Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Geoffroy II du Perche

samedi 17 février 2018

Geoffroy II du Perche (mort en 1100)

Comte de Mortagne-Seigneur de Nogent de 1060 à 1090-Comte du Perche de 1090 à 1100

Fils de Rotrou II , comte de Mortagne  [1] , vicomte de Châteaudun [2], et seigneur de Nogent [3], et d’Adèle de Bellême.

Il est cité en 1060 dans une charte de son père, avec ses frères. Il participa à la conquête de l’Angleterre et combattit à la bataille de Hastings [4]. Guillaume le Conquérant lui donna en récompense des domaines anglais.

Il succéda à son père en 1080, recevant les domaines percherons de son père (Mortagne-au-Perche et Nogent-le-Rotrou), tandis que son frère cadet reçut la vicomté de Châteaudun. Un troisième frère, Rotrou, acquit par mariage la seigneurie de Montfort-le-Rotrou [5].

Avec ses deux frères, il attaqua et pilla les domaines de Robert II, seigneur de Bellême [6] et d’Alençon [7].

Plus tard, il tenta de recommencer l’opération avec l’aide du comte Élie de la Flèche, mais échoua. En 1090, il prit le titre de comte du Perche [8], prétendant à une situation supérieur à des seigneurs rivaux, les comtes du Perche-Gouët [9].

Il consacra la fin de sa vie à des fondations religieuses, et créa les premières léproseries du Perche.

Il avait épousé Béatrice de Montdidier, fille d’ Hilduin , comte de Roucy [10] et de Ramerupt [11], et d’Alix de Roucy.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Geoffroy II du Perche/ Portail de la Normandie/ Catégories : Maison de Châteaudun et du Perche/ Comte du Perche

Notes

[1] Mortagne-au-Perche est une commune française, située dans le département de l’Orne. Ancienne capitale du Perche (province), le centre de la région économique.

[2] En 956, Thibaut 1er le Tricheur, comte de Blois, s’empare de Chartres et de Châteaudun, soutenu par le roi Lothaire, ce qui contribue à l’affaiblissement d’Hugues Capet, alors duc de France. Thibaut le tricheur délègue à Châteaudun des vicomtes, qui prirent peu à peu de plus en plus de pouvoirs, restant sous la suzeraineté du comte de Blois. Les comtés de Blois, de Châteaudun et de Chartres passèrent à la maison de Châtillon, qui les conserva jusqu’en 1391, date à laquelle Guy de Châtillon vendit ses biens à Louis d’Orléans. À cette même époque, le dernier vicomte de Châteaudun vend la vicomté à ce même prince.

[3] La seigneurie de Nogent fut érigée en comté du Perche à la fin du 11ème siècle. Nogent connut une croissance urbaine forte à cette époque, grâce à l’établissement de plusieurs bourgs autour du château, à la construction d’un donjon au début du 11ème siècle et à la fondation par Geoffroy III en 1029 de l’abbaye bénédictine de Saint-Denis, qui devint en 1080 un prieuré clunisien

[4] La bataille d’Hastings s’est déroulée le 14 octobre 1066 à une dizaine de kilomètres au nord de la ville d’Hastings, dans le Sussex de l’Est. Elle oppose le dernier roi anglo-saxon d’Angleterre, Harold Godwinson, au duc Guillaume de Normandie, et se solde par une victoire décisive de ce dernier.

[5] Village et ancienne commune française, située dans le département de la Sarthe intégrée dans la commune de Montfort-le-Gesnois. Montfort-le-Rotrou dont le nom désigne une « colline fortifiée » faisant partie de l’apanage de la famille de Rotrou, seigneurs de Nogent et de Mortagne, vicomtes de Châteaudun (956-1260) et comtes du Perche (1126-1226) ; durant la Révolution, cette commune a porté le nom de Montfort-sur-Huisne.

[6] La seigneurie de Bellême est le domaine possédé par la famille de Bellême du 10ème siècle à l’an 1113. Située aux confins du duché de Normandie et du comté du Maine, elle s’étalait à son apogée du Passais à l’ouest au Saosnois à l’est en passant par la campagne d’Alençon et une partie du Perche. Outre sa capitale, Bellême, ses villes principales étaient Sées, Alençon et Domfront.

[7] Le comté d’Alençon relevait du duché de Normandie lorsqu’il fut acheté, en 1220, aux héritiers de Robert 1er d’Alençon, par le roi de France Philippe Auguste. En mars 1268, son petit-fils le roi saint Louis, le donna à son cinquième fils, Pierre. Ce dernier étant mort sans postérité en 1283, le comté d’Alençon revint alors à la couronne de France et fut donné, en 1286, par le roi Philippe le Bel, avec le comté du Perche, en apanage à son frère Charles, comte de Valois. En 1414, le comté d’Alençon fut érigé en duché-pairie.

[8] Le comté du Perche est issu de l’union de deux seigneuries : celle de Mortagne-au-Perche, et celle de Nogent-le-Rotrou. Les seigneurs de Mortagne furent parfois qualifiés de comtes, mais pas de manière systématique. Ce fut le comte Geoffroy de Mortagne qui adopta le titre de comte du Perche, à la fin du XIIe siècle. À la mort de l’évêque Guillaume du Perche, en 1226, le comté fut réuni à la Couronne. Plus tard il fut donné en apanage à des princes du sang.

[9] Le Perche-Gouët est une ancienne province de France située à 130 kilomètres environ à l’ouest-sud-ouest de Paris (nord-ouest d’Orléans), au cœur de la région naturelle du Perche et en partie dans le Parc naturel régional éponyme. Elle s’étend de Nogent-le-Rotrou et Montmirail à Illiers-Combray, Alluyes et Arrou, pour l’essentiel dans l’actuelle Eure-et-Loir et pour partie dans le Loir-et-Cher et la Sarthe. Bordé à l’est par le comté du Dunois, à l’ouest par le comté du Maine, au nord par le comté du Perche (ou "Grand Perche") et au sud par le comté de Vendôme, le Perche-Gouët tire son nom de Guillaume Gouët, seigneur de Montmirail, Authon et la Bazoche qui, le premier, a donné une certaine unité à cette région. Les terres étaient désignées au 12ème siècle de Terre-Gouët, au 13ème siècle sous celui de Fief-Gouët, et sont appelées Perche-Gouët en 1540. Depuis le Perche-Gouët a souvent été désigné par le nom de Petit-Perche ou Bas-Perche par opposition au comté ou à la province désignée par celui de Grand-Perche. Les cinq terres du Perche-Gouët sont qualifiées de châtellenies en 1402 et de baronnies seulement en 1505.

[10] L’une des sept pairies du duché de Champagne, il en formait la limite nord-ouest. Le comte de Roucy portait aussi le titre de comte de Reims, et a un temps possédé le château de la Porte de Mars, le château épiscopal de Reims. Le comté, bien que variant au fil du temps et des querelles seigneuriales s’étendait le long de l’Aisne de Pargnan en aval à Évergnicourt en amont. Au nord limité par le tracé de l’Ailette et au sud par celui de la Vesle. Il jouxtait les terres du Laonnois au nord, du domaine royal par l’ouest et la Braine, du duché de Champagne avec la ville de Reims et les terres du Rethelois à l’est. Les terres propres du comté sont assez restreintes, elles comprenaient les villages de Roucy, Bouffignereux, Berry-au-Bac, Pontavert, Concevreux, et pour partie ceux de Blanzy-les-Fismes, Courlandon, Chaudeude.

[11] Ramerupt est une commune française, située dans le département de l’Aube.