Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Peranius d’Ibérie

jeudi 16 août 2018, par ljallamion

Peranius d’Ibérie

Prince d’Ibérie-Commandant militaire romain

Royaume d'IbérieSelon Procope, il était le fils aîné du roi ibérique [1] Gurgenes. Père de Pacurius et oncle de Phazas, 2 autres généraux ibériques de l’armée romaine.

Peranius et sa famille ont fui l’oppression sassanide d’Ibérie [2] en Lazique [3] dans les années 520. Ils se sont placés sous la protection romaine puis à Constantinople où Peranius rejoint l’armée impériale byzantine.

Tard dans les années530, il servi sous Bélisaire en Italie et était dans Rome pendant le siège par les Goths [4] en 537/538. Pendant le siège, il a défendu la Porta Praenestina [5] et conduit une sortie de la Porta Salaria [6]. À la mi-538, il mis le siège à Urbs Vetus [7] qui est tombé au début 539.

Au début des 540, Peranius a été transféré à la frontière orientale où il a combattu les armées perses sassanides. Il a attaqué Taraunitis [8] en 543 et fut l’un des commandants romains défendant Edesse [9] en 544.

Le shah [10] Persan, Khosro 1er exigea la reddition de Peranius au motif que celui-ci était son esclave héréditaire. Quand un contingent sassanide sous les ordres de Azarethes menaça de pénétrer dans la ville par l’une des portes, Peranius conduisit des renforts de soldats et de citoyens sur les lieux et évita le danger.

Peu après la fin du siège d’Edesse, Peranius est mort de blessures graves subies lors d’une chute de cheval.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Peranius d’Iberia/ Traduit par mes soins

Notes

[1] L’Ibérie, aussi connue sous le nom d’Ivérie, est le nom donné par les Grecs et les Romains à l’ancien royaume de Karthlie et correspondant approximativement aux parties méridionale et orientale de l’actuelle République de Géorgie. Les Ibères du Caucase forment une base pour le futur État géorgien et, en même temps que les Colches de Colchide, le noyau de la population géorgienne actuelle. La région n’était, jadis, habitée que par quelques tribus qui faisaient partie du peuple appelé « Ibères ».

[2] Les Sassanides règnent sur le Grand Iran de 224 jusqu’à l’invasion musulmane des Arabes en 651. Cette période constitue un âge d’or pour la région, tant sur le plan artistique que politique et religieux. Avec l’Empire romano byzantin, cet empire a été l’une des grandes puissances en Asie occidentale pendant plus de quatre cents ans. Fondée par Ardashir (Ardéchir), qui met en déroute Artaban V, le dernier roi parthe (arsacide), elle prend fin lors de la défaite du dernier roi des rois (empereur) Yazdgard III. Ce dernier, après quatorze ans de lutte, ne parvient pas à enrayer la progression du califat arabe, le premier des empires islamiques. Le territoire de l’Empire sassanide englobe alors la totalité de l’Iran actuel, l’Irak, l’Arménie d’aujourd’hui ainsi que le Caucase sud (Transcaucasie), y compris le Daghestan du sud, l’Asie centrale du sud-ouest, l’Afghanistan occidental, des fragments de la Turquie (Anatolie) et de la Syrie d’aujourd’hui, une partie de la côte de la péninsule arabe, la région du golfe persique et des fragments du Pakistan occidental. Les Sassanides appelaient leur empire Eranshahr, « l’Empire iranien », ou Empire des Aryens.

[3] Le royaume de Lazique, souvent simplifié en Lazique, ou encore Egrisi, est un ancien royaume situé dans l’ouest de la Géorgie entre le 1er siècle av. jc et le 7ème siècle. Il est situé sur une large partie de l’ancien royaume de Colchide, dont il est souvent désigné comme successeur après son intégration dans l’Empire romain. Durant une large partie de son existence, la Lazique était un protectorat de l’Empire byzantin.

[4] Les Goths faisaient partie des peuples germaniques. Selon leurs propres traditions, ils seraient originaires de la Scandinavie. Ils provenaient peut-être de l’île de Gotland. Mais ils pourraient également être issus du Götaland en Suède méridionale ou bien du Nord de la Pologne actuelle. Au début de notre ère, ils s’installèrent dans la région de l’estuaire de la Vistule. Dans la seconde partie du 2ème siècle, une partie des Goths migrèrent vers le sud-est en direction de la mer Noire. Dès le 3ème siècle les Goths étaient fixés dans la région de l’Ukraine moderne et de la Biélorussie où ils furent probablement rejoints par d’autres groupes qui ont été plus ou moins intégrés dans la tribu. Les Goths formaient un seul peuple jusqu’à la fin du 3ème siècle. Après un premier affrontement avec l’Empire romain dans le sud-est de l’Europe au début du siècle, ils se séparèrent en deux groupes : les Greuthunges à l’Est et les Tervinges à l’Ouest qui deviendront par la suite les Ostrogoths ou « Goths brillants », à l’Est, et les Wisigoths ou « Goths sages » à l’Ouest.

[5] La Porta Maggiore ("Porte plus grande"), ou Porta Prenestina, est l’une des portes orientales des remparts Auréliens de Rome datant du 3ème siècle. À travers la porte se trouvaient deux anciennes routes : la Via Praenestina et la Via Labicana . La Via Prenestina était la route orientale de l’ancienne ville de Praeneste (moderne Palestrina). La Via Labicana (maintenant appelée Via Casilina) se dirige vers le sud-est de la ville.

[6] La porta Salaria, est une porte antique de Rome construite entre 270 et 275 dans le mur d’Aurélien. Située entre la porta Pinciana et la Castra Praetoria, elle ouvrait sur la via Salaria. Créée pour faciliter l’accès de la via Salaria nova depuis la porta Collina du mur servien à la via Salaria vetus. Sous le règne de l’empereur Flavius Honorius au 5ème siècle, elle fut renforcée, mais n’empêcha pas l’entrée du roi Goth Alaric 1er lors de son sac de Rome le 24 octobre 410. En 537, la zone de la porta Salaria fut le lieu du siège de la ville par le roi Goth Vitigès qui était alors opposé au général Bélisaire, lors de la guerre de reconquête de l’Italie par l’empereur Justinien.

[7] Orvieto

[8] Taron (latin : Taraunitis ) était un canton de la province turouberanienne de la Grande Arménie, correspondant approximativement à la province Muş de la Turquie moderne

[9] Şanlıurfa souvent appelée simplement Urfa est une ville du sud-est de la Turquie. Elle fut d’abord nommée Urhai puis Édesse (ou Édessa), puis Urfa et aujourd’hui Şanlıurfa ou Riha en kurde. Le nom antique d’Édesse est Osroé, qui provient peut-être du nom du satrape Osroès qui gouverna la région. Selon la légende, Adam et Ève séjournèrent dans la cité, qui serait la ville natale d’Abraham et qui abriterait la tombe de sa femme Sarah.

[10] Chah, shah ou schah, terme persan, est le titre porté par les rois d’Iran (Perse). Ce terme a été emprunté par d’autres langues où il désigne plus généralement le souverain ou le monarque d’un État. Il apparaît également dans d’autres titres dérivés.