Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Clitomaque de Carthage

samedi 28 octobre 2017

Clitomaque de Carthage

Philosophe

Né à Carthage [1] sous le nom d’Hasdrubal, il enseigne dans sa ville, puis émigre à Athènes à l’âge de 40 ans.

Au moment de la destruction de sa ville natale en 146 av. jc à l’issue de la Troisième guerre punique [2], il compose une élégie [3] de circonstance pour consoler ses compatriotes. Cette généreuse pensée est approuvée par les Romains.

En 128 av. jc, vers l’âge de 60 ans, il succède à Carnéade comme chef de la Nouvelle Académie [4] qu’il dirige jusqu’en 110 av. jc. C’est à cette époque qu’il se fait appeler Clitomaque.

Célèbre et honoré, il publie plus de 40 traités, qu’utilisera explicitement Cicéron, dont “De la nature des Dieux”.

Parvenu à un âge avancé, il se donna la mort. On sait que deux des œuvres de Clitomaque étaient dédicacées à des romains célèbres, Lucilius et Lucius Marcius Censorinus , ce qui suggère que son travail était apprécié à Rome.

P.-S.

Source : Extrait de Histoire de la littérature tunisienne, tome 1, de Jean Fontaine

Notes

[1] Carthage est une ville tunisienne située au nord-est de la capitale Tunis. L’ancienne cité punique, détruite puis reconstruite par les Romains qui en font la capitale de la province d’Afrique proconsulaire, est aujourd’hui l’une des municipalités les plus huppées du Grand Tunis, résidence officielle du président de la République, regroupant de nombreuses résidences d’ambassadeurs ou de richissimes fortunes tunisiennes et expatriées. La ville possède encore de nombreux sites archéologiques, romains pour la plupart avec quelques éléments puniques,

[2] La troisième guerre punique est la dernière phase d’un conflit connu sous le nom de guerres puniques et qui oppose pendant plus d’un siècle Rome et Carthage. Les deux premières guerres (264-241 av. jc et 218-202 av. jc) aboutissent à la perte des possessions méditerranéennes de Carthage, qui se limite au nord de l’Afrique au début du 2ème siècle av. jc. En dépit de ce repli, la cité punique connaît une phase d’expansion économique durant le dernier demi-siècle de son existence, croissance qui entraîne à Rome la crainte d’un réarmement, même si les raisons du conflit sont plus complexes et discutées par les historiens. La croissance de l’État numide de Massinissa, qui se construit en partie aux dépens de Carthage, change également la donne : le jeu d’alliance entre cet État et Rome a pu entraîner Carthage, vaincue en 202, à se défendre et à violer de fait l’une des clauses du traité, donnant ainsi le casus belli. Le conflit se solde, à l’issue d’une courte campagne et d’un long siège qui dure de 149 à 146 av. jc, par l’anéantissement de la cité punique, dont la capitale est rasée. En dépit des destructions matérielles, la civilisation carthaginoise ne disparaît pas pour autant et nombre de ses éléments ont été intégrés à la civilisation de l’Afrique romaine.

[3] L’élégie fut une forme de poème dans l’Antiquité, avant de devenir un genre poétique à partir de la Renaissance. Dans l’Antiquité, était appelé « élégie » tout poème alternant hexamètres et pentamètres en distiques : ce sont les vers élégiaques. De nos jours, l’élégie est considérée comme un genre au sein de la poésie lyrique, en tant que poème de longueur et de forme variables caractérisé par un ton plaintif particulièrement adapté à l’évocation d’un mort ou à l’expression d’une souffrance amoureuse due à un abandon ou à une absence.

[4] L’académie est l’école philosophique fondée dans Athènes par Platon vers 387 av. jc. Elle dure jusqu’en 86 av. jc. L’académie tire son nom du domaine dans lequel elle est située, fait de jardins et de portiques et qui se trouve près du tombeau du héros Académos. Platon et Aristote ont enseigné dans cette école.