958,

Notes

[1] traité contre les hérétiques composé sans doute peu après la conquête de l’Égypte par les musulmans en 641, et complété ensuite de nombreuses scholies de la main de l’auteur

[2] Le monothélisme est un courant de pensée du christianisme, développé au 7ème siècle dans le but de réunifier l’Église chalcédonienne et les Églises des trois conciles, et condamné comme hérésie au troisième concile de Constantinople en 681.

[3] Le monophysisme est une doctrine christologique apparue au 5ème siècle dans l’Empire byzantin en réaction au nestorianisme, et ardemment défendue par Eutychès et Dioscore d’Alexandrie.

[4] Le terme Hexameron désigne soit le genre de traité théologique qui décrit le travail de Dieu sur les six jours de la création, soit les six jours de la création eux-mêmes. Le plus souvent, ces œuvres théologiques prennent la forme de commentaires sur la Genèse.

[5] onze conservés seulement en traduction latine