Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Giulio Pippi de Jannuzzi dit Giulio Romano ou Jules Romain

Giulio Pippi de Jannuzzi dit Giulio Romano ou Jules Romain

lundi 25 février 2013

Giulio Pippi de Jannuzzi dit Giulio Romano ou Jules Romain (1499-1546)

Peintre-architecte et décorateur italien

Giulio Pippi de Jannuzzi dit Giulio Romano ou Jules Romain Peintre-architecte et décorateur italien

Il est l’un des premiers artistes maniéristes de la Renaissance et l’élève favori de Raphaël. À Rome, alors qu’il travaille dans l’atelier de Raphaël, il exécute la plus grande partie des fresques des loggias du Vatican. Il collabore aussi à la décoration du plafond de la Villa Farnesina. Il hérite, avec Giovan Francesco Penni, de l’atelier de Raphaël à la mort de celui-ci en 1520, et achève les compositions non terminées de ce dernier, en particulier son Couronnement de la Vierge et sa Transfiguration.

Après le sac de Rome de 1527 et la mort du pape Léon X, recommandé par Baldassare Castiglione, il rejoint la ville de Mantoue, où il passe le restant de sa carrière et bénéficie du mécénat de la famille Gonzague. Le marquis Frédéric II lui commande le Palais du Te, qu’il réalise de 1526 à 1534 tant pour la peinture que l’architecture.

Le roi François 1er appelle Giulio à travailler pour la cour de France, mais c’est finalement l’un de ses collaborateurs sur le chantier du Palais du Te, Le Primatice, qui répond à cet appel et devient l’un des principaux protagonistes de l’école de Fontainebleau aux côtés de Rosso.

L’activité de Giulio Romano comporte aussi nombre de dessins, dont une suite érotique, gravée par Marcantonio Raimondi, connue sous le nom de I Modi. Ces estampes servirent d’illustrations aux Sonnets luxurieux de Pierre l’Arétin, évoquant, avec un langage très cru, le désir et les pratiques sexuelles.

Son art devient plus austère vers la fin de sa carrière, à tendance antiquisante marquée comme les travaux de sa propre maison, ou plus lourde comme les fresques de la cathédrale de Vérone. Il meurt à Mantoue, y ayant créé l’un des centres les plus brillants du maniérisme.